Vigny

1 100 hab. (Vignois), 656 ha, chef-lieu de canton du Val-d'Oise dans l'arrondissement de Pontoise, 14 km à l'ouest de la préfecture. Le village est dans la vallée de l'Aubette et le territoire communal s'étend de part et d'autre; la N 14 passe près du village sur le plateau au nord de la vallée, au hameau du Bord'Haut-de-Vigny. Le château de 1504 a de nombreuses tours d'ornement, et un parc réputé; il a été restauré en néo-gothique au 19e s. et abrite une école de formation à l'art culinaire d'une société japonaise.

La commune a un collège public et une fabrique de filtres à air Ultrafilter (Donaldson, 60 sal.), deux sociétés de nettoyage MDS (120 sal.) et nettoyage urbain Sepur (110 sal.). La commune a eu autour de 600 hab. de 1830 à 1962, puis la population a augmenté, mais faiblement depuis 1985. Vigny est le siège de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin, groupement intercommunal du Val-d'Oise formé par 12 communes et 8 900 hab.

Le canton a 11 000 hab., 18 communes, 12 395 ha. Il est traversé à peu près parallèlement par les vallées de la Viosne et de l'Aubette de Meulan, la N 14 et la voie romaine dite de Jules César. Quatre communes, au nord-est, sont dans la vallée de la Viosne. Montgeroult (430 Montgeraldiens, 497 ha) est à l'angle nord-est du canton; le village, réputé pittoresque, est à 7 km ENE de Vigny, sur le coteau qui domine la Viosne, rive gauche, donc côté nord. Il a une église classée issue d'un monastère bénédictin (11e et 16e s.) devenue chapelle du château, un château du 17e s., une gare sur la ligne de Paris à Gisors. L'étang des Aunes agrémente le fond de vallée; un petit lotissement prolonge le village sur le plateau. Sa population augmente un peu depuis 1982 (300 hab.).

Courcelles-sur-Viosne (290 Courcellois, 361 ha) lui fait face côté sud. Le village est au pied du coteau dont la courbe signale un ancien méandre de la Viosne; il a une église classée des 12e-13e s. à deux nefs, un château des 17e et 19e s. en fond de vallée, un moulin à eau en partie du 17e s.; travail temporaire SED (45 sal.). la population augmente peu: elle était de 210 hab. dans les années 1960. Ableiges (950 Ableigeois, 803 ha) est un peu en amont à 5 km ENE de Vigny. Le vieux village est sur le coteau exposé au nord, mais le coteau d'en face, rive gauche, s'est peuplé de pavillons; il a une église classée des 12e-13e s. La commune a un hippodrome et un golf, est traversée au sud par la vieille chaussée dite Jules César, et contient, à sa pointe méridionale, un échangeur de la N 14 au gros hameau de la Villeneuve-Saint-Martin, qui possède une église inscrite du 13e s. et a été rattaché en 1843; une route (D 28) mène à Meulan; une nécropole mérovingienne a été fouillée dans la commune. La population croît depuis les années 1930, où elle était de 370 hab.

Us (1 300 Ussois, 1 098 ha dont 300 de bois) est à 1,5 km au nord-ouest d'Ableiges, sur le plateau qui domine la Viosne sur sa droite. Le village a une église inscrite du 13e s., une gare au pied du coteau. Une partie de l'habitat est en fond de vallée vers l'amont, aux hameaux de Clos Crottin, les Closeaux et Dampont. Ce dernier a révélé une allée couverte, qui a été transportée à Pontoise en 1893, et conserve un château du 19e s. imitation renaissance, dit aussi château du Héron, avec parc et pièce d'eau. L'ancienne voie Jules César traverse le sud-ouest de la commune sous la forme d'un simple chemin rectiligne Us abrite une maison de retraite et la visserie Huck du groupe Alcoa (110 sal.); une fonderie de non-ferreux y a fonctionné de 1951 à 1998. Le nom semble s'être écrit Ws jusqu'en 1885. La population communale a augmenté assez régulièrement du début du 19e s. (400 hab.) à 1982 (1 200 hab.) et a peu progressé depuis.

Trois communes composent la partie sud-est du canton. Condécourt (540 Condécourtois, 694 ha) est la plus méridionale, 5 km SSE de Vigny dans la vallée de l'Aubette, rive droite, sur la D 28 vers Meulan; elle a un clocher inscrit des 11e-12e s. et le village s'augmente au sud du hameau des Beaudriaux, et, en face, du manoir des Maroches. Le finage s'étend sur le plateau des deux côtés de l'Aubette; le fond de vallée, au sud, abrite le hameau et château de Villette (17e s.), œuvre de François Mansart et Jules Hardouin-Mansart, aux jardins renommés, entouré de pièces d'eau et de verdure.

Sagy (1 200 Sasiens, 1 053 ha dont 300 de bois) est juste en amont de Condécourt, mais sur la rive gauche de l'Aubette. Le village est prolongé vers le sud par le hameau de Chardrouville, tandis qu'au nord les hameaux des Mesnils égaillent leurs maisons sur un talus du plateau, et qu'au sud-est celui de Saillancourt se tient au pied d'un vigoureux coteau boisé. Un écomusée de la Moisson est installé au Petit-Mesnil par le Parc régional du Vexin. Sagy avait 400 hab. dans l'entre-deux-guerres et croît depuis; elle a passé les 1 000 hab. en 1989. Longuesse (550 Longuessois, 850 ha) est également sur l'Aubette, rive droite, à 2 km au sud du chef-lieu; son habitat est resté groupé au village, qui avait 230 hab. en 1962.

