Canton de Bourguébus

Bourguébus

1 400 hab. (Bourguébusiens), 552 ha, chef-lieu de canton du Calvados dans l’arrondissement de Caen, 9 km au SE de la préfecture dans la plaine de Caen. Bourguébus n’avait que 200 hab. en 1936, 300 en 1962 et sa population augmente depuis; elle a gagné 320 hab. (+30%) de 1999 à 2008. Plusieurs entreprises s’y sont installées: automatismes et modules de sécurité Crouzet (au groupe Schneider Electric, 170 sal.); confection Normandie-Couture (60 sal.), teillage de lin Vandelacre (45 sal.), quelques petits ateliers de métalmécanique et des transporteurs dont Sotrale (Lemonnier, 70 sal.); vente à domicile Tupperware (35 sal.); transports Gandon (35 sal.), travaux publics 2EA (25 sal.). Le village est le siège de la communauté de communes de la Plaine Sud de Caen, qui réunit 8 communes et 6 800 hab.

Le canton a 23 500 hab. (19 400 en 1999), 23 communes, 14 328 ha, dont 576 de bois; il s’étire d’est en ouest dans la Campagne de Caen, dans la grande banlieue SE de la ville, entre la vallée de l’Orne et les premières collines du pays d’Auge et il est traversé à l’est par la N 13 et la voie ferrée Paris-Caen, au centre par la route à 4 voies Caen-Alençon-Le Mans (N 158). Deux ensembles distincts de villages se distinguent, l’un au nord-est sur la route de Paris, l’autre au sud-ouest près de la vallée de l’Orne.

Tout au nord du canton à 3 km de Bourguébus et 7 km SE de Caen, à Grentheville (970 Grenthevillais, 408 ha) travaille une usine du groupe états-unien Tokheim (pompes, compresseurs, valves, 250 sal.); La commune, qui n’avait que 190 hab. en 1975, et en a gagné 210 entre 1999 et 2008, a reçu de nombreuses entreprises de banlieue: revêtements des Parqueteurs de France Normandie (30 sal.), vente à domicile Maximo (20 sal.), traitement des eaux Saur (140 sal.), nettoyages TFN (250 sal.) et Netto-Décor (40 sal.), négoce de métaux Arcelormittal (20 sal.), logistique Hamelin Distribution (90 sal.), transports Normatrans (160 sal.), Les Routiers Normands (35 sal.), Exapaq (30 sal.) et Ducros (30 sal.), location de camions Fraikin (35 sal.).

Ses voisines Soliers et Frénouville sont également tournées vers Caen. Frénouville (1 640 Frémouvillais, 645 ha) est à 10 km ESE de Caen près de la N 13 et sur la voie ferrée, avec une gare, et jouxte Cagny, qui est dans le canton de Troarn; les transports Gautier y emploient 100 personnes; ingénierie ferroviaire Esam (20 sal.), garage de poids lourds Mercedes (40 sal.), nettoyage Air Net (35 sal.); la commune avait 460 hab. en 1954, 1 100 en 1982 et croît assez rapidement; elle a gagné 140 hab. de 1999 à 2008. Elle a reçu en 2009 un parc de 6 éoliennes (12 MW).

Vers l’est, Bellengreville (1 550 Bellengrevillais, 1 015 ha dont 189 de bois) est aussi sur la N 13 et la voie ferrée, mais son finage s’étire vers le sud-ouest, englobant un gros poste d’interconnexion électrique et un parc zoologique; constructions métalliques RMC (25 sal.). La commune n’avait que 500 hab. en 1975 et croît depuis, gagnant 130 hab. de 1999 à 2008. Juste au sud, séparée de Bellengeville par un secteur de marais à étangs, Chicheboville (520 Chichebovillais, 754 ha) a gagné 60 hab. en même temps; elle a un château du 17e s. (Béneauville) et un parc de 8 éoliennes (12 MW) étoffé depuis 2006.

Moult (1 760 Moultais, 1 026 ha), au bord de la Muance à 16 km au SE de Caen, a une gare et une grande zone industrielle avec plusieurs ateliers de bois et mécanique, dont les roulements Koyo (ex-Nadelle du groupe Timken, passé au japonais JTekt, 95 sal.), plus une usine de plastiques Elba du groupe Hamelin (Modling, 160 sal.), mais a subi aussi des fermetures; transports Bonafini (210 sal.), maçonnerie Toffolutti (280 sal.), scierie PBM Import (Bois du Nord-Savare, 55 sal.), charpentes Savare (30 sal.), négoce d’appareils audiovisuels (SDO, 55 sal.). La commune a gagné 620 hab. de 1999 à 2008, soit +55%! Airan (630 Airannais, 1 350 ha), qui a perdu 70 hab. dans le même temps, a une église du 12e s. à beau portail roman, un château du 18e avec parc (Coupigny), une tour et un moulin à eau du 17e s. (inscrit); elle fait partie de la communauté de Val-des-Dunes.

