Souilly

350 hab., 2 659 ha dont 1 135 de bois, chef-lieu de canton du département de la Meuse dans l’arrondissement de Verdun, 18 km au SO de la ville sur la Voie sacrée (N 35), le village est à la source du Cousances, affluent de droite de l’Aire; il s'orne d'une éolienne Bollée de 1868. La grande forêt de Souilly s’étend à l’est du village sur le plateau des Bars. Sa population déclinait depuis les 960 hab. de 1851, mais elle aurait regagné 70 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 3 700 hab. (3 400 en 1999), 18 communes, 24 059 ha dont 8 908 de bois; il est traversé au nord par l’autoroute de l’Est, et limité à l’est par la vallée de la Meuse, que domine de 100 m l’arrière-côte de Meuse festonnée, montant à plus de 300 m. Dans l’angle nord-est, la commune de Landrecourt-Lempire (210 Landrecourtois, 1 463 ha dont 550 de bois) résulte d'une fusion de 1972 entre Landrecourt (90 hab.) et Lempire-aux-Bois (40 hab.), Lempire avant 1922; leur population a augmenté jusqu'en 1990. Son territoire est traversé par l’autoroute, proche de Verdun et portait pour sa défense le fort de Landrecourt, à 320 m, au-dessus de Dugny. Un échangeur relie l’A 4 et la N 35 Verdun-Bar-le-Duc à l’ouest de la commune, près d’une nécropole nationale.

Le canton est nettement divisé en quatre bandes sud-nord: à l’est, le grand talus indenté de l’arrière-côte de Meuse qui domine la vallée; puis le plateau boisé et accidenté qui porte notamment la forêt de Souilly; puis la plaine monoclinale que suit la N 35 et où campe Souilly; puis un nouveau talus, dont le revers descend en pente douce vers l’Aire, et qui porte les altitudes à plus de 340 m, soit plus haut que celles qui dominent la Meuse: c’est le prolongement septentrional de la côte des Bars.

Les Souhesmes-Rampont (330 hab., 2 180 ha dont 529 de bois) est une commune à 8 km NNO de Souilly; elle associe depuis 1973 les deux villages de Souhesmes (la Grande et la Petite) à celui de Rampont, 4 km au NNO, tous au pied de la côte des Bars. L'A 4 la vallée de la Vadelaincourt entre les deux habitats; une zone industrielle s’installe à l'est, pour profiter de l’échangeur autoroutier qui est à la limite de la commune et de celle de Landrecourt-Lempire, et de la relative proximité de la future gare du TGV, qui sera à 15 km au sud; le transporteur Walbaum y a 30 salariés, ainsi que le fabricant de cuisines GEM. La commune a reçu deux parcs éoliens, exploités par Iberdrola. L'un à l'ouest, la Haie-Joly, de 13 mâts (26 MW), établi en 2009 de part et d'autre de l'A 4, déborde sur les communes de Vadelaincourt et Osches. L'autre, de 6 mâts (le Mulsonnier, 12 MW), a été ouvert en 2008 au nord des Souhesmes.

Le parc du Mulsonnier déborde sur Nixéville-Blercourt (450 hab., 1 954 ha dont 548 de bois), issue d'une fusion de communes associées depuis 1972, et dont les deux villages se tiennent au pied du plateau sous l'arrière-côte de Meuse, le long de la dépression empruntée par la N 3 et la voie ferrée entre l'Argonne et Verdun. Vadelaincourt (65 hab., 544 ha) est dans la vallée de la Vadelaincourt juste en amont de Souhesme-la-Grande, et abrite une nécropole militaire naionale. Osches (55 hab., 914 ha dont 281 de bois) est sur le plateau un peu au sud-ouest, où une avancée de la côte monte à 337 m au Mont d'Osches. Lemmes (240 hab., 1 105 ha dont 285 de bois) est juste à l'est, sur la Voie Sacrée (D 1916); elle avait été réunie à Vadelaincourt, Osches et Senoncourt-lès-Maujouy en 1972, devenant le chef-lieu de la nouvelle commune des Quatre-Vents; mais celle-ci s'est disperseé en 1983.

Senoncourt-les-Maujouy (90 hab., 1 494 ha dont 726 de bois), 5 km au NE de Souilly, accueille une nécropole nationale dite des Quatre-Vents et englobe une part de la forêt de Souilly sur le revers de la côte de Meuse; le nom de Senoncourt été complété en 1919. Plus loin au NE, Ancemont (580 Ancemontois, 1 330 ha dont 622 de bois), au bord de la Meuse à 12 km de Souilly, a perdu ses deux fabriques de meubles, Sarap et Anthea; elle héberge un centre d’insémination bovine (CEIA de la Meuse, 35 sal.); Ancemont, qui est la commune la plus peuplée du canton, est le siège de la communauté de communes de Souilly, qui correspond exactement au canton, et a un collège public.

En amont et également sur la rive gauche de la Meuse, à 4 km au sud d’Ancemont, Les Monthairons (380 hab., 1 222 ha dont 481 de bois) se signalent par un grand château du 19e s. aménagé en hostellerie. Au sud du canton, Rambluzin-et-Benoite-Vaux (100 hab., 1 842 ha dont 1 009 de bois) résulte d’une fusion ancienne (1834); Benoite-Vaux est un hameau isolé au sein de la forêt domaniale de Meuse, où un ancien couvent a été transformé en centre d’accueil et de pèlerinages catholiques.