Saint-Max

10 000 hab. (Maxois), 185 ha, chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l’arrondissement de Nancy, en banlieue NE de Nancy sur la rive droite de la Meurthe. Elle est surtout résidentielle; elle avait seulement 600 hab. en 1870 et a crû ensuite, passant à 2 000 hab. en 1900, 6 600 en 1954 et culminant à 12 500 autour de 1970; elle a perdu plus de 1 000 hab. entre 1999 et 2008. De ses entreprises, les plus étoffées sont France-Télécom (125 sal.) et la fabrique de jouets et jeux de cartes France-Cartes (80 sal.); supermarché Match (45 sal.), installations électriques Kauffmann (20 sal.). Le quartier Jéricho-Saint-Michel, au sud-ouest le long de la Meurthe, partagé avec Malzéville, est classé en «zone urbaine sensible». Le maire est Éric Pensalfini (UMP).

Le canton, fortement réduit en 1997 par la création de celui de Seichamps, a 18 300 hab. (18 900 en 1999), 3 communes, 892 ha. Les autres communes sont Essey-lès-Nancy et la petite Dommartemont (660 Dommartemontais, 132 ha), au NE de Saint-Max, sur les pentes de la butte de Sainte-Geneviève. Celle-ci, qui forme le promontoire SE de la butte de Malzéville, fut un oppidum; la commune a un collège public