Samer

3 800 hab. (Samériens) dont 100 à part, 1 678 ha dont 319 de bois, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer, 17 km au SE de celle-ci sur la N 1. Le nom, qui fut précédé par Silviacus (la Forestière), est une contraction de saint Ulmer. Samer fait partie des «villages de charme» où se voient des restes de l'abbaye bénédictine (11e et 17e-18e s.), les châteaux (18e s.) du Grand Molinet et de la Bernardière, la réserve naturelle du Molinet (6 ha), et qui offre un musée avec des peintures de Jean-Charles Cazin (1841-1901) et une Maison de la Nature. Elle est dotée d'un collège public, d'une maison familiale rurale et d'un institut médico-éducatif (80 places).

La Liane passe à la limite nord-ouest de la commune, tandis qu'au sud-est le finage déborde le talus méridional du Boulonnais et mord sur le plateau dans le bois de l'Éperche. Les deux principales fabriques sont celles des instruments de chirurgie Specitubes (110 sal.) et des crayons Conté (50 sal.); bétons SBS (30 sal.), transports Lamory (45 sal.). Samer a eu assez constamment 2 000 hab. environ au 19e s. puis a commencé à croître un peu dans l'entre-deux-guerres; elle avait 2 500 hab. en 1960 et poursuit sa croissance; elle a gagné 530 hab. de 1999 à 2010.

Le canton a 27 500 hab., 18 communes, 16 616 ha dont 2 741 de bois. Il s'étend sur 22 km d'ouest en est, et occupe 10 km du littoral de la Manche au sud de Boulogne et la partie sud-ouest de la fosse de Boulogne, dominée au sud par un haut talus dont les «monts», sans atteindre 200 m, offrent de larges vues. Deux communes sont sur le plateau au sud-est. Doudeauville (510 Doudeauvillois, 1 374 ha) est à 9 km ESE de Samer et a gagné 70 hab. de 1999 à 2007; elle s'orne d'une abbaye d'augustins (12e, 17e, 19e s.), d'un château (18e s.) et des restes du château fort de Course; le mont des Merveilles monte à 174 m à l'est. Doudeauville fait partie de la communauté de communes de Desvres. Lacres (230 hab., 823 ha) est à 6 km au sud de Samer; son territoire est traversé par la N 1 et divisé en plusieurs hameaux; il porte les manoirs de Dalles et de Sequières (17e s.); le mont Corbeau atteint 174 m d'altitude. La petite Lacres a gagné 80 hab. entre 1999 et 2010 (+57%!).

Halinghen (310 Halinghenois, 553 ha) est également une commune du plateau, à 7 km SSO de Samer; le mont Violette (176 m) et le mont Landacques (177 m) sont à l'angle NO. Entre Halinghen et Lacres, le village de Tingry (320 Tingriacois, 1 136 ha dont 261 de bois) est dans le fossé du Boulonnais à 3 km au sud de Samer, mais la moitié du finage, avec le hameau du Haut Tingry et le bois de Tingry, s'étend sur le plateau; restes castraux, manoirs de la Haye d'Incourt et de Niembrune (16e-17e s.).

Quatre autres communes sont limitrophes de Samer. Wierre-au-Bois (220 Wierrois, 383 ha) est juste à l'est et possède un grand château (15e et 17-18e s.) décrit par Sainte-Beuve, qui y passe une partie de sa jeunesse. Questrecques (340 Questrecquois, 584 ha) est au nord, sur la rive droite de la Liane; elle a un château des 17e-18e s., une ferme fortifiée (la Watinette) et des manoirs du 16e s.: le Fort, la Halle, les Camps-Grelins. Carly (580 Carlysiens, 631 ha) est au nord-ouest, dans la vallée de la Liane, et touche au nord à la forêt domaniale de Boulogne comme Questrecques. Elle abrite le grand château d'Houret (19e s.), le manoir de la Conterie (16e s.); sa population augmente depuis les 280 hab. de 1975, et a gagné 50 hab. depuis 1999.

Verlincthun (390 Verlincthunois, 702 ha) est à 6 km OSO de Samer au pied du talus méridional et de son mont Violette, et conserve quelques restes du château de la Motte (15e s.); elle n'avait que 240 hab. en 1005. Nesles (970 Neslois, 504 ha) est un peu dans la même position vers l'ouest mais, d'un côté, son finage se développe davantage sur le plateau, tandis que d'un autre côté son village est inséparable des urbanisations de Neufchâtel-Hardelot. Dans la commune sont un «camp de César» à la Buqueuse, une motte féodale (13e s.), le manoir de la Haye (16e et 19e s.) qui fut un foyer protestant au 16e s., la cité ouvrière du Coron. Les employeurs sont les carrières et produits réfractaires TRB (60 sal.) et un supermarché Carrefour (50 sal.). Nesles n'avait pas 300 hab. avant 1870 puis a progressé jusqu'en 1968, avant que le nombre de ses habitants se stabilise à peu près, puis a perdu 110 hab. de 1999 à 2010.

Trois villages sont voisins, de part et d'autre de la Liane et déjà dans le périurbain boulonnais. Hesdin-l'Abbé a 2 000 hab. Hesdigneul-lès-Boulogne (750 Hesdigneulois, 332 ha) est en face, sur la rive gauche de la Liane et sur la voie ferrée (gare); nombreuses serres et jardinerie (40 sal.). Sa population a crû entre 1875 et 1950, puis est restée au même niveau; elle a augmenté de 90 hab. depuis 1999; «lez Boulogne» a été ajouté en 1899.

Isques (1 200 Isquois, 698 ha) est en aval, à 7 km au SSE de Boulogne et entièrement au nord de la Liane aussi; elle accueille un gros échangeur de l'A 18 et s'orne des châteaux d'Hermerangues (18e s.) et de Quéhen (17e-18e s.), ainsi que d'un manoir du 16e s. à grosse tour ronde; installations électriques Cegelec (60 sal.), frigoriste (Fromfroid, 35 sal.), finitions Nord Revêtements (30 sal.), école de conduite (Centre de formation du Transport, 55 sal.). La population d'Isques a augmenté de 1896 à 1990 puis est restée à peu près étale.

Saint-Léonard, plus en aval, est dans la banlieue boulonnaise tandis que Condette, un peu plus éloignée de Boulogne au sud, se partage entre banlieue et vie littorale. Les autres communes sont celles du littoral. Celui-ci est principalement partagé entre Saint-Étienne-au-Mont et Neufchâtel-Hardelot. Une petite fraction de la côte tout au sud est toutefois dévolue à Dannes (1 300 Dannois, 1 023 ha), qui est à 18 km au sud de Boulogne et dont le village est séparé du littoral par 2 km de dunes du massif du mont Saint-Frieux (300 ha); église des 15e et 16e s. à voûte en berceau brisé et statues; cimenterie Holcim (110 sal.). Dannes a crû de 1880 (320 hab.) à 1975 (1 500 hab.) puis un peu décliné; elle partage avec Camiers une réserve naturelle de 31 ha.