À l’extrémité orientale du canton, au bord du Laison et à 21 km SE de Caen, Cesny-aux-Vignes (340 hab.,419 ha) s'est séparée en 2006 d'Ouézy (260 hab., 455 ha), à laquelle elle avait été unie en 1972 sous le nom de Cesny-aux-Vignes-Ouézy (874 ha dont 123 de bois). On cultiva la vigne autrefois à Cesny, d’où le nom, et des vins étaient même expédiés en Angleterre au Moyen Âge; la commune a un beau château des 17e-18e-19e s. avec parc. Plus récent, le château d’Ouézy abrite un institut de réadaptation (45 sal.); la petite église romane d'Ouézy, du 12e s., est classée. Cesny accueille un négoce de quincaillerie Direct-Delta (60 sal.). Ouézy a gagné 60 hab. de 1999 à 2008, Cesny 40.

Un autre ensemble de villages se tient à l’ouest du canton aux abords de l’Orne. Saint-Martin-de-Fontenay, le plus proche de Caen, a dépassé 2 000 hab. Sa voisine de l'ouest Saint-André-sur-Orne (1 980 hab., 368 ha), 8 km au sud de Caen, a sur la rive droite de l'Orne une ancienne abbaye (13e et 18e s.) avec un parc. L'ancien village a été submergé par les lotissements sur le bas plateau; un centre d’aide par le travail, un hippodrome; centre logistique du quincailler Legallais (110 sal.), fabrique d’équipements de contrôle industriel Xelia (55 sal., groupe Bouygues par ETDE), carrières. La commune a gagné 360 hab. de 1999 à 2008. Elle avait absorbé en 1827 la commune d'Étavaux, dont le village subsiste au nord dans la vallée de l'Orne; la mention «sur Orne» est de 1911.

May-sur-Orne (1 910 Mayens, 349 ha), 2 km au sud, se signale par le parc du château et des ruines abbatiales; on y exploita une mine de fer (fermée en 1968); emballages en bois (SNUB, 30 sal.); sa population s'est accrue de 180 hab. depuis 1999; la mention «sur Orne» est de 1888. Clinchamps-sur-Orne (1 110 Clinchampois, 637 ha), à l’extrémité SO du canton et à 11 km SSO de Caen, a un institut médico-éducatif (Bodereau) et a gagné 120 hab. après 1999; église inscrite du 12e s.; la mention «sur Orne» est de 1916.

Un peu à l’est, Fontenay-le-Marmion (1 610 Fontenaysiens, 1 016 ha), 2 km au SE de May (5 km OSO de Bourguébus et 12 km au sud de Caen), a gagné 130 hab. depuis 1999; son finage conserve deux tumulus, la Hogue et la Hoguette; fruits et légumes de la Grande Ferme (35 sal.) et de la Crête de Fontenay (30 sal.). À Rocquancourt (750 Rocquancourtois, 275 ha), juste à l'est, qui a gagné 160 hab. de 1999 à 2008, l’entreprise de recyclage Guy Dauphin Environnement (groupe Ecore) emploie 270 personnes, et le transporteur Transenvironnement, du même groupe, 200 sal.

Garcelles-Secqueville (770 hab., 564 ha), 3 km au sud de Bourguébus, se distingue par le parc (site classé) de son château et un terrain de golf, et a reçu en 2009 un ensemble de 8 éoliennes (16 MW); la commune résulte d'une fusion de 1827; la population augmente depuis 1982 (300 hab.) et a fait un bond de 260 hab. entre 1999 et 2008, soit de plus de moitié. Saint-Aignan-de-Cramesnil (500 Saint-Aignanais, 691 ha), juste au sud de Garcelles, a un négoce de matériel agricole Claas (40 sal.), un nettoyage ISS (50 sal.); ancien château des 16e-17e s., église inscrite du 13e s. Juste à l'est Conteville (100 Contevillais, 414 ha), 6 km au SE du chef-lieu, a reçu un parc de 6 éoliennes (12 MW) en 2008, en partie sur le territoire de Garcelles-Secqueville.


Saint-Martin-de-Fontenay

2 400 hab. (Martifontains), 1 072 ha, commune du Calvados dans le canton de Bourguébus, 8 km au sud de Caen sur la route; elle est formée de lotissements pavillonnaires et a un supermarché Carrefour (40 sal.); elle accueille à l'est un échangeur et une la bretelle de raccordement de la rocade de Caen à la voie rapide vers Falaise et Alençon (N 158). La commune avait moins de 500 hab. avant 1930 puis a entamé une longue croissance, passant les 1 000 hab. en 1071, les 2 000 vers 2002; elle a gagné 500 hab. entre 1999 et 2008.


Soliers

2 210 hab. (Solariens), 508 ha, commune du Calvados dans le canton de Bourguébus, 2 km au nord du chef-lieu et 7 km au SE de Caen; église inscrite du 13e s., fabrique Sairc Outillage (55 sal., fraises et forets), métallerie Metalu-Plast (30 sal.), transports Marescot (30 sal.). La commune n’avait guère que 300 hab. dans les années 1930, 500 en 1965, puis a dépassé 1 000 en 1981 et continue de croître: elle a gagné 450 hab. de 1999 à 2008, soit 26%.