Sundgau

contrée formant la partie la plus méridionale de l'Alsace: son nom signifie «pays du sud» en alsacien (adjectif: sundgovien). Toutefois, le Sundgau d'aujourd'hui n'a pas l'extension de l'ancien comté du Sud dont le nom était apparu dès 870 comme grande division de l'Alsace, commençant au ras de Sélestat, en pendant d'un Nordgau dont le nom n'a pas été conservé. Le Sundgau d'aujourd'hui se cantonne au sud de Mulhouse. Au pied des reliefs du Jura, il est formé de nombreuses petites communes en terrain plutôt accidenté, occupant un ensemble de collines et de vallées. Celles-ci sont découpées dans des terrains sédimentaires oligocènes issus d'anciennes décharges du Rhin où abondent les galets, et assez souvent recouverts de lœss quaternaires; le soubassement est un bloc calcaire soulevé avec le Jura et incliné vers le nord.

Le Sundgau est un vieux pays agricole à fortes traditions, mais d'aptitudes assez variées, partagé entre champs fertiles, surtout à l'ouest, fonds humides, massifs forestiers, avec des vergers autour des villages. De nombreux étangs, souvent aménagés jadis par les moines comme ceux de l'abbaye de Lucelle, abondent en carpes, une base de la gastronomie alsacienne. L'histoire du pays fut notamment marquée par la guerre des Paysans (ou Rustauds) au début du 16e siècle, qui souda les communautés villageoises, et par les ravages du 17e siècle; longtemps fief des Habsbourg, il conserva leur pratique catholique. Au 18e et surtout au 19e les ateliers industriels furent nombreux (tuileries et poteries, textile, brasserie) mais beaucoup ont disparu.

La contrée est devenue un réservoir de main-d'œuvre pour Mulhouse et surtout pour l'agglomération de Bâle, au prix d'abondantes migrations quotidiennes de travailleurs. Il se flatte d'avoir le plus faible taux de chômage de France, ce qu'il doit largement aux sites d'emploi extérieurs au pays, et même étrangers (suisses). Le tourisme «vert» s'y développe; quelques anciens châteaux et des églises retiennent l'intérêt, un musée paysan a été ouvert à Oltingue, dans une Maison du Sundgau. Le chef-lieu est Altkirch, le Sundgau se partageant entre cinq ou six cantons. Au sud, se dressent les premières crêtes parallèles du Jura, ici de direction ouest-est, que l'on franchit par quelques cluses comme à Ferrette. Toute la partie orientale est en banlieue de Bâle, tandis que la partie occidentale verse sur le bassin de Belfort-Montbéliard.

Le projet de pays a été lancé dès 1995; le pays du Sundgau est un des six pays du Haut-Rhin; formé par les communautés de communes de Hundsbach, Largue, Altkirch, Jura alsacien, Hirsingue, Ill et Gersbach, Illfurth et Dannemarie, il rassemble 112 communes et 61 800 hab. autour d'Altkirch. Ses priorités sont dans l'emploi et l'insertion, et dans l'environnement et la gestion des eaux de campagnes classées en «territoire rural fragile» et il participe à un programme européen Leader +; musée de la nature avec terrain de découverte à Altenach, siège à Illfurth. L'une des huit communautés de communes utilise aussi le nom: la Porte du Sundgau associe 13 communes (7 700 hab.) au SE du pays. Enfin Sundgau est également le nom du périmètre de l'un des six Scot (schémas de cohérence territoriale) du Haut-Rhin.