Saint-Marcel

6 100 hab. (Sanmarceaux) dont 200 à part, 1 017 ha, commune de Saône-et-Loire dans le canton Sud de Chalon-sur-Saône, face à Chalon sur la rive gauche de la Saône. Elle hérite de l'ancienne Hubiliacum, puis d'une abbaye au 6e s., dont il reste l'église. Elle a un port sur la Saône, et une grosse usine d'Areva aménagée en 1975 sur 35 ha par Framatome et occupant 1 090 personnes à la fabrication d’éléments de centrales nucléaires; entrepôts frigorifiques de la Place du Marché (Toupargel, 160 sal.), négoces de matériaux Internat Metal Service (70 sal.) et Doras (35 sal.), conseil Fidal (40 sal.); supermarché Carrefour (50 sal.) et magasins Decathlon (70 sal.), Metro (55 sal.); transports TNT (40 sal.), Sernam (30 sal.), Virolle-Tenoux (25 sal.); plusieurs garages, constructions des Bâtisseurs Bourguignons (35 sal.).

Le centre-ville est actif et bien équipé; la partie agricole de la commune, de tradition horticole, cultive surtout des fleurs (chrysanthèmes); centre de formation d'apprentis agricoles (horticulture), collège public. La commune a une population presque constamment croissante depuis deux siècles: 1 000 hab. vers 1800, 2 000 vers 1900, 3 000 vers 1950; elle a augmenté de 1 200 hab., presque un quart, entre 1999 et 2008.

La commune est entourée par quatre villages résidentiels qui profitent aussi quelque peu de l'extension chalonnaise: Châtenoy-en-Bresse (840 hab., 669 ha) au nord, qui a un golf au bord de la Saône et vient de gagner 110 hab. (1999-2008); Oslon (1 300 hab., 476 ha dont 258 de bois) au NE, qui en a gagné 300 (+30%), et Lans (910 hab., 811 ha dont 409 de bois) à l'est, moins dynamique (+30 hab.), qui incluent toutes deux une bonne part de la forêt domaniale de Chalon; Épervans (1 650 hab., 1 250 ha) au sud, qui aligne ses maisons sur le bord de la terrasse de rive gauche de la Saône, abrite une grosse entreprise de bâtiment (Delaporte, 110 sal.) l'ingénierie Loriot (20 sal.), et a gagné 160 hab. après 1999.