Villefranche-de-Rouergue

13 000 hab. (Villefranchois), dont 750 à part, 4 585 ha dont 875 de bois, sous-préfecture de l'Aveyron, 54 km à l'ouest de Rodez. La ville est située sur la rive droite de l'Aveyron, dans un site accidenté juste au pied de la grande faille bordière du Massif Central, ce qui en fait une ville de contact et d'échanges caractéristique. Elle est née comme bastide royale en 1252 et a été fortifiée un siècle après. Le centre-ville est très riche en maisons et hôtels anciens, rues pittoresques et grandes places, dont la principale est à arcades et loge le marché, sous le porche monumental de l'église, dont le clocher monte à 59 m et offre une vue superbe de toute la ville. Plusieurs chapelles, musée Urbain Cabrol (histoire). La ville s'est ensuite étendue sur la rive gauche, où a été installée la sous-préfecture, rejoignant ainsi l'ancienne chartreuse Saint-Sauveur, édifiée hors la ville dans les années 1450 et de très belle architecture, avec grand et petit cloîtres. Un peu au nord de la ville, le château de Graves est un beau témoignage de la renaissance des années 1540, avec tours et galerie; juste au nord, se trouve l'aérodrome, doté d'une piste gazonnée de 1 025 m et d'un aéroclub. Toute la partie nord de l'agglomération est classée en zone urbaine sensible (le Tricot).

Villefranche est une ville active, à la fois gros marché, centre de services et base industrielle locale, desservie par la voie ferrée d'Albi à Capdenac. Elle a un centre hospitalier de 600 emplois (125 lits) et une polyclinique de 56 lits, collèges et lycées publics et privés, un lycée professionnel agricole public (270 élèves). La principale usine travaille pour l’aéronautique: Blanc Aéro Industrie, du groupe Lisi, a succédé à Bomap et emploie 590 personnes. Le second secteur est l’agro-alimentaire; le groupe Vilgrain, associé localement au groupe Bernard Moly (l’Épi gaulois), possède une firme de boulangerie industrielle (Les Fromentiers; 150 sal.), plus La Panetière du Rouergue (65 sal.) et l'Europe des Pains (45 sal.); salaisons Sacor (Salaisons et conserves du Rouergue, 55 sal.), volailles Avi d’Oc (20 sal.); plate-forme alimentaire coopérative Bach (55 sal.).

Dans d’autres domaines, figurent la menuiserie Castes (160 sal.), la métallerie Viguié (30 sal.), la fabrique de matériel agricole Calvet (30 sal.). Villefranche a deux grands magasins, Hyper U (110 sal.) et Leclerc (170 sal.), un Intermarché (30 sal.), un magasin Rouergue Bricolage (25 sal.); transports Gauchy (50 sal.).

Le maire de la ville est Serge Roques, UMP, médecin, ancien député. La population communale a atteint les 10 000 hab. dès 1856, est descendue à 7 400 en 1921 puis est revenue à 10 000 en 1965 et a crû jusqu’en 1982. Elle baisse un peu depuis et a diminué de 100 hab. entre 1999 et 2009, mais surtout en raison de la révision de la population comptée à part. L'unité urbaine est limitée à la commune; l'aire urbaine n'excède pas 19 700 hab. L’arrondissement a 64 200 hab. (63 600 en 1999), 8 cantons, 64 communes, 129 341 ha.

Le canton a 16 300 hab. (15 600 en 1999), 7 communes, 19 940 ha dont 3 671 de bois et forme la communauté de communes du Villefranchois. Il est limitrophe des départements du Lot et du Tarn-et-Garonne et s’étend surtout au pied de la faille, tout en poussant à l’est sur le ségala une pointe vers La Bastide-l’Évêque, dans la commune de Morlhon-le-Haut (570 Morlhonois, 2 209 ha dont 218 de bois, à 530 m), qui a une fabrique (Altec, 50 sal.) et un négoce (Lagarrigue, 35 sal.) de matériel agricole.

La grande commune de Martiel (950 Martielois, 4 671 ha dont 961 de bois), dont le centre est à 10 km ONO de Villefranche mais dont l’habitat est très dispersé sur le causse, est constellée de sotchs et compte plusieurs dolmens; scierie Poulet (40 sal.); au sud, l’ancienne abbaye cistercienne de Loc-Dieu, fondée en 1123 et qui fut puissante, a été refaite au 19e s., avec un cloître du gothique flamboyant; la commune a gagné 90 hab. de 1999 à 2009.

Toulonjac (720 Toulonjacois, 725 ha), 5 km au NO de Villefranche près de l’aérodrome, a une petite fabrique d’ULM (Aéroservices Gaspard), et 50 hab. de plus qu'en 1999. Vailhourles (650 Vailhourlais, 3 241 ha dont 652 de bois), 13 km SO du chef-lieu à l’angle tarn-et-garonnais du canton, accueille une usine de boulangerie du groupe Moly (Europe des Pains, 30 sal.), les transports Portal (70 sal.) et Rouergue Transports (45 sal.), et s'est accrue de 130 hab. entre 1999 et 2009.

Les deux autres communes sont Savignac (630 Savignacois, 1 328 ha), 5 km à l’ouest du chef-lieu sur le plateau, qui a un chantier des travaux publics Eurovia (25 sal.), et qui a gagné 70 hab. depuis 1999, et La Rouquette (760 Rouquettois, 2 981 ha dont 755 de bois), dont le village est au fond de la vallée de l’Assou à 12 km au SO de Villefranche, et qui a gagné 120 hab. dans le même temps.