Canton d'Oulchy-le-Château

Oulchy-le-Château

860 hab. (Ulchéens), 1 508 ha, chef-lieu de canton de l’Aisne dans l’arrondissement de Soissons, 21 km au SSE de la ville sur le plateau du Tardenois et à 3 km de la vallée de l’Ourcq; le village est traversé par une ancienne Chaissée Brunehaut sud-nord; l’église classée des 11e-12e s. est dotée d’un clocher roman carré à trois étages; des grottes (creuttes) apparaissent au bas de la couche du calcaire grossier. À l’est du village, la butte de Chalmont porte un monument commémoratif de la seconde victoire de la Marne (juillet 1918). Oulchy abrite l’usine principale de la société Viquel, qui y emploie 60 personnes à la fabrication de bimbeloterie et objets scolaires en plastique. La commune a intégré en 1976 sa petite voisine Cugny-lès-Crouttes, qui n’avait plus que 25 hab. et conserve une église; sa population continue à augmenter très légèrement et a gagné 20 hab. entre 1999 et 2004.

Le canton a 26 communes, 5 700 hab. (5 500 en 1999), 23 176 ha; traversé par la route de Château-Thierry à Soissons, il s’étend sur le calme relief du plateau du Soissonnais, dans un paysage de grande agriculture parsemé de petits villages qui se dissimulent dans les vallons; au nord s’encaisse la vallée de la Crise, qui rejoint l’Aisne à Soissons. La communauté de communes du canton d’Oulchy-le-Château et de ses environs correspond au canton et siège au chef-lieu. Dans la vallée de l’Ourcq à 3 km au SO d’Oulchy, Montgru-Saint-Hilaire (33 Montgruains, 324 ha) , issue d'une association antérieure à 1790, a sur son territoire une sablière Sibelco (30 sal.) et une fabrique de colles Mapei (50 sal.). Breny (290 hab., 452 ha), juste en amont, est avec elle la seule commune à s'étendre sur le plateau au sud de l'Ourcq; son église du 12e s. est classée; Breny a gagné 40 hab. de 1999 à 2008.

Oulchy-la-Ville (130 hab., 713 ha), 2 km à l'ouest du chef-lieu, a aussi une église classée du 12e s. Vers l'ouest, Billy-sur-Ourcq (220 Billyacois, 1 017 ha dont 245 de bois), à 7 km ONO du chef-lieu et qui n'a nul rapport avec l'Ourcq dont elle est séparée par le territoire du canton de Neuilly-Saint-Front à Rozet-Saint-Albin, a une église classée des 13e et 16e s., comme Saint-Rémy-Blanzy (240 hab., 1 399 ha dont 230 de bois), 7 km au NO d'Oulchy-le-Château, qui conserve aussi la tour d'une ancienne prévôté; Saint-Rémy est à un carrefour de routes, Blanzy au nord-ouest; les deux villages étaient associés dès avant 1790; la commune a gagné 40 hab. après 1999.

Parcy-et-Tigny (250 Parcyacois, 1 059 ha) est à 10 km NNO du chef-lieu et résulte d'une fusion du début du 19e s.; Tigny est au nord, Parcy a une église classée du 16e s. Hartennes-et-Taux (350 Hartennois, 631 ha), juste à l'est de Parcy-et-Tigny, de l'autre côté de la D 1, accueille les transports Veckmann (25 sal.); Hartennes est sur la D 1, Taux est un bien maigre hameau plus au nord; leur réunion est de 1859.

Vierzy (440 Vierzois, 1 273 ha) est 5 km plus à l'ouest, à la tête de la vallée de la Savières qui descend vers l'Ourcq en passant par Longpont; elle a une église inscrite des 12e et 16e s., une gare à l’entrée du tunnel qui permet à la voie ferrée de Paris d’atteindre Soissons, et s'est accrue de 40 hab. depuis 1999; hameau et ancien château fort de Vaucastille (15e s.) à l'ouest. La commune de Chaudun (270 Chaudunois, 852 ha), 9 km au SO de Soissons, forme un appendice au NO du canton; elle a perdu en 2011 sa métallerie de panneaux routiers (Sécurité et Signalisation, 40 sal.); la N 2 traverse son territoire.

