Saint-Nabord

4 220 hab. (Navoiriauds), 3 850 ha dont 2 078 de bois, commune du département des Vosges dans le canton de Remiremont, juste en aval du chef-lieu sur la rive gauche de la Moselle. La commune, qui fut Roche Libre en 1790, s’étire sur 12 km du sud au nord et l’habitat se divise en plusieurs quartiers, dont l’un jouxte Remiremont et abrite l’échangeur complexe de la N 57 à la bifurcation de la route venant d’Épinal et allant en direction de Vesoul d’un côté, de l’Alsace de l’autre par le col de Bussang. Le village ancien est à 2 km en aval. Au sud, la commune atteint la forêt domaniale d’Humont; le ban est riche de plusieurs petits étangs et d’une tourbière protégée.

La commune a dû supporter une sensible récession industrielle. La filature Geliot-La Gosse, à DMC, transférée de Saint-Étienne-de-Remiremont en 1988, reprise en 2000 par GAT (groupe Alain Thirion), a fermé en 2003, la cartonnerie Grégoire (150 sal., groupe allemand H. Janssen) a disparu en 2009, et l'usine de textiles Lormode en 2007. L'atelier de maille Ames (75 sal., néerlandais, tricots techniques isolants), en difficulté, a été repris en 2010 par E. Néri, sous le nom de Maille Verte des Vosges avec 30 salariés

Les autres principales entreprises sont l'atelier de mécanique Viry (Hydreo Engineering, 55 sal.), l'agencement de magasins Houot (40 sal.); studio de prépresse Deklic Graphique (35 sal.), conditionnement à façon Deufol (25 sal.), réseaux électriques Boiron (55 sal.), travaux publics Bigoni (95 sal.) et Poroli (35 sal.) et STPI (25 sal.). Le premier employeur est le transporteur Mauffrey (480 sal., plus 35 sal. pour le siège); en outre, transports Thomas (35 sal.) et ambulances Bourgoin (35 sal.).

Le bourg a aussi un centre d’aide par le travail, l’expertise comptable CFGS (30 sal.), un Intermarché (35 sal.) avec Bricomarché (25 sal.), des négoces de crèmerie Cleurie (35 sal.) et de bois Xilipan (25 sal.); plantations ornementales Boissonnet (30 sal.). Saint-Nabord avait 2 600 hab. vers 1840, moins de 2 000 entre 1880 et 1960; elle a engagé ensuite une croissance assez sensible, ralentie après 1980; elle a gagné 250 habitants entre 1999 et 2008.