Sallaumines

10 100 hab. (Sallauminois) dont 100 à part, 382 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Lens-Est, au sud-est de Lens. Son nom était Sallau jusqu’en 1897, date à laquelle elle a profité des charbonnages pour perdre le côté désobligeant qui pouvait s’attacher à ce nom. Elle avait seulement 190 hab. en 1856, puis sa population a rapidement progressé, passant à 2 000 hab. en 1890, 8 200 en 1911 ; elle est montée jusqu’à 15 300 hab. en 1962 avant de perdre un tiers de ses habitants en trente ans, et encore près de 700 entre 1999 et 2010.

Sallaumines a eu la fosse 4 (1865-1954) de la Compagnie des mines de Courrières, l’une des trois frappées par la catastrophe du 10 mars 1906, ainsi que les fosses 5 (1972-1988) et 13-18 (1906-1957). Les quartiers des Blanches Laines, au nord, sont classés en «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» (48 ha, 2 200 hab.). La ville a une Maison de l’Art et de la communication et a reçu l’un des Cueep (Centre Université-Économie d’éducation permanente ) de l’UTL de Villeneuve-d’Ascq qui comprend le laboratoire Trigone (sciences de l’éducation et sciences et technologies de l’information et de la communication) qui affiche 200 permanents, 12 600 auditeurs par an. Le maire est Christian Pedowski, communiste.

La ville a un collège public et un lycée professionnel public, une gare. Le territoire de la commune a reçu un échangeur de l’A 21 au nord-ouest, et un carrefour des voies ferrées au sud-est de Lens ; il contient plusieurs parcs, un cimetière allemand. Sallaumines accueille une carrosserie Durisotti (350 sal.), à un groupe familial et spécialiste de l’aménagement de véhicules légers ; un supermarché Match (45 sal.), transports de fret Leroy (130 sal.), autocars Westeel Voyages (150 sal.), location de pompes à béton ISPNP (35 sal.), travaux publics Sade (130 sal.).