Canton de Reyrieux

Reyrieux

3 700 hab. (Talançonnais), 1 570 ha, chef-lieu de canton du département de l'Ain dans l'arrondissement de Bourg-en-Bresse, 4 km à l'est de Trévoux. Elle eut des thermes gallo-romains, mais c'est surtout à présent un centre industriel, relativement proche de Lyon, à 22 km au nord du centre de la métropole. Outre une base logistique régionale du groupe Intermarché (300 sal.), elle a reçu une usine des compresseurs Danfoss (450 sal., danois), la fonderie d'aluminium Rencast (ex-Valfond, 180 sal.) et la fabrique de climatiseurs Technibel (130 sal.) du groupe italien Argoclima; plus la scierie-menuiserie CGSM (Compagnie générale de scierie et menuiserie, 75 sal., à l'états-unien SCI), la fabrique d'escaliers en bois Plasse (80 sal., groupe Huet); à un moindre niveau, imprimerie du Clos Carillon (40 sal., groupe Spir), machines d'emballage MSK (30 sal.), chaudronnerie Bernard (30 sal.), négoce de plomberie (Brossette, 30 sal.), plate-forme logistique des jouets Majorette-Solido (40 sal.). Reyrieux a un petit port sur la Saône (Bernalin), un collège public. La commune n'avait que 1 100 hab. entre 1900 et 1960; sa population croît depuis.

Le canton a 20 000 hab., 13 communes, 14 277 ha dont 1 643 de bois; il est limitrophe du département du Rhône. Massieux relaie au sud l'agglomération de Reyrieux. Tout au nord à 8 km de Reyrieux, Ars-sur-Formans (1 100 Arsois, 550 ha) doit quelque notoriété à Jean-Marie Vianney, qui y fut curé de 1818 à sa mort en 1859, et canonisé en 1925; des pèlerinages avaient commencé de son vivant et continuent dans la basilique en rotonde construite en 1862; le village a aussi un musée de cires. La mention «sur Formans» est de 1956. La commune n'avait alors que 460 hab. et croît surtout depuis 1975. À Misérieux (1 800 hab. dont 390 à part, 741 ha), 5 km au nord de Reyrieux, au hameau de Cibeins, un château avec un domaine de 186 ha fut acheté en 1918 par la ville de Lyon à l'instigation de son maire Édouard Herriot pour y faire une école d'agriculture; elle est devenue un lycée agricole de 400 élèves, en partie orienté vers la pisciculture. Misérieux, qui n'avait que 570 hab. en 1968, a encore gagné 260 hab. de 1999 à 2005 (+18%).

Au sud de Reyrieux à 2 km, à Parcieux (920 Parcevins, 314 ha) accueille la maçonnerie Richard (45 sal.) et sa population a augmenté de 120 hab. entre 1999 et 2007, passant donc le millier. Le château de la Grange Blanche, du 16e s., conserve le souvenir de la Belle Cordière, la poétesse Louise Labé, qui y vécut quelques années et y mourut en 1566; elle fut célèbre par l'intensité de ses passions et de son féminisme -
«Baise m'encor, rebaise-moi et baise:
Donne m'en un de tes plus savoureux,
Donne m'en un de tes plus amoureux:
Je t'en rendrai quatre plus chauds que braise.» (Sonnet 18);
«Je vis, je meurs; je me brûle et me noie;
J'ai chaud extrême en endurant froidure;
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.» (Sonnet 8);
ou évoquant le «bon vouloir que je porte à notre sexe, de le voir non en beauté seulement, mais en science et vertu passer ou égaler les hommes: je ne puis faire autre chose que prier les vertueuses Dames d'élever un peu leurs esprits par-dessus leurs quenoilles et fuseaux» (Épître à Clémence de Bourges).

La ligne du TGV traverse le canton en son milieu. Juste à l'est, à 7 km ESE de Reyrieux, Civrieux (1 100 Séveriens dont 70 à part, 1 976 ha dont 211 de bois) a un institut médico-éducatif (60 sal.) et une station de distribution d'eau (Sdei, 40 sal.); la commune, peuplée de 490 hab. en 1968, a encore gagné 210 hab. de 1999 à 2004 (20%). Passé une ligne de bois, Saint-André-de-Corcy et Mionnay sont sur l'axe de Lyon à Bourg. Tramoyes (1 500 Tramoyens, 1 293 ha), au sud-est, à 15 km de Reyrieux et 7 km ONO de Montluel, abrite un émetteur de radiofréquences doté d'une antenne de 220 m, depuis 1934; la commune n'a que de petits ateliers. Tramoyes n'avait que 360 hab. en 1968, 790 en 1982; elle a gagné 80 hab. de 1999 à 2005.


Massieux

2 100 hab. (Masserots), 310 ha, commune du département de l'Ain dans le canton de Reyrieux; ses maisons s'étirent le long du Grand Ruisseau juste à la limite du département à 3 km au sud de Reyrieux; fabrique de pièces industrielles plastiques Duqueine Composites (75 sal.), transports (Altead Abram, 25 sal.), travaux publics (Bouhey, 30 sal.), magasins Bricoman (50 sal.) et Atac (30 sal.). La commune poursuit une croissance spectaculaire: 290 hab. en 1968, 800 en 1975, 1 600 en 1982; elle a gagné 260 hab. de 1999 à 2005.


Mionnay

2 100 hab. (Mionnezans), 1 962 ha dont 285 de bois, commune du département de l'Ain au sud-est du canton de Reyrieux, 18 km au NE de Lyon sur la route de Bourg. Bénéficiant de la N 83 et d'une gare, elle est surtout résidentielle; elle a un terrain de golf; hôtel restaurant Alain Chapel (25 sal.) et restaurant d'autoroute de l'aire de Mionnay (80 sal.). Le marais des Échets commence au sud de la commune. Mionnay n'avait que 300 hab. en 1962, 780 en 1982; mais sa population est restée étale de 1999 à 2005.


Saint-André-de-Corcy

3 100 hab. (Corciens), 2 073 ha dont 372 de bois, commune du département de l'Ain dans le canton de Reyrieux, 11 km à l'est du chef-lieu sur l'axe de Lyon à Bourg (N 83 et voie ferrée). Elle a progressé comme grande banlieue de Lyon (24 km) et abrite plusieurs ateliers de petite taille; modules de béton Caraterra (45 sal.), chocolaterie Sar (Richard, 25 sal.); supermarché Champion (65 sal.), négoces de grains (P. Bernard, 55 sal.), d'habillement (Marlybag, 35 sal.) et de plomberie (Unical, 35 sal.). La commune, dotée d'un collège public, pratique la pisciculture et s'orne de plusieurs châteaux, dont celui de Montrilloud, d'origine médiévale mais refait au 19e s., et celui de Vernange, du 18e s., devenu une maison de retraite médicalisée (45 sal.); motte castrale du 11e s. La population communale était de 650 hab. en 1954 et a augmente jusqu'en 1999, passant les 2 000 hab. en 1981; mais elle a perdu une centaine d'habitants de 1999 à 2007.