Canton de Cassagnes-Bégonhès

Cassagnes-Bégonhès

970 hab. (Cassagnohésiens), 3 093 ha dont 322 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Aveyron dans l'arrondissement de Rodez, 25 km au sud de la préfecture au bord du Céor, à 527 m. Cette ancienne châtellenie, qui fut aussi un pays de bandits au 16e s., a conservé le donjon de l'église (15e s.) et une longue pratique de foires et marchés; un collège privé; aérodrome (code LFIG) au NO du village, avec une piste bitumée de 1 050 m, une en herbe de 250 m, aéroclub et école de pilotage. La population diminue depuis les 1 400 hab. des années 1910.

Le canton a 5 800 hab. (5 300 en 1999), 7 communes, 20 631 ha dont 2 212 de bois; il est traversé au NO par le Viaur, le reste du canton formant le haut bassin du Céor. Salmiech (730 Salmiéchois, 2 816 ha), sur le Céor à 4 km NE du chef-lieu, site d'un oppidum préromain à 605 m, a un grand centre équestre et un musée du charroi rural et de l'artisanat local, ainsi qu'une pépinière départementale; on y organise une route du Sel en souvenir des anciens convois allant de la côte méditerranéenne au Rouergue. Auriac-Lagast (260 Aurigastois, 3 076 ha dont 445 de bois), 5 km au SE du chef-lieu, est à 750 m d'altitude la commune la plus méridionale du canton et lance vers le SE une pointe jusqu'au puy de Lagast, qui culmine à 929 m au sein d'une forêt de hêtres; large panorama.

Le nord du canton est déjà proche de Rodez. Calmont (Aveyron) y a dépassé 2 000 hab. À Comps-la-Grand-Ville (530 Compsiens, 2 195 ha dont 346 de bois), 10 km NNE de Cassagnes à 705 m, à la limite du Ségala et du Lévezou, sont le château de Vareilles et, dans le fond de la vallée du Viaur, abbaye de Bonnecombe fondée en 1167. «Vendue comme bien national, pillée, elle devint une grange. Elle fut reconstruite par les moines à partir de 1889 qui y restèrent jusqu'à 1965. Une communauté orthodoxe prit le relais jusqu'en 1968. Elle devint ensuite un centre de réinsertion pour délinquants jusqu'en 1980, avant d'abriter des membres de la communauté de l'Arche, mouvement pacifique fondé par Lanza del Vasto. Depuis mai 1998, c'est la communauté catholique des Béatitudes qui y réside» (Aveyron-magazine); il reste un haut clocher-tour carré à porche. La population a augmenté de 90 hab. entre 1999 et 2009.

La commune la plus orientale du canton est Arvieu (880 Arvieunois, 4 691 ha dont 381 de bois), 13 km ENE de Cassagnes à 740 m, à l'extrémité de laquelle a été édifié le barrage de Pareloup et qui abrite le siège du pays des Monts et Lacs du Lévezou; elle a perdu 40 hab. depuis 1999. La communauté de communes de Cassagnes-Bégonhès a changé son nom en 2008 pour Viaur-Céor-Lagast; elle comporte 6 communes (4 800 hab., 15 900 ha), soit le canton moins Arvieu, qui adhère à celle du Lévezou-Pareloup.


Calmont (Aveyron)

2 050 hab. (Calmontois), 3 089 ha dont 225 de bois, commune du département de l'Aveyron dans le canton de Cassagne-Bégonhès, 16 km NNO du chef-lieu, 11 km ESE de Baraqueville dans le Ségala. Le village, à 700 m, conserve un donjon; sa population croît depuis les 1 100 hab. de 1975 et s’est accrue de 420 hab. de 1999 à 2009, soit d’un bon quart. Au nord du village, la butte de Ceignac est un vieux lieu de pèlerinage marial, où a été édifiée à la fin du 19e s. une basilique dans le style de l’époque; centre d’aide par le travail et de rééducation; à l’extrémité nord de la commune passent la voie ferrée et la N 88; installations de la coopérative Unicor, plate-forme de distribution (50 sal.) et centre de production de semences de la RAGT (150 sal.); mécanique Cabal Colomb (25 sal.), surgelés Primogel (20 sal.), négoces de matériel agricole Océamat (20 sal.) et Cadauma (20 sal.).