Canton d'Eyguières

Eyguières

5 500 hab. (Eyguiérens), 6 875 ha dont 2 600 de bois, chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône dans l'arrondissement d'Arles, 40 km à l'ENE d'Arles. C'est un beau village avec porte de l'ancienne enceinte, fontaines et placettes, situé dans un passage entre les collines terminales des Alpilles; centre archéologique dans l'ancienne mairie, arènes sur l'emplacement d'un ancien moulin, théâtre de verdure et cimetière paysager. Le finage monte à 498 m à la Tour des Opies sur le mont Menu à l'ouest, 317 m à l'est sur la montagne du Défens, partagée avec Lamanon. Il conserve les ruines castrales de Castellas et l'ensemble de Roquemartine, ancienne commune absorbée en 1830, comportant un château (11e-12e s.) avec parc et une église; site archéologique de la villa gallo-romaine de Saint-Pierre-de-Vence. La moitié sud de la commune est dans la plaine, où passe le canal de Craponne. L'aérodrome de Salon-Eyguières a deux pistes gazonnées de 1 300 et 1 220 m et accueille deux aéroclubs, dont l'un spécialisé dans les ULM. La commune a un collège public, un centre de convalescence (Clinea, 50 sal.), un Intermarché (40 sal.), et cultive 151 ha de vignes. Eyguières avait plus de 3 000 hab. en 1870, moins de 2 000 en 1931; sa population augmente depuis la dernière guerre. Elle a gagné près de 900 hab. de 1999 à 2004, atteignant 6 300 hab. (sdc).

Le canton a 19 200 hab., 7 communes, 20 886 ha dont 6 306 de bois. Tout à l'ouest, Mouriès dépasse 2 000 hab. Aureille (1 400 Aureillois, 2 174 ha dont 847 de bois), 8 km à l'ouest du chef-lieu, associe au sud une partie de plaine, irriguée par le canal de Craponne, au nord un fragment du versant méridional des Alpilles. C'est un «village de caractère» avec des restes castraux du Castellas (12e s.), fontaines et oratoire, tour de l'horloge, borne milliaire, arènes. La commune n'avait que 300 hab. dans les années 1930 (700 vers 1850) et croît surtout depuis 1980 (+110 hab. de 1999 à 2007).

Lamanon, Mallemort et Alleins ont dépassé les 2 000 hab. Vernègues (950 Verneguais, 1 589 ha dont 500 de bois) est un village construit en damier de 1911 à 1914, sur le plateau à 10 km à l'est de Lamanon, qui monte à 397 m. Le finage offre au moins trois lieux d'intérêt: le large panorama et les ruines de l'ancien village perché au nord, et de son château, détruits par un séisme en juin 1909; le site gallo-romain de Saint-Césaire au sud-est avec temple antique, chapelle et Château Bas, et une nécropole du 8e siècle; l'oppidum d'Alvernicum au nord. La partie orientale de la commune est traversée par le TGV et la N 7. Vernègues cultive 150 ha de vignes; elle n'avait que 220 hab. en 1954 et croît depuis; elle est parvenue à 1 300 hab. en 2004 après un gain de 34% par rapport à 1999.


Alleins

2 100 hab. (Alleinois), 1 678 ha dont 563 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton d'Eyguières, 13 km à l'est du chef-lieu au pied du talus des plateaux qui dominent la plaine de la Durance. Elle offre des ruines castrales, une tour-porte de l'horloge, des demeures du 16e s. et plusieurs oratoires, des arènes avec courses taurines; elle est traversée par le canal de Craponne. Alleins a eu plus de 1 300 hab. vers le milieu du 19e s., 700 seulement dans l'entre-deux-guerres; sa population croît depuis et a gagné 300 hab. de 1999 à 2006.


Lamanon

1 800 hab. (Lamanonais), 1 919 ha dont 760 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton d'Eyguières, 5 km à l'est du chef-lieu. Il occupe le pertuis de Lamanon, entre la montagne du Défens qui prolonge les Alpilles vers l'est, et les plateaux calcaires du pays d'Aix. La Durance semble bien être passée par ce défilé au début du Quaternaire, construisant la Crau de ses décharges et aboutissant à un delta commun avec le Rhône. Par le pertuis se glissent la voie ferrée PLM, l'A 7 et la route de Marseille à Avignon, ainsi d'ailleurs que les canaux des Alpilles et de Craponne. Le site de Calès sur le Défens, occupé du néolithique au 16e s., se signale par des grottes, des restes castraux, un parc et un habitat troglodytique préhistorique qui ont suscité l'ouverture du musée archéologique de Calès Saint-Denis.

