Secondigny

1 800 hab. (Secondignois), 3 734 ha dont 228 de bois, chef-lieu de canton des Deux-Sèvres dans l’arrondissement de Parthenay, 15 km OSO de celle-ci, au bord du Thouet, qui a sa source dans la commune à l’ouest du bourg. Le village a une église romane avec un clocher carré à sommet octogonal; collèges public et privé, maison familiale rurale. Elle héberge quelques ateliers: palettes de bois Migeon (40 sal.), menuiserie d’aluminium Hervo (25 sal.), conditionnement et stockage de fruits et légumes (Vieilles Touches, 40 sal.), négoce de fruits et légumes POM (25 sal.), supermarché U (50 sal.).

La commune dispose du plan d’eau des Effres agrémenté d’une base de loisirs, et d’une forêt domaniale au sud de la ville. Ses agriculteurs soignent une spécialité de pommes de qualité, notamment la reinette du clochard, et fabriquent du jus de pomme «doré de gâtine». Secondigny, qui figure parmi les «stations vertes de vacances», a perdu des habitants depuis 1982, et encore une centaine entre 1999 et 2008, après une phase de stabilité à 2 000 hab.; elle avait dépassé 2 500 hab. dans les années 1880. Le bourg est le siège de la communauté de communes de l’Espace Gâtine, qui coïncide avec le canton.

Le canton a 6 900 hab., 8 communes, 20 516 ha dont 1 133 de bois. Au NE, Saint-Aubin-le-Cloud (1 910 Saint-Aubinois dont 150 à part, 4 183 ha), 9 km à l’ouest de Parthenay, abrite un lycée avec internat et établissement d’enseignement adapté; maroquinerie Adme (20 sal.), transports TIG (50 sal.). Sa population avait augmenté entre 1962 (1 530 hab. et 1982 (1 900 sdc), mais elle a diminué un peu ensuite et s’est stabilisée depuis 1999. Azay-sur-Thouet (1 090 Azéens, 2 020 ha) est au sud de Saint-Aubin, à 8 km seulement de Parthenay, et sa population progresse un peu après quelques oscillations; elle a augmenté de 130 hab. entre 1999 et 2008; mais elle dépassait 1 500 hab. dans les anénes 1880. Allonne (650 hab., 2 298 ha), 5 km au SE de Secondigny, a une station de conditionnement de fruits (Fichet, 35 sal.).

Au sud-ouest de Secondigny, se situe sur le revers du bloc granitique le centre de divergence des eaux vers la Vendée, la Sèvre nantaise et le Thouet, mais dans la commune du Beugnon qui est rattachée à Coulonges-sur-l’Autize. Vernoux-en-Gâtine (620 Vernouziens, 3 120 ha), 8 km ONO de Secondigny, est tout près de la source de la Sèvre nantaise, très proche de celle du Thouet; le finage a de petits bois et un chaos de rochers granitiques; vergers Cantet (20 sal.), Gâtinaise de travaux publics (80 sal.); un parc éolien de 4 Vestas (8 MW) a ouvert en 2011; mais la commune a 50 hab. de moins qu'en 1999; elle n'a pas cessé de se dépeupler depuis les 1 700 hab. de 1896.

À Pougne-Hérisson (360 Pugnaciens, 1 186 ha), 7 km au NNE de Secondigny, village relativement isolé en pleine Gâtine et dépeuplé (780 hab. en 1901), ont été lancés avec fracas par le «conteur» Yannick Jaulin un «jardin des histoires», «parc de loisirs poétiques», et un festival bisannuel «hors norme et décalé», censés faire du «trou du cul du monde» un «nombril du monde». La commune est issue d'une fusion des années 1790; Hérisson, à l'extrême nord du finage, conserve une église inscrite et un château des 15e-16e s. Neuvy-Bouin (490 Neuvysois, 2 530 ha dont 202 de bois), 8 km au NO de Secondigny, issue aussi d'une fusion des années 1790, a reçu en 2011 un parc de 5 éoliennes Vestas (12 MW).