Saint-Vallier-de-Thiey

2 300 hab. (Vallerois), 5 068 ha dont 2 408 de bois, chef-lieu de canton des Alpes-Maritimes dans l'arrondissement de Grasse, 13 km au NO de Grasse sur la route Napoléon, à 730 m. Celle-ci monte de Grasse sur le plateau en passant le col du Pilon (782 m); le finage s'étend dans une plaine karstique en poljé, dominée par les reliefs de la montagne de Doublier (1 245 m) à l'est et de Thiey au nord (1 552 m); plusieurs avens dont ceux de la Malle et de la Chauve-Souris, grottes aménagées dont celles des Audides au sud et de Baume Obscure à l'ouest (avec «souterroscope»…), sur le plateau; arche du pont naturel de Poandieu, pierre druidique. La route Napoléon franchit les reliefs au Pas de la Faye (981 m) au nord du village puis passe près des sources de la Siagne au nord; camp préhistorique du Castellaras de la Malle et château de la Malle au nord-est; ruines du donjon de Cavagne, bastide classée d'Ardouin.

Le village lui-même a une église forte du 12e s. et un collège public. Saint-Vallier était devenu une station estivale de Grasse dès la fin du 19e s., mais sans apport de population; le nom complet actuel est de 1957; la commune n'avait alors guère que 300 hab., moitié moins qu'un siècle avant, et sa population a crû surtout après 1975. Elle a gagné près de 900 hab. entre 1999 et 2007, soit une progression de +39%. Elle avait en outre plus de 500 résidences secondaires en 1999.

Le canton a 17 900 hab., 7 communes, 13 609 ha dont 5 943 de bois. Escragnolles (390 Escragnols, 2 548 ha dont 884 de bois) est la commune la plus septentrionale. Son finage se déploie entre la Siagne et la Siagnolle et la route Napoléon le traverse d'est en ouest. Le finage monte à la montagne de l'Audibergue au nord (1 642 m), au Baou Mourine au sud (1 141 m) dans la forêt de Briasq, au-dessus de la confluence de la Siagne et de la Siagnolle. Le dolmen des Claps est près du village, qui est à 1 000 m d'altitude. Escragnolles n'avait plus que 110 hab. en 1975 et a bien progressé depuis, gagnant plus de 100 hab. entre 1999 et 2005.

Au sud du canton, Peymeinade, Le Tignet et Saint-Cézaire-sur-Siagne ont grandi comme banlieues de Grasse et largement dépassé les 2 000 hab. Restent les deux petites. Cabris (1 500 Cabriens, 543 ha) est à 6 km à l'ouest de Grasse un «village pittoresque des Alpes-Maritimes» juché à 550 m sur le rebord du plateau de Saint-Vallier. Il abrite un centre de traitement antialcoolique Scot Le Calme (30 sal., 45 places), et une fondation Andrée Viénot pour écrivains à la villa de la Messugière; grotte des Audides à concrétions, restes castraux, château Lobavov du 19e s. Cabris avait eu 1 800 hab. au début du 19e s., mais n'en retenait guère plus de 300 entre 1920 et 1954; il est vrai qu'elle avait entre temps perdu les territoires de Peymeinade et de Spéracèdes; sa population croît depuis et s'est augmentée de 60 hab. entre 1999 et 2004. Spéracèdes (1 100 Spéracédois, 346 ha) est un peu plus bas, à 350 m, et 2 km à l'ouest de Cabris; son habitat se confond avec les villas dispersées de Peymeinade et du Tignet. Spéracèdes a été détachée de Cabris en 1910, avec 350 hab.; elle était encore à ce niveau en 1954 puis sa population a augmenté; elle a dépassé 1 000 hab. en 1990 et reste à ce palier depuis; moulin à huile, plusieurs grottes. Le nom ancien était la Perasceda, dérivé de perracedere qui évoque un passage, une traversée, ce que justifie assez bien sa situation locale.