Saint-Julien-Beychevelle

710 hab., 1 630 ha dont 1 000 de vignes, commune de la Gironde dans le canton de Pauillac, 4 km au sud du chef-lieu. Un des très hauts lieux du vignoble médocain, elle en détient l’une des appellations communales. Datant de 1936, limitée à la commune, l’AOC saint-julien, où domine à raison de deux tiers le cabernet-sauvignon, porte sur 910 ha (env. 50 000 hl, 4e commune du Médoc en quantité, mais seulement 25 producteurs) et compte des châteaux aussi prestigieux que Ducru-Beaucaillou (18e et 19e s. avec un beau parc, 60 ha de vignes, 40 sal., au groupe Borie), Léoville-Las Cases (17e et 19e s., 97 ha), Léoville-Poeyferré (80 ha, famille Cuvelier), Léoville-Barton (47 ha, 40 sal. avec le château Langoa, groupe Barton), Talbot (18e et 19e s., 102 ha), Branaire-Ducru (19e s., 50 ha, 25 sal.), Lagrange (19e s., 157 ha dont 111 en vignes, au groupe japonais Suntory depuis 1983, 60 sal.), Gruaud-Larose (19e s., 82 ha, 45 sal., au groupe industriel Alcatel), du Glana (19e s., 43 ha), Lalande (31 ha), Lalande-Borie (18 ha, groupe Borie), Teynac (19e s., 12 ha).

Au sud, château classé de Beychevelle (18e s., au groupe d’assurances Azur-GMF plus Suntory, 77 ha). La société des Châteaux de Saint-Julien emploie 45 sal. à des travaux d'assainissement et récupération de déchets (au château Talbot); négoce de vins A. Barton (50 sal.). La population diminue depuis 1968 (1 200 hab.) et a encore perdu une centaine d'habitants après 1999. La commune inclut à l’est en Gironde l’île du Vasard de Beychevelle. Beychevelle, ajouté au nom de Saint-Julien en 1939, signifie baisse-voiles, indiquant l’endroit où s’achevait la navigation maritime en Gironde, ce que le château feignait de prendre pour une marque de respect…