Valréas

9 700 hab. (Valréassiens) dont 260 à part, 5 797 ha dont 1 099 de bois, chef-lieu de canton du Vaucluse dans l'arrondissement d'Avignon, 65 km au NNE de la préfecture. La ville est dans une plaine drainée par la Coronne et arbore une belle ceinture de boulevards presque circulaire. C'est une «station verte de vacances» avec un beau patrimoine: plusieurs tours dont celle du château Ripert (12e s.) et du Tivoli et une église du 12e s., chapelle des Pénitents blancs (16e-17e s., décoration intérieure), deux couvents, maisons anciennes et hôtels bourgeois (17e et 18e s. surtout), mairie dans le château de Simiane (17e-18e s.) avec musée du cartonnage et de l'imprimerie, centre de paléontologie et archéologie, aquarium; théâtre, festival des Nuits de l'Enclave en août (théâtre, musique, arts plastiques). Son territoire occupe plus de la moitié de la surface du canton. Il est accidenté au sud-est et à l'est, où il atteint 552 m, et l'habitat s'y disperse. La ville a un collège public et un privé, un lycée professionnel public, un centre hospitalier (55 lits médicaux, 220 en tout), un centre d'aide par le travail, un lycée agricole privé.

Il s'y fait des pièces de plastique Amkey (190 sal.), des meubles de bureau Acco (160 sal.) et Tiro Class (80 sal.) et des spécialités de cartonnages: Packart (110 et 40 sal.), Imcarvau (45 sal.), boîtes Graphi Box (25 sal., France-Écrins) et Korus Coffret (25 sal.), conditionnement à façon Sicaf (55 sal.). Valréas accueille un centre Leclerc (200 sal.) et un Intermarché (40 sal.), les transports Sanchez (35 sal.).

La commune a 2 614 ha de vignes et deux caves coopératives; elle a droit à une aoc côtes-du-rhône-villages-valréas depuis 1967, portant sur 480 ha et 17 000 hl/an, en grenache dominant plus syrah et mourvèdre. Valréas est aussi un lieu de production de miel, de truffes et de lavande. Elle avait 5 500 hab. autour de 1900, et a retrouvé ce niveau en 1954 après un creux dans l'entre-deux-guerres; puis elle a connu une croissance sensible dans le troisième tiers du 20e s., un peu ralentie depuis (+340 hab. de 1999 à 2007). La ville est le siège de la communauté de communes de l'Enclave des Papes, qui correspond au canton.

Le canton a 13 300 hab., 4 communes, 12 492 ha dont 2 153 de bois. Il forme une enclave au sein du département de la Drôme, dite Enclave des Papes. Grillon (1 700 Grillonnais, 1 492 ha dont 239 de bois) est à 5 km à l'ouest de Valréas; son finage est limité au nord par le cours du Lez. La commune a des restes de remparts et une tour de l'horloge, des maisons anciennes, un beffroi; elle accueille un Institut international des arts et techniques des polymères, construit en 1991 et travaillant pour le bâtiment (formation d'adultes), dans la maison Milon rénovée et agrandie; plastiques Synpol (80 sal., groupe lyonnais Gerflor, lui-même à Axa Equity), abattoir ovin de l'Enclave (30 sal.) et Sica viandes de Grillon (40 sal.); centre de séjour, 331 ha de vignes. La commune avait 760 hab. en 1954 (1 400 en 1856) et croît depuis. Elle assure l'administration de la communauté de communes de l'Enclave.

Richerenches (690 Richerenchois dont 75 à part, 1 096 ha) est à 8 km OSO de Valréas. Elle a des restes d'une commanderie de templiers (musée), tour de l'horloge et beffroi, une maison familiale rurale et un actif marché hivernal aux truffes qui a fait classer le village parmi les «sites remarquables du goût». Ses viticulteurs déclarent 462 ha de vignes et ont une cave coopérative. La population a connu un creux à 360 hab. en 1962 (760 en 1856) et croît depuis.

Visan (1 600 Visanais, 4 107 ha dont 672 de bois) est à 10 km au SSO de Valréas; le bourg a des hôtels anciens, portes et éléments de remparts. La partie occidentale de la commune est dans la plaine et a reçu l'aérodrome de Valréas-Visan, doté d'une piste gazonnée de 1 000 m et où s'affaire l'aéroclub du Haut-Comtat. La partie orientale est accidentée et monte à 374 m; chapelle mariale des Vignes, romane et très réputée pour ses décorations intérieures. Ses vignerons exploitent 1 798 ha de vignes, avec une cave coopérative; ils ont obtenu une aoc côtes-du-rhône-villages-visan depuis 1967 pour environ 420 ha (15 000 hl/an) en grenache, syrah et mourvèdre. Visan avait 2 400 hab. en 1856, 1 200 seulement en 1975 mais sa population croît depuis et a gagné 250 hab. de 1999 à 2006.