Le village actuel de Lamanon est né au milieu du 18e s. des maisons ouvrières à jardins flanquant le château des seigneurs de Cadenet, qui a été construit en 1660 et qui subsiste. Non loin du village dans la plaine, le Jardin du Platane abrite un spectaculaire platane tri- ou quadricentenaire de plus de 20 m de haut et près de 8 m de circonférence, couvrant 1 530 m2, surnommé le Géant de Provence; ce Jardin attire fêtes et concerts. La commune cultive 62 ha de vignes et a quelques industries: fabrique d'instruments de contrôle MGP (260 sal.), éléments en béton Bonna Sabla (90 sal.); nettoyage industriel GRI (85 sal.), négoce de papeterie-cadeaux (Glama, 30 sal.). Lamanon n'avait que 490 hab. en 1936 et croît depuis.


Mallemort

5 100 hab. (Mallemortais), 2 816 ha, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton d'Eyguières, 16 km ENE du chef-lieu. Le bourg est sur la rive gauche de la Durance et conserve des ruines du château des évêques de Marseille, une église fortifiée; un vieux pont suspendu de 1846, de 320 m de long, a été désaffecté et doublé par un nouveau pont. Un barrage sur la Durance permet de détourner les eaux vers le canal des Alpilles et vers le canal d'amenée de l'usine électrique de Saint-Chamas. Au sud du bourg, la petite agglomération de Pont-Royal se tient sur la N 7 au croisement du canal de Craponne; un ancien relais routier y est devenu maison noble puis hôtellerie, avec un golf (35 sal.) à proximité sur les collines, près du moulin de Vernègue; Pont-Royal a aussi un centre de formation d'adultes Émile Pico (35 sal.) pour les travaux publics, avec un musée des engins de travaux publics également au nom d'Émile Pico.

La commune a un collège public et une centrale électrique; métallerie Plima (40 sal.), Intermarché (50 sal.), négoces de fruits Pom Alliance (110 sal.) et Sud Horizon (25 sal.), transports Transbis (Bacarat, 30 sal.) et Durance-Luberon (TDL, 25 sal.). La commune est «station verte de vacances», affiche 340 résidences secondaires, 150 places de camping et 100 chambres d'hôtel et a reçu un village de vacances Pierre et Vacances Maeva (70 sal.). Elle ne cultive que 53 ha de vignes mais conserve une cave coopérative. Mallemort avait 2 400 hab. au milieu du 19e s., 1 900 en 1930, et sa population augmente depuis: 3 000 hab. en 1962, 4 000 en 1983; elle s'est accrue de plus de 500 hab. entre 1999 et 2005.


Mouriès

2 800 hab. (Mouriésens), 3 825 ha dont 916 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton d'Eyguières, 15 km à l'ouest du chef-lieu, au pied des Alpilles dans la plaine de la Crau. Elle était déjà un bourg étoffé au 19e s. (2 200 hab. en 1866) mais la commune s'était dépeuplée jusqu'à 1 300 hab. entre 1930 et 1950; sa population croît depuis, assez régulièrement. Mouriès se veut la première commune oléicole de France avec 80 000 arbres et trois moulins dont un coopératif, mais Maussane-les-Alpilles lui dispute ce rang; on y cultive aussi 104 ha de vignes. La commune affiche 200 résidences secondaires; elle a des arènes où se produisent des spectacles camarguais. Au nord, les Alpilles abondent en sites d'escalade et offrent le beau décor de la Vallongue, l'oppidum des Caisses de Jean-Jean. Dans la plaine au sud, le Mas de Brau (16e s.) a des jardins classés; château de Beauregard, jardins et golf au château de Servanne, jardins des mas de Jacquet et Viguery (18e au 20e s.). La ville est le siège de la communauté de communes de la Vallée des Baux, qui réunit 10 communes et 25 300 hab.