Senones

2 860 hab. (Senonais), 1 873 ha dont 1 391 de bois, chef-lieu de canton du département des Vosges dans l'arrondissement de Saint-Dié, 28 km au NNE de celle-ci. Le bourg est au bord du Rabodeau, affluent de la Meurthe venant du NE, au pied de la grande côte du grès vosgien, qui monte à 725 m au-dessus de Senones. Il est né d'une abbaye fondée en 640, et dont il reste un cloître et de vastes bâtiments plusieurs fois reconstruits (18e s.), qui ont abrité une usine textile (Dim) jusqu'en 1993, ainsi qu'un agréable jardin municipal. Mais Senones fut aussi le chef-lieu d'une principauté de Salm, ce qui lui a valu deux châteaux successifs dont il reste aussi de grands bâtiments, et des hôtels princiers et bourgeois. Un musée des curiosités de Salm rappelle ce passé; néanmoins, le village de Salm est en Alsace, dans la commune vosgienne de Grandfontaine.

La ville a un collège public et un hôpital-maison de retraite, un centre de convalescence (La Louvière, 50 sal.) et une maison de santé spécialisée pour enfants. Un projet Salm2, lancé par des universitaires suisses, vise à établir à Senones un centre d’accueil d’étudiants. Mais Senones a perdu ses dernières usines textiles, dont celle de Dim-Sara Lee, qui occupait encore 400 personnes en 1993; métallerie LDA (20 sal., groupe TMA), articles en bois À Cœur Bois-Les Arts de Façade (25 sal.); restauration collective Soravosges (30 sal.) au Clos Malpré, supermarché U (20 sal.). Un chemin de fer touristique de la vallée du Rabodeau fait le lien avec Étival par Moyenmoutier, qui est la commune la plus peuplée du canton. Senones a eu 3 000 hab. en 1880 et sa population a connu ensuite deux maxima à 4 700 hab., en 1911 et en 1954, mais elle décline depuis et a perdu 90 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes du pays de Senones siège dans la ville et rassemble 13 communes (9 000 hab.).

Le canton a 10 100 hab. (10 300 en 1999), 18 communes, 19 584 ha dont 14 030 de bois; il dessine un grand bassin dans les Vosges cristallines, dominé au nord par le plateau de grès. Moussey (710 Mousséens, 2 920 ha dont 2 673 de bois), 6 km au NE de Senones au bord du Rabodeau, est la commune la plus montagnarde et la plus forestière, dans la mesure où son vaste ban s’avance loin en direction du Donon, atteignant 899 m à la Corbeille à sa pointe nord, 918 m aux Blanches Roches et 936 m aux Hautes Relevées sur la crête orientale. La route du Donon franchit la crête (et la limite régionale) au col de Praye à 785 m; le refuge de Praye y soutient la pratique du ski de fond; sentier botanique à partir du village. Moussey fut un centre d’industrie textile; les dernières usines, à la famille Laederer, ont été reprises par TSA (Techniques de soudure appliquées) qui emploie 80 salariés, d’une part au travail de l’inox, de l’autre à la fabrication de housses, sacs et vêtements de protection en plastique; la scierie Lemaire emploie 45 personnes. La commune a perdu 50 hab. de 1999 à 2008.

Belval (180 hab., 684 ha dont 547 de bois), 8 km ENE de Senones à 467 m, est le dernier village sur la route du col de Hantz (836 m), qui permet de passer dans la vallée de la Bruche; le col est dominé au nord par le sommet du Palais (907 m), au sud par le Houdimont (817 m). Le château de Belval, construit pour un industriel au 19e s. dans un style néo-renaissance, et qui abrite une colonie de vacances, est toutefois dans la commune voisine du Saulcy (320 Salcyniens, 983 ha dont 747 de bois), juste à l’ouest. La Petite-Raon (900 Petit-Raonnais, 909 ha dont 589 de bois), 2 km au NNE de Senones au bord du Rabodeau, a perdu ses ateliers de plastiques et de charpentes.

Au sud du canton, la commune d’habitat très dispersée du Ban-de-Sapt (350 hab., 2 266 ha dont 1 407 de bois), 9 km au SE de Senones, a reçu une nécropole nationale témoignant des durs combats de 1914-1918, et propose toutes sortes de bruyères dans un jardin des Callunes. Saint-Jean-d’Ormont (160 Ormontais, 529 ha dont 303 de bois), qui est à 9 km au sud de Senones et une dizaine au nord de Saint-Dié, a un atelier d’abattage de volailles du groupe LDC (40 sal.); la commune est le chef-lieu de la petite communauté de communes de la vallée du Hure (5 communes; 1 100 hab.). Denipaire (260 hab., 702 ha dont 340 de bois), juste en aval d'Ormont, a un atelier d'emballages en bois Hurembal (20 sal.).