La commune de Seraincourt (1 400 Seraincourtois, 1 128 ha) dessine une pointe du canton et du département vers le sud, formant échancrure dans le département des Yvelines. Le village est à 5 km au NO de Meulan, au confluent du Bernon, lui-même affluent de la Montcient qui atteint la Seine à Meulan au même endroit que l'Aubette, et du vallon de l'Eau Brillante qui vient du nord sur sa rive gauche. Il a une église classée. Le finage contient au sud le hameau de Gaillonnet en aval du village sur la Montcient, où se tient une fabrique d'articles en caoutchouc Tercap (40 sal.), et sur le relief un ancien prieuré avec une tour. Vers le nord, le vallon de l'Eau Brillante est peuplé de maisons; elles se serrent vers la tête du vallon dans le hameau de Rueil, près d'un château des 18e-19e s. dont le parc grimpe sur le plateau. Seraincourt avait 600 hab. en 1954 comme vers 1830, et sa population croît régulièrement depuis.

Frémainville (490 Frémillons, 561 ha dont 223 de bois) est à 7 km OSO du chef-lieu, 4 km au nord de Seraincourt, dans un paysage très vallonné; le village est dominé à l'ouest par le rebord du haut plateau d'Arthies, qui atteint 200 m et porte la forêt régionale du bois de Galluis. La commune avait 220 hab. en 1931 et sa population augmente lentement depuis.

À 2 500 m amont de Vigny vers l'ouest, Théméricourt (260 Théméricourtois, 758 ha) est au bord de l'Aubette, qui longe un vigoureux coteau; au-dessus côté nord s'étend le grand plateau vers 140 m, où courent la N 14 et, à la limite nord du finage, l'ancienne voie romaine. Le village a une église classée du 12e s. mais avec portail néoroman du 19e s. Le château du 19e s., un temps propriété du dictateur haïtien Duvalier, appartient désormais au département et abrite la Maison du parc régional du Vexin français, assortie d'un musée du Vexin français. La population était de moins de 200 hab. au minimum des années 1930.

Avernes (820 Avernois, 1 247 ha dont 250 de bois) est à 4 km à l'ouest de Vigny aux sources d'un affluent de l'Aubette; son finage s'étire sur 7 km, du talus du haut plateau, couvert par le bois de Galluis, jusqu'à la voie romaine; église classée du 15e s. La commune avait 480 hab. au minimum de 1962. Gadancourt (100 Gadancourtois, 468 ha) est juste au nord d'Avernes, à 6 km ONO de Vigny sur une butte qui domine le cours supérieur de l'Aubette, nommé ru de Guiry. Elle a une église classée du 12e s., un château des 17e et 18e s. avec parc, un terrain de golf; sa population était tombée à 46 hab. en 1982.

Guiry-en-Vexin (170 Guériciens, 616 ha) est à moins de 2 km au nord-ouest de Gadancourt, à la limite du canton de Magny-en-Vexin; le village, réputé pittoresque, a dans son patrimoine une église classée (14e et 16e s.), un château de F. Mansart (1665) avec parc, l'allée couverte du Bois-Couturier, un musée archéologique départemental depuis 1983. La forêt départementale de Morval, à la tête du vallon du ru de Guiry, est un site Natura 2000; les ruines de l'ancien château dit le Cabin (16e s.) sont au sud-est du village. La mention «en Vexin» est de 1958; Guiry n'avait plus que 110 hab. en 1982.

Quatre communes sont sur le plateau au nord-ouest du canton et toutes quatre traversées par la voie Jules César.

Le Perchay (510 Perchois, 546 ha) est la plus proche du chef-lieu, 5 km au nord, sur le plateau à la tête d'un vallon affluent de la Viosne; le finage s'étend vers le nord; le village a une église inscrite du 12e s.; 250 hab. en 1975. Gouzangrez (160 Gouzangrésois, 77 ha) a un minuscule finage au bord de la voie romaine à 6 km NNO de Vigny, et sa population ne varie que très peu; église inscrite.

Commeny (380 Commenois, 472 ha) est 2 km au nord-ouest de Gouzangrez, le village étant très près de la limite régionale et tassé sur le plateau où il est frôlé par la D 43 nord-sud; il est réputé pittoresque avec une église inscrite, un écomusée de la Maison du Pain (parc régional du Vexin); produits laitiers de la ferme de la Rueillette (50 sal.), aviculture. La population était de 230 hab. en 1975. Cléry-en-Vexin (420 Clérysiens, 510 ha) est à l'angle nord-ouest du canton; le village est sur une butte, près de la N 14, qui traverse le hameau annexe des Tavernes; le hameau du Tillay est plus isolé au nord-est. Le village a une église classée des 13e et 16e s. avec clocher-tour carré à trois niveaux. La mention «en Vexin» est de 1890; la population était de 180 hab. durant le minimum des années 1920 à 1954, et augmente depuis.