Saint-Prix

7 300 hab. (Saint-Prissiens), 793 ha dont 475 de bois, commune du Val-d'Oise dans le canton de Saint-Leu-la-Forêt, 2 km ESE du chef-lieu. La partie habitée est dans la plaine, entre Saint-Leu et Ermont; elle est à peu près entièrement urbanisée, surtout en pavillons. Elle est moins étendue que le plateau du nord, sous la forêt de Montmorency, qui abrite les châteaux de Bois-Courbon (19e s.) et de la Chasse (15e et 18e s.), tandis que le château de Rubelle est dans la plaine. La voie ferrée écorne la pointe sud (sans gare), les D 928 et 144 traversent l'espace résidentiel et convergent à Saint-Leu.

Le village originel est sur le talus du plateau, avec une vieille église (13e s., inscrite) et trois maisons de retraite, dont une de 45 salariés. La mairie s'est déplacée vers le sud, près de la route principale, et assortie de deux parcs et d'un musée archéologique et historique. Au sud-est, un établissement de soins dépend du centre hospitalier d'Eaubonne. La ville accueille un collège public, un foyer pour handicapés, un centre Leclerc (130 sal.), le nettoyage Clean (60 sal.). Saint-Prix avait 610 hab. en 1900, 2 500 dès 1936, 4 300 en 1968, et poursuit sa croissance.