Saint-Laurent-d'Aigouze

3 310 hab. (Aigouzois), 8 981 ha dont seulement 135 de vignes, commune du département du Gard dans le canton d'Aigues-Mortes, 8 km au nord du chef-lieu, sur la rive gauche du Vidourle et en zone inondable. Le bourg est à l'extrémité septentrionale de la commune, qui va jusqu'à la rive du Petit Rhône à 17 km de là; il a de belles arènes (1 100 places) où est organisé un Printemps des Royales (courses camarguaises de présentation des plus beaux taureaux des manades). La commune est traversée par le canal de Sète au Rhône, tracé dans les marais du Vistre. Au milieu de ces marais s'isole l'abbaye de Psalmody, qui remonte à la fin du 8e siècle et dont le nom viendrait du zèle des bénédictins à chanter des psaumes.

Vers le SE, le finage englobe le grand étang du Lairan et celui des Caïtives, le canal du Bourguidou qui relie Aigues-Mortes au Petit-Rhône, et le vieux fort du Peccais (Peccaï), construit en 1598 pour la surveillance des salines, à leur jonction. Une réserve naturelle du Mahistre (125 ha) a été délimitée pour la conservation et l'étude des zones humides et l'observation des oiseaux. Les principales entreprises sont les cultures maraîchères au mas du Port Viel (Somal, 85 sal.), les domaines Listel (viticulture, 20 sal.), le nettoyage urbain Rocheblave (25 sal.), un supermarché U (45 sal.). La commune avait déjà plus de 2 000 hab. en 1900; après un léger creux de 1940 à 1980, sa population croît; elle a gagné 540 hab. de 1999 à 2009.