Waziers

7 700 hab. (Waziérois), 434 ha, commune du département du Nord dans le canton de Douai-Nord, juste au nord-est de Douai. Son finage est longé au nord-ouest et au nord-est par la Scarpe. La voie rapide N 455 a favorisé l'installation de la grosse entreprise de transports Bils Deroo (350 sal.) ; nettoyage urbain Coved (40 sal.). Waziers a eu deux puits Bernicourt de la Compagnie d'Aniche (1866-1872 et 1872-1901), les deux puits Gayant (1852 et 1907, fermés en 1978) et les deux puits Notre-Dame (1856 et 1905, fermés en 1978) de la même compagnie, et une grosse cokerie de plus de 200 salariés, qui servait à l'agglomération de Douai.

C'est à Waziers, dont la municipalité reste communiste, que Maurice Thorez, avant même d'être ministre, mais après le lancement de la «bataille de la production» en septembre 1944 par Benoît Frachon, avait prononcé en juillet 1945 son fameux discours sur la nécessaire augmentation de la production: «produire, produire, encore produire, faire du charbon c'est aujourd'hui la forme la plus élevée de votre devoir de classe, de votre devoir de Français. Hier l'arme, c'était le sabotage, mais aujourd'hui l'arme du mineur, c'est de produire pour faire échec au mouvement de réaction, pour manifester sa solidarité de classe envers les ouvriers des autres corporations […] Je suis sûr que nous gagnerons la bataille de la production comme nous avons gagné la bataille contre l'occupant.»

La ville a un collège public et un lycée professionnel public. Au sud-ouest s'étend la «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» la Clochette, le Bivouac, Notre-Dame, partagée avec Douai et Sin-le-Noble; elle rassemble 4 000 hab. sur 89 ha et fait partie d'une zone franche urbaine douaisienne de 685 ha et 15 900 hab. La commune avait 1 000 hab. en 1851; 3 000 en 1900 et a poursuivi sa croissance dès le lendemain de la Première Guerre mondiale, culminant finalement à 11 200 hab. en 1968. Elle perd régulièrement des habitants depuis (-290 entre 1999 et 2010).