Tôtes

1 340 hab (Tôtais), 761 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Dieppe, 30 km au sud de Dieppe et à la même distance au nord de Rouen, sur le plateau de Caux. Tôtes bénéficie d’un échangeur sur la N 27 à quatre voies Rouen-Dieppe, au croisement de la N 29. Ce carrefour intéressant contribue à en faire un centre de services, mais n’a pas vraiment suscité d’industrie; la commune n’a guère reçu qu’un Intermarché (45 sal.) et une cjhrcuterie (Rôtisserie des Trois Rivières, 30 sal.). La population communale augmente tranquillement depuis 1950 (700 hab.) et s'est accrue de près de 200 hab. entre 1999 et 2008. Tôtes est le siège de la communauté de communes des Trois-Rivières, qui rassemble 25 communes (13 100 hab.).

Le canton a 12 200 hab. (10 900 en 1999), 22 communes, 18 123 ha dont 1 027 de bois; il occupe une partie du plateau de Caux particulièrement peu accidentée, ce qui contribue à expliquer la rareté relative des usines, traditionnellement situées sur les cours d’eau; seule la Saâne tout à l’ouest, et la Scie au nord-est, incisent un peu le relief. Auffay (1 830 hab., 1 130 ha dont 216 de bois), sur la Scie et la voie ferrée de Rouen à Dieppe à 7 km NE de Tôtes, a un atelier d’outillage (Amada, 45 sal.), une maçonnerie (J.-P. Denis, 35 sal.), un négoce de combustibles (G. Vallée, 25 sal.), et se distingue par ses monuments: une collégiale du 11e s. et de la renaissance à jacquemarts, un manoir à décor polychrome et à tours de la fin du 15e et de la fin du 16e s.; et, un peu à l’écart au sud-est, le château de Bosmelet, de style Louis XIII, avec un beau parc, un potager asiatique et une grande avenue de tilleuls, qui accueille réunions et hôtes; le village a un collège public; sa population a diminué de 70 hab. entre 1999 et 2008.

La commune très dispersée de Beauval-en-Caux (440 Beauvalais, 1 553 ha), aux sources de la Vienne à 8 km au nord de Tôtes, est faite de plusieurs hameaux; elle résulte de la fusion en 1965 de Beaunay au nord-ouest (320 hab. contre 560 en 1846) et de Sainte-Geneviève-en-Caux au sud-est (260 hab., mais 590 en 1841); la population a ensuite diminué jusqu'en 1990; château de Beaumont avec jardins; les jardins d’Annabelle s’y visitent. Saint-Pierre-Bénouville (330 Bénouvillais, 833 ha), 12 km NO de Tôtes, a reçu en 2010 un parc de 5 éoliennes (12 MW) à l'est du finage (les Marettes). L'habitat se prolonge par les hameaux de la Chapelle de Bénouville au nord et de Dacqueville au sud; assainissement Halbourg (35 sal.).

Dans la vallée de la Saâne, Val-de-Saâne (1 400 Val-de-Saânais., 1 387 ha), 8 km ONO de Tôtes, est née en 1964 de la fusion de quatre communes de taille voisine, Anglesqueville (250 hab.) qui sert de bourg, Eurville (140 hab.), Thédeville (130 hab.) et Varvannes (160 hab.); leur réunion avait 710 hab. en 1968 et la population a crû ensuite, mais seulement de 50 hab. entre 1999 et 2008. Classée «station verte de vacances», la commune a une boulangerie industrielle du Pain Clément (140 sal.) et un négoce de fournitures industrielles (L'Auxiliaire d'industrie, 25 sal.).

Juste en aval, à Imbleville (300 Imblevillais, 528 ha), se voit le château de Bimorel, du 15e et du 19e s., en brique, avec un parc et des jeux d’eaux. Belleville-en-Caux (560 Bellevillais, 438 ha), sur le plateau juste à l'est de Val-de-Saâne, abrite les travaux publics Leroy-Jay (20 sal.); le territoire communal descend à l'ouest dans la vallée de la Saâne au milieu de l'habitat de Val-de-Saâne; la population aurait augmenté de 200 hab. entre 1999 et 2008, soit de 56%!

Saint-Maclou-de-Folleville (550 Follevillais, 1 321 ha), 5 km à l'est de Tôtes dans la haute vallée de la Scie, accueille les travaux publics Oine (50 sal.); son territoire s'était agrandi en 1825 par la réunion avec Saint-Sulpice-la-Pierre, sur le plateau à l'est; hameau de l'Épinay au sud-ouest. Sa voisine à l'est Saint-Victor-l'Abbaye (630 hab., 843 ha) est aux sources de la Scie; château au village, château du Ménillet au sud-ouest. Au SE du canton, parc floral du clos du Coudray à Étaimpuis (690 hab., 1 060 ha), 10 km ESE de Tôtes, et village-rue de Fresnay-le-Long (290 hab., 522 ha), 6 km au sud-est de Tôtes. Étaimpuis a gagné 160 hab. de 1999 à 2008, Fresnay 80, soit de 30 et 38%.