Au nord du canton, Villemontoire (220 Villemontoiriens, 765 ha) se perche sur un éperon entre deux vallons;; ferme et caves de Charentigny à l'ouest. Un peu au nord Buzancy (190 Buzancéens, 475 ha) a un château et porte le monument des Écossais au Brisquet, classé et propriété étrangère, érigé en août 1918 au lieu-dit Brisquet, avec un cimetière. Sa voisine Rozières-sur-Crise (240 Roziérois, 732 ha dont 284 de bois), à 7 km SSE de Soissons, s'orne du château d’Écuiry (18e s.), avec parc et hameau, dans la vallée de la Crise, dont le nom a été accolé à Rozières en 1936. Un peu en amont dans cette vallée, Chacrise (330 Chacrisois, 1 274 ha dont 450 de bois) est à 14 km au NNE du chef-lieu, a une église classée du 12e s. et contient à l'ouest le hameau et le château de Villeblain (15e s.); travaux publics Genard (40 sal.). Droizy (80 hab., 542 ha), 10 km NNE d’Oulchy, conserve une tour ronde de son ancien château du 14e s.

La plupart des communes à l'est du canton ont des églises intéressantes, le plus souvent détruites pendant la Grande Guerre et restaurées. Nampteuil-sous-Muret (80 hab., 338 ha) à 2 km en amont de Chacrise dans la même vallée, a une église inscrite des 12e et 16e s.; ferme de l'Épitaphe au nord sur le plateau. Maast-et-Violaine (160 hab., 1 096 ha) est à la tête du vallon de Violaine à l'est, l'une des braches supérieures de la Crise, et a une église classée des 12e-13e et 16e s.; la réunion des deux villages, Violaine au nord, Maast dans un vallon sur le versant sud, est des années 1790.

Muret-et-Crouttes (140 Muretains, 524 ha) dans le vallon de Launoy au sud, autre branche supérieure de la Crise, associe deuis le 18e s. deux villages, les Crouttes au sud-est de Muret, avec un château; église inscrite des 12e et 16e s. à Muret. Cuiry-Housse (110 Cuiry-Houssiens, 854 ha) n'a qu'un seul village à l'angle nord-est du territoire cantonal, à 17 km du chef-lieu; église classée des 12e, 13e et 14e s.

La grande commune d'Arcy-Sainte-Restitue (450 hab., 2 643 ha dont 405 de bois), qui a gagné 70 hab. de 1999 à 2008, a son village principal à 10 km au NE d'Oulchy-le-Château; son église des 12e-13e s. est classée; elle comprend à l'est les hameaux de Rugny, Foufry et Branges; cette dernière, qui a un château du 16e s., est issue d'une commune absorbée en 1972 avec 110 hab. Cramaille (130 hab., 812 ha), au sud d'Arcy et 9 km ENE du chef-lieu, a une église classée du 16e s. et des retes d'un château-fort du 13e s.; négoce d'équipements d'automobiles SPDO (50 sal.).

Beugneux (130 Beugneusiens ou Bunoliens, 768 ha), 5 km au nord-est du chef-lieu, conserve une église classée des 12e-13e s. Grand-Rozoy (300 hab., 1 245 ha dont 268 de bois), 4 km NNE du chef-lieu, a une église classée du 15e s.; hameau de Courdoux au nord du finage.n La commune s'est nommée Rozoy, puis Rozoy-et-Courdoux en 1801, puis Rozoy-Grand, avant de prendre son nom actuel au 19e s.; elle a gagné 40 hab. depuis 1999.