Saint-Pierre-des-Corps

15 900 hab. (Corpopétrussiens) dont 390 à part, 1 128 ha, chef-lieu de canton de l'Indre-et-Loire dans l'arrondissement de Tours, formant la principale banlieue orientale de Tours entre Loire et Cher, de l'autre côté de l'A 10. Elle n'a été détachée de Tours qu'en 1794, le canal creusé ensuite pour relier le Cher à la Loire consacrant la séparation; l'emprise du canal a été utilisée pour le passage de l'autoroute, qui perpétue à sa façon la rupture tout en admettant les échanges. La ville est connue pour sa gare de triage et de bifurcation; elle a été très touchée par les bombardements de la dernière guerre. Le territoire communal s'appuie au nord sur la rive gauche de la Loire, à l'abri d'une grande levée; il atteint la rive droite du Cher au sud-est, incluant ainsi le marché de gros de l'agglomération de Tours, mais laisse à Tours le quartier de Rochepinard avec son parc des Expositions et ses installations sportives.

La ville est dotée de deux collèges publics et un lycée professionnel public et accueille plusieurs zones d'activités, dont les établissements majeurs sont Faiveley (250 sal.) qui fabrique du matériel pour les chemins de fer et a un autre établissement voisin à La Ville-aux-Dames, la métallerie Liotard (90 sal.) qui fait des citernes et conteneurs, les cartonneries Gault-Frémont (200 sal.) et Field-Boxmore (Chesapeake Pharmaceuticals, 55 sal.), les bétons et granulats de la Ligérienne (190 et 75 sal.), l'étanchéification Smac-Acieroïd (100 sal.), les installations électriques Stee (50 sal.).

La Sncf reste toutefois le principal employeur, avec 1 600 agents, surtout dans les établissements de maintenance de matériel et de traction, qui furent privatisés de 1961 à 1983 au bénéfice de la société Cadoux, puis repris par la Sncf; mais l'activité de fret est menacée. Les emplois de service sont présents: informatique Sage (160 sal.), publicité Adrexo (190 sal.), portage de journaux (Presse Portage, 160 sal.); traitement et service des eaux CFSP (65 sal.). La distribution l’emporte toutefois de loin, avec un hypermarché Carrefour (390 sal.), le négoce alimentaire Gaudais (55 sal.) et les entrepôts des magasins Auchan (160 sal.); négoces de combustibles Primagaz (150 sal.) et Lardier-Gaz (55 sal.), de quincaillerie Martin-Rondeau (80 sal.), de matériel électrique et électronique Media Saturn (75 sal.), Bénard (100 sal.) et Lema (55 sal.); dépôt des transports urbains Fil Bleu (520 sal., au groupe Keolis de la Sncf), autocars Coudert (Alphacars, 55 sal.), transports Dusolier-Calberson (250 sal.), Schenker-Joyau (90 sal.), Sodimaine (90 sal.), Mesnager (60 sal.), Heppner (55 sal.), Ebrex (55 sal.), Exapac (55 sal.), Carré (45 sal.), DHL (40 sal.).

Le canton, créé en 1973 puis réduit, correspond à la commune. Celle-ci a eu 1 000 hab. en 1846, 2 000 en 1886, 3 000 en 1906 et 5 000 en 1921; elle est passée à 10 000 hab. en 1954 et a culminé à 18 300 (sdc) en 1982; elle a perdu 2 500 hab. de 1982 à 1999 puis 300 de 1999 à 2008. Saint-Pierre-des-Corps, fortement ancrée à gauche par tradition cheminote, a un large ensemble d'équipements publics, dont une médiathèque et une salle de spectacles et un complexe de sports; elle accueille la compagnie d'arts de la rue Off. Son maire est Marie-France Beaufils, sénatrice communiste, ancien professeur des écoles. Le quartier de la Rabâterie, au centre-nord, est zone urbaine sensible, et en cours de rénovation.