Wissembourg

8 200 hab. dont 250 à part, 4 818 ha dont 2 820 de bois, sous-préfecture du Bas-Rhin et ville-frontière à 59 km au nord de Strasbourg. Le nom peut être lu «bourg blanc». Ancien membre de la Décapole, Wissembourg est une vieille ville à remparts, dont le quartier dit Petite Venise est baigné par la Lauter. Elle offre un hôtel de ville du 18e s. et d'anciennes maisons dont la maison du Sel du 15e s., une église classée, romane à beffroi carré; musée Westercamp (histoire). Elle est dotée d'un hôpital général (170 lits), d'institutions pour enfants, d'un lycée polyvalent et d'un collège publics; un cimetière israélite est au sud. La commune s’est agrandie de Weiler en 1866, Altenstadt en 1974. La population a peu varié de 1876 (6 200 hab.) à 1970 (6 000), a augmenté ensuite mais aurait perdu 200 hab. de 1999 à 2007.

La ville réunit plusieurs zones d’activité et de nombreuses fabriques dont celle des caravanes et remorques Burstner (430 sal.) et celles des outils Wolf (260 sal.) et des tondeuses Etesia (120 sal., groupe Wolf), des spectromètres et appareils RMN de Bruker Biospin (330 sal., suisse) et du matériel médical Schiller (Odam, 75 sal.); mais Wimetal, au groupe états-unien Tenneco Automotive, a fermé en 2007 avec 180 licenciements. Dans d'autres secteurs se signalent Thermal Ceramics (isolation, 130 sal., groupe britannique Morgan), David et Baader (DBK, appareils de chauffage, 65 sal.), les équipements hydrauliques Parker Hannifin (40 sal.), les conteneurs plastiques Verit (70 sal.).

S’y ajoutent une entreprise de photocopie et routage Eurofulfill (50 sal.); une fabrique de vins mousseux (Caves de Wissembourg, 60 sal.) , une boulangerie (Rebert, 30 sal.); négoce de boyaux et fournitures de charcuterie Walter (45 sal.); supermarchés Match (55 et 25 sal.) et Simply (35 sal.); négoce de produits chimiques Interpolymer (36 sal.), travaux publics Eurovia (30 sal.); comptabilité Secal (20 sal.); transports Striebig (65 sal.) et Woehl (45 sal.). La voie ferrée est utilisée par un tramway frontalier jusqu’à Winden pour les navetteurs.

La commune, incluse dans le Parc régional pour sa moitié nord-ouest qui comprend la ville, abrite aussi un hippodrome, tandis que l’aérodrome de Schweighofen est juste de l’autre côté de la frontière. À l'est du centre-ville, de part et d'autre de la Lauter, le ban communal englobe le quartier de Breitwiese, des usines et un lycée, une grande zone d'activités aux abords de la gare de triage, le gros village d'Altenstadt flanqué au nord par la cité de Weischdorf à la frontière. Au-delà de la bifurcation ferroviaire vers l'est, s'alignent encore des usines le long de la D 3, puis se déploie la grande forêt de Wissembourg ou Basse forêt du Mundat, aux abords de laquelle a été dessiné l'hippodrome. Le ban va loin vers le sud-est dans les terres agricoles, où il englobe le hameau de Geitershof sur la route de Seebach. Sur les collines au sud de la ville, s'isole le hameau de Geisberg, près duquel un monument (avec table d'orientation commémore la bataille du Geisberg (4 août 1870).

Vers l'ouest, le ban communal s’étend également assez loin. Juste au nord-ouest de la ville, la frontière suit une crête dont le versant oriental, tourné vers la ville, porte les bois du Kaestenwald et domine le site du château Saint-Paul, isolé à la tête d'un vallon., ancien château fort qui remonte en partie au 13e siècle et a été restauré au 19e et au 20e. Au bord de la Lauter, apparaît à la frontière, dans en cadre booisé, accidenté et agrémenté d'un étang, un ensemble de maisons et institutions formant le hameau de Wailer et ses annexes de Vogelsberg et Langenberg.

Au-delà vers l'ouest, le relief s'élève et le ban prend une nouvelle extension sous la Haute forêt du Mundat; il monte sur le Hochwald à la tour de Scherhol (506 m), qui domine le col du Pigeonnier (432 m). La limite occidentale du ban est très proche du village de Climbach. Les environs de Wissembourg, outre la grande forêt de Bienwald en Allemagne, sont appréciés dans la mesure où ils incluent le pays Suédois et le vignoble de Cleebourg, plusieurs villages fleuris et attractifs, à maisons à colombage, comme Seebach, des ouvrages de la ligne Maginot qui se visitent.

L'arrondissement a 67 500 hab. (64 400 en 1999), 68 communes et 5 cantons sur 59 839 ha; il occupe toute la frontière au nord de l'Alsace. L'«aire urbaine» de Wissembourg se limite à 8 500 hab. selon l'Insee, l'unité urbaine à 8 000 en France. Le canton de Wissembourg a 17 500 hab. (17 300 en 1999) et 13 communes pour 19 707 ha dont 10 438 de bois. Très étiré le long de la frontière, sur 32 km, il se partage entre le plateau de grès à l'ouest, très accidenté et orné de vieilles forteresses frontalières (v. Lembach), dont toutes les communes sont dans le Parc, y compris Lembach et Wissembourg, et la plaine d'Alsace à l'est, marquée par la forêt de Wissembourg le long de la frontière, et Seebach au SE. La communauté de communes du pays de Wissembourg a été lancée en 1995 et élargie ensuite à 12 communes (16 600 hab.).