Canton d'Arcis-sur-Aube

Arcis-sur-Aube

3 100 hab. (Arcisiens), 949 ha, chef-lieu de canton du département de l’Aube dans l’arrondissement de Troyes, sur la rive gauche de l’Aube à 28 km au nord de Troyes. Son nom semble évoquer une ancienne forteresse (ars) et l’on y cultive le souvenir de son plus célèbre fils, Georges Danton (1759-1794). Bourgade de service en pleine Champagne crayeuse, Arcis est marquée par l’agriculture (silos, sucrerie); la sucrerie, au groupe Cristal-Union, créée en 1964, emploie 230 permanents et 120 saisonniers et traite la production de 18 000 ha de betteraves (un millier de planteurs) au rythme de 15 000 t/j, 20 000 en pointe; elle fournit aussi du bio-éthanol depuis 1994, et elle est passée en 2002 à un million d’hectolitres d’alcool par an, ce qui en ferait la première distillerie d’Europe.

Arcis a également participé au bassin textile troyen mais la firme CTM a été fermée en 2001 par le groupe Sara Lee. L’imprimeur Brodart a créé une fabrique d’emballages (80 sal.); FVI (France Volets Intex, 75 sal.) fabrique des volets et des portes en bois; la ville est fleurie (trois fleurs), a deux supermarchés Carrefour (40 sal.) et Intermarché (25 sal.), une malterie du groupe Soufflet (25 sal.), transports E. Féron (30 sal.) et cars Procars (25 sal.); maison de retraite publique, collège public et lycée professionnel agricole privé. La population communale baissait un peu depuis 1975 (3 400 hab. sdc), mais a regagné 150 hab. entre 1999 et 2008. La communauté de communes de la région d’Arcis-sur-Aube réunit 14 communes (6 000 hab.). Arcis est également le siège du pays de la Plaine de Champagne, pays officiel du département de l’Aube, comptant 12 200 hab., 46 communes sur 735 km2 (densité 16,6).

Le canton a 10 100 hab. (8 800 en 1999), 22 communes et 40 245 ha; très étiré du sud au nord sur près de 40 km le long du faisceau de circulation de Troyes à Châlons, il atteint au nord la limite du département de la Marne, aux environs de Mailly-le-Camp. Villiers-Herbisse (95 Villerats, 2 644 ha), à la tête de l'Herbissonne 12 km NNO d'Arcis, a une église classée des 12e et 16e s. et accueille le négoce de légumes de Hauts de Villiers (45 sal.); son territoire atteint à l'est la route de Troyes à Châons et l'autoroute A 26 (aire de repos du Champ Carreau). Semoine (220 hab., 2 255 ha), 8 km à l’ouest de Mailly, en pleine Champagne crayeuse, a un musée de la Moto d’antan et la moitié du parc éolien du Mont de Bézard (6 éoliennes, 12 MW), l'autre moitié étant divisée entre Salon (canton de Méry-sur-Seine) et Gourgançon (Marne), trois éoliennes chacune.

Juste à l’est d’Arcis sur la rive gauche de l'Aube, Torcy-le-Grand (440 Torcerons, 754 ha) a un atelier de charpentes et menuiserie (Arbat, 70 sal.) et un échangeur de l’A 26 avec péage; transports A. Champagne (35 sal.). Au nord du chef-lieu sur la rive droite de l’Aube, Le Chêne (250 hab., 2 101 ha) a accueilli une unité de préparation de légumes sous vide (Ghisetti, 25 sal., italien) et le nouvel atelier de viandes Huguier (100 sal. avec l'ancienne usine de Mailly-le-Camp). À l’ouest d’Arcis, Villette-sur-Aube (230 Villetlots, 728 ha) partage avec Arcis la sucrerie et les installations de la coopérative agricole Scara (65 sal.), et a gagné 50 hab. entre 1999 et 2008; Ormes (210 Ormiots, 1 014 ha), sur le bord droit de la vallée, 3 km au NO d’Arcis, a une grosse coopérative de déshydratation de la luzerne (35 sal.).

La partie méridionale du canton est drainée par la Barbuise, qui rejoint la vallée de l’Aube à Pouan-les-Vallées (500 Pouanais ou Pouagnots, 1 661 ha), 6 km en aval d’Arcis (église classée des 13e-16e s.), les rivières elles-mêmes ne confluant cependant que 8 km en aval, face à Plancy-l’Abbaye; la commune accueille les transports D. Féron (70 sal.) et a gagné 40 hab. après 1999. En amont s'égrènent Nozay (140 Nozéens, 1 575 ha), 5 km au SO d'Arcis, dont la partie occidentale du finage porte des éoliennes du parc des Banlées (6 mâts, 14 MW) partagé avec Premiefait (canton de Méry-sur-Seine); Saint-Étienne-sous-Barbuise (140 Stéphanois, 1 084 ha); Saint-Rémy-sous-Barbuise (170 Saint-Rémytons, 1 557 ha).

Ensuite viennent Voué (550 Vouziens, 1 325 ha), 9 km au sud d'Arcis sur la route de Troyes, plus étoffée, qui a gagné 120 hab. (un quart) entre 1999 et 2008 et qui a une église classée du 16e s., ainsi qu'une partie des éoliennes du parc des Banlées; Montsuzain (360 Montsuzanois, 1 962 ha) qui a gagné 70 hab. après 1999; Aubeterre (240 Aubeterriens, 1 166 ha) un peu à l'écart. Enfin, à 15 km SSE d’Arcis-sur-Aube, Charmont-sous-Barbuise (1 000 Charmontais, 3 833 ha) a un château du 18e s. classé et deux églises du 16e s., une aire de service et un échangeur de l’autoroute A 26 vers Troyes, deux parcs éoliens de 6 mâts et 12 MW chacun. Charmont aurait gagné 300 hab. de 1999 à 2008 (+43%).


Mailly-le-Camp

1 700 hab. (Maillochains), 4 270 ha, commune du département de l'Aube dans le canton d'Arcis-sur-Aube, en pleine Champagne crayeuse mais sur l'axe de circulation de Troyes à Châlons (N 17, A 26, voie ferrée) et non loin de la N 4 (7 km). Elle est indissociable du vaste camp militaire, ouvert en 1897, qui s'étend à cheval sur les départements de l'Aube et de la Marne. Il y occupe une surface de 12 420 ha, considérée comm «savart» au titre des sites Natura 2000. Les installations militaires comptent depuis 1994 un camp d'entraînement moderne, ouvert à des armées étrangères et composé d'un Centre de préparation des forces (800 personnes dont 110 civils en 2005, réduit à 230), un centre d'entraînement des postes de commandement (CEPC) et un centre d'entraînement au combat (Centac), un Eacat (établissement annexe du commissariat à l'Armée de Terre) et le 32e Groupement de camp; au total 720 personnes, qui ne sont plus comptées «à part».

La commune n'avait pas 500 hab. en 1900, mais elle était passée à 3 500 en 1926 (sdc); la population municipale était à peu près stable depuis 1960, mais a gagné 320 hab. entre 1999 et 2008 en raison des changements de définitions, tandis que la population totale diminuait de 390…. Mailly accueille aussi un atelier de viandes et plats cuisinés Huguier, né comme boucherie pour les besoins du camp en 1907, dédoublé au Chêne en 2007 (100 sal. en tout).