Canton de Neuilly-Saint-Front

Neuilly-Saint-Front

2 200 hab. (Frontonnais), 1 789 ha, chef-lieu de canton de l’Aisne dans l’arrondissement de Château-Thierry, 22 km au NO de celle-ci, au creux d’un petit vallon tributaire de l’Ourcq. La bourgade a un collège public; mécanique (UMA, 25 sal.); négoce de matériel agricole J. Deere (20 sal.), spectacles F. Hanouna (75 sal.); une gare est dans la vallée de l’Ourcq, 3 km au nord du bourg. La population communale augmente un peu depuis 1962 (1 500 hab. sdc) et s'est accrue de 90 hab. entre 1999 et 2008. Neuilly-Saint-Front est le siège de la communauté de communes de l’Ourcq et du Clignon, qui rassemble 32 communes (9 700 hab.), soit presque le canton.

Le canton a 10 300 hab. (9 600 en 1999), 33 communes, 25 996 ha; limitrophe des départements de l’Oise et de la Seine-et-Marne, il est bordé au nord par la vallée de l’Ourcq, au sud-ouest par celle du Clignon, et s’étend surtout en Orxois. La Ferté-Milon est certainement sa bourgade la plus connue. Beaucoup de communes ont des églises clasées, mais qui ont souffert de la Grande Guerre et dont beaucoup ont été refaites ensuite. Montigny-l’Allier (270 hab., 1 014 ha dont 610 de bois), tout au SO à 18 km de Neuilly, est un village-rue longeant la rive droite du Clignon, et entouré d’un grand bois; on voit les restes d’une commanderie de templiers (13e et 16e s.), la tour Plaideuse du 16e s., une église classée des 12e et 14e s.

Dans la même vallée du Clignon en amont, Brumetz (210 Brumetziens, 724 ha), 12 km au sud-ouest du chef-lieu, a une église classée des 12e-13e s. Gandelu (690 Gandelusiens, 1 003 ha dont 350 de bois), 2 km à l'est de Brumetz mais sur la rive gauche, conserve un château avec tour du 14e s. et une enceinte du 16e s., une église classée en partie du 12e s., et a gagné 40 hab. depuis 1999.

Veuilly-la-Poterie (140 hab., 754 ha dont 336 de bois), dans une cuve du versant gauche un peu en amont, a une église classée du 12e s. à clocher carré. Bussiares (120 hab., 740 ha), 11 km au sud de Neuilly également sur la rive gauche, a une église classée des 12e et 15e s. Torcy-en-Valois (80 hab., 362 ha dont 142 de bois), perchée sur le plateau dominant le Clignon un peu plus à l'est, a une église classée (15e au 18e s.) et un cimetière allemand; la mention «en Valois» est de 1933.

Sur le plateau et dans ses vallons au nord du Clignon, Monthiers (170 Monthiérois, 737 ha) est à 10 km SSE de Neuilly; église classée des 12e-13e s., ancien château. Bonnesvalyn (230 hab., 634 ha dont 207 de bois), 8 km au sud-est du chef-lieu, a aussi une église classée des 12e-13e s., plus ornée. Hautevesnes (150 Hautevesnois, 729 ha) a des restes d'une église classée du 12e s., et a reçu en 2009 les six éoliennes du parc du Vieux Moulin (12 MW). Chézy-en-Orxois (370 Cahusas, 1 615 ha dont 318 de bois), 9 km au SO de Neuilly, a des maisons anciennes et une église classée de style flamboyant (16e s.).

Dammard (430 Dammardois, 796 ha), 5 km OSO de Neuilly, comprend à l'ouest les hameaux de Montmarlet et Montémafroy. Monnes (100 hab., 492 ha) est juste à l'est de Dammard et a des ruines d'une église classée du 13e s. au hameau de Cointicourt dans la vallée de l'Allan au sud-est; le commune s'est nommée Cointicourt jusqu'en 1885. Priez (50 hab., 493 ha), en amont dans cette même vallee, a une autre église classée des 13e et 15e s.; son finage comprend dans la vallée les hameaux de Breuil, Montmanjean et Remontvoisin, et plus au nord sur le plateau celui de Rassy.

