Sermaize-les-Bains

2 200 hab. (Sermaiziens), 1 789 ha dont 916 de bois, commune du département de la Marne dans le canton de Thiéblemont-Farémont, 26 km ENE de Vitry dans la vallée de la Saulx. C'est une bourgade industrieuse et marchande qui, avec Pargny, forme un couple original sur le principal passage entre Champagne et Lorraine. Le canal de la Marne au Rhin et la voie ferrée Paris-Strasbourg y suivent la vallée de la Saulx. La tradition industrielle est ancienne, et Sermaize a même eu des hauts fourneaux et une tréfilerie, en partie liés au couloir de passage, au fer local et aux forêts. Aujourd'hui l'employeur principal (120 salariés) est la sucrerie, à la fois sur le canal et le chemin de fer, installée depuis 1854; elle a lancé la culture de la betterave dans le Perthois et a été assortie d'une raffinerie en 1897, mais ne sert plus qu'au conditionnement des produits des autres sucreries du groupe Cristal-Union; transformation des plastiques (Alfaflex, 75 sal.), fabrique de cibles et pigeons d'argile, transporteurs et quelques ateliers de moins de 20 emplois. Commerces et services desservent une dizaine de communes; un collège public, maison de retraite Medica (35 sal.), discothèque (Le Mag, 35 sal.).

La ville a quelques restes de remparts, une église des 12e-13e s. Le nom viendrait des Sarmates, peuple slave dont des colonies ont été installées par les Romains en Champagne et Bourgogne au 5e s. Une source ferrugineuse dite fontaine des Sarrazins y est connue depuis longtemps; un établissement thermal ouvert en 1852 a fait en 1896 de Sermaize-sur-Saulx Sermaize-les-Bains, mais n'a jamais eu grand succès et a disparu. À l'époque, Sermaize avait 2 300 hab.; sa population est montée jusqu'à 3 000 en 1962 et décline depuis; elle est toutefois restée stable entre 1999 et 2005. La ville est le siège de la communauté de communes de la Saulx et de la Bruxenelle, qui groupe 5 700 hab. dans 6 communes, dont Pargny-sur-Saulx.