Latilly (220 hab., 932 ha), 5 km ESE de Neuilly, a une église classée des 12e-13e s., un étang collinaire au nird-ouest sous le hameau de Ressons. À Grisolles (200 Grisollois, 1 063 ha), 9 km ESE de Neuilly, qui a gagné 40 hab. dans le même temps, s’est installé un atelier de plasturgie du groupe Viquel (articles scolaires, 50 sal.); un château au nord du village, grosse ferme de Triange à l'ouest. La Croix-sur-Ourcq (110 hab., 1 045 ha), 9 km à l'est de Neuilly, accueille les charpentes du Villon (40 sal.); église classée des 11e-12e s., château de Montigny à l'est. La trace d'une ancienne Chaussée Brunehaut sépare son finage de celui d'Armentières-sur-Ourcq (100 hab., 681 ha), 12 km à l’est de Neuilly, qui se signale par les restes d’une maison forte, restaurée après 1930. La mention «sur Ourcq» a été ajouté en 1937 aux deux communes.

Au nord-est du chef-lieu, Vichel-Nanteuil (110 Vichelois, 639 ha) associe deux villages du versant gauche de la vallée de l'Ourcq, Nanteuil en amont de Vichel, leur réunion date de 1819, sous le nom de Nanteuil-sur-Ourcq-et-Vichel, qui a été simplifié et inversé en 1890. En face, Rozet-Saint-Albin (310 hab., 795 ha dont 257 de bois), sur la rive droite de l’Ourcq à 5 km NE de Neuilly, dont le nom double est antérieur à la Révolution, étire ses maisons sur plus de 2 km, jusqu'au Ménil à l'est; une laiterie (Pomly, 100 sal.), une sablière (Samin, 25 sal.). Chouy (400 hab., 2 003 ha dont 457 de bois) est la commune la plus septentrionale du canton et contient au nord-ouest le bois de Hautwison et le hameau de Villers-Petit. Le village s'étire en S sur un versant exposé au sud jusqu'au hameau du Bout du Mont à l'est, et son finage comprend plusieurs fermes dispersées; il atteint au sud le cours de l'Ourcq. Chouy a gagné 80 hab. de 1999 à 2008.

Marizy-Saint-Mard (50 hab., 454 ha), ancienne Petit-Marizy, est dans un vallon à l'ouest de Neuilly, Marizy-Sainte-Geneviève (130 hab., 771 ha), ancienne Grand-Marizy, un peu plus à l'ouest sur le plateau et leurs finages descendent au nord dans la vallée encaissée de l'Ourcq. Troësnes (240 hab., 265 ha) est au confluent de l’Ourcq et de la Savières, à 7 km au NO du chef-lieu; c’est à Port-aux-Perches, au confluent, que commence l’Ourcq canalisé, sur 10 km et 4 écluses, avant que ses eaux n’alimentent le canal de l’Ourcq à Mareuil-sur-Ourcq qui est dans l’Oise.


Ferté-Milon (La)

2 440 hab. (Milonais) dont 260 à part, 1 835 ha dont 553 de bois, commune de l'Aisne dans le canton de Neuilly-Saint-Front, 13 km à l'ouest du chef-lieu dans la vallée de l'Ourcq. La vieille ville s'étage sur le versant gauche et a conservé quelques restes de son enceinte et la façade de l'ancien château de 1407, longue de cent mètres. La ville moderne a pris ses aises dans la vallée, autour de la gare et du canal de l'Ourcq, dont le chemin de halage offre une belle promenade et qui est fréquenté par les bateaux de plaisance. Une église des 15e-16e s. à vitraux du 16e et deux musées complètent l'attrait de la ville; l'un des musées est consacré au machinisme agricole, l'autre à Jean Racine, né en 1639 à La Ferté et son plus célèbre citoyen.

La Ferté-Milon n'a pas de collège, mais un lycée professionnel des métiers de l'agriculture, avec internat; usines de cartonnages Media-6 (40 sal.) et de plastiques du même groupe (90 sal.), plastiques Stratime (20 sal.), Intermarché (25 sal.). La commune a absorbé en 1960 sa voisine du sud Saint-Quentin-sur-Allan, ce qui n’a guère changé le nombre de ses habitants; celui-ci a un peu augmenté depuis, du moins jusqu’en 1990, et a gagné 70 hab. de 1999 à 2008; mais la commune avait déjà atteint les 2 000 hab. dans la première moitié du 19e siècle.