Canton de la Couronne

Couronne (La)

7 300 hab. (Couronnais) dont 300 à part, 2 882 ha dont 743 de bois, chef-lieu de canton du département de la Charente dans l'arrondissement d'Angoulême, 6 km au SO de la préfecture. La ville conserve quelques traces d'une très grande abbatiale du 13e s. et du palais abbatial, qui lança la production de papier dans la petite vallée de la Boëme. La papeterie a donné naissance à un groupe papetier réputé pour ses spécialités élaborées, comme les enveloppes, et qui a créé une autre usine à Saint-Quentin (Aisne). L’usine de l’Abbaye a employé jusqu'à 750 personnes, mais elle s'est transférée à 3 km sur un nouveau site dans la commune voisine de Roullet-Saint-Estèphe, où étaient déjà les bureaux. La société a été absorbée en 1997 par la Cepap (Compagnie européenne de papeterie), qui appartient à la firme espagnole Tompla.

Une autre cartonnerie du groupe états-unien Chesapeake (Field Boxmore Emballage Santé) emploie 120 personnes. La Couronne fut aussi le siège de la grosse imprimerie IBB (Bachelier-Billaud, groupe Oxalis), qui employa 400 personnes, et conserve l’imprimerie Sopan-Sajic (120 sal.). La Seemi (Société d'étude d'équipement et de modernisation industrielle, 45 sal.), créée en 1964, fabrique du matériel de manutention pour papeteries. La Couronne a depuis longtemps une cimenterie du groupe Lafarge (130 sal.), dont les installations et la carrière occupent beaucoup de place; appareils de contrôle Ideatec (35 sal.), feutres Deschamps (45 sal.), matériel de criblage Sinex (30 sal.), chaudronnerie Lespinasse (25 sal.), imprimerie Facedim (25 sal.); travaux publics Vivès (35 sal.), installations électriques Cegelec (25 sal.).

La commune héberge au nord, vers Angoulême, un gros centre commercial Auchan (330 sal.) flanqué de magasins spécialisés, dont Decathlon (40 sal.), Kiabi (25 sal.), Darty (25 sal.), et un Carrefour Market (35 sal.). Dans les services, elle accueille un centre hospitalier spécialisé; le château de l’Oisellerie (16e s.), au nord du bourg, est devenu un lycée agricole, avec centre de formation d’apprentis; La Couronne accueille en outre une maison familiale rurale, un institut médico-éducatif psychiatrique; hippodrome de la Tourelle à l’est, vers Angoulême; le bois Brûlé est au sud du bourg sur le plateau. La Couronne a eu 3 500 hab. vers 1900, 5 100 en 1954 et a continué à croître (+200 hab. de 1999 à 2008).

Le canton a 23 700 hab. (22 400 en 1999), 7 communes, 11 036 ha dont 2 270 de bois; il est bordé au nord par la Charente, où se mire Nersac, à l’exception toutefois de Fléac, qui est sur la rive droite; il est limité à l’est par la vallée encaissée qui sort des Eaux-Claires à Puymoyen et aboutit à la Charente à Saint-Michel au ras d’Angoulême. Roullet-Saint-Estèphe occupe le sud-ouest du canton.

Moins peuplée est Vœuil-et-Giget (1 620 Vœuillois, 848 ha dont 313 de bois), au sud-est, qui a gagné 150 hab. de 1999 à 2008; négoce de boissons LFHM (Bompart, 55 sal.). Vœuil est au fond de la vallée encaissée de la Charraux (ou Charraud), qui vient de Torsac et aboutit à la Charente au ras d’Angoulême; Giget est sur le plateau entre Charraux et Eaux-Claires. Vœuil fut Vadolio, «du côté du gué» et fut curieusement écrit Vœnil en 1794, sans doute par erreur de lecture, ce qui avait encore plus étrangement donné Vanille (Giget-en-Vanille) peu après…


Fléac

3 700 hab. (Fléacois), 1 260 ha, commune du département de la Charente dans le canton de La Couronne, en banlieue ouest d’Angoulême mais sur la rive droite de la Charente, face au grand méandre d’Angoulême. Elle contient une maison de retraite (30 sal.), un gros poste d’interconnexion électrique au nord de la commune, et quelques ateliers: calculateurs et vibromètres aéronautiques Ecet (Européenne de Conception et d’études technologiques, 80 sal.), cartonnages Cartex (25 sal.), charpentes MCCC (25 sal.), imprimerie-sérigraphie Publifix (30 sal.); installations électriques Santerne (30 sal.), transports Giraud (35 sal.), nettoyage Fossier (30 sal.); mais la papeterie PMA a fermé. Fléac avait un millier d’habitants au cours des années 1930, 1 400 en 1968, et a encore gagné 660 hab. de 1999 à 2008, soit +22%.


Nersac

2 390 hab. (Nersacais), 924 ha, commune du département de la Charente dans le canton de La Couronne; le centre ancien est au bord de la Charente, au confluent de la Boëme; la commune s’étire le long de la rive gauche de la Charente. Nersac avait 1 200 hab. dans les années 1930 et a crû ensuite, jusqu’en 1990, puis est restée relativement stable. Elle réunit plusieurs entreprises. Celle des batteries Saft (groupe britannique Doughty Hanson), la plus grande avec 500 salariés, a créé en 2008 avec Johnson Controls une unité de production de batteries au lithium pour véhicules hybrides.

D'anciennes fabriques de meubles de cuisines ont disparu, cédant la place à FIMK (90 sal., meubles en kit), filiale du groupe Demeyère (de Pérenchies dans le Nord), qui a repris en 2008 le site des cuisines Domoform (groupe italien Snaidero, 160 sal. en 2005). Nersac accueille aussi l'imprimeur-éditeur Lecas (Sifac, 140 sal.), plus des ateliers comme les peintures et aérosols Soppec (75 sal.), les emballages plastiques Picard (45 sal.), les aliments pour pisciculture Biomar (35 sal.); négoce de matériel agricole Claas (40 sal.), transports Mory (40 sal.), distribution de surgelés Tourpargel (160 sal.); récupération et recyclage Aproval (30 sal.) et Sabatier (25 sal.).


Puymoyen

2 630 hab. (Puymoyennais) dont 220 à part, 726 ha, commune du département de la Charente dans le canton de La Couronne, 5 km SSE d'Angoulême. Le site naturel de la source des Eaux Claires est bordé de hautes parois calcaires à grottes et habitats préhistoriques; rochers avec sites d'escalade. Le moulin du Verger, qui fonctionne depuis 1537, continue à fabriquer du papier et se visite comme un écomusée. Puymoyen n’avait encore que 310 hab. en 1962 et a crû surtout après 1975; elle a gagné 80 hab. de 1999 à 2008.

Le bourg a un établissement régional d'enseignement adapté et quelques entreprises: fabriques de bétons Gautier (55 sal.), sachets de papier et carton A2C (25 sal.), machines à conditionner les disques DVD (Esatec, 20 sal.); transports Griset (70 sal.) et Cogepres (25 sal.), location de matériel de chantier Sermat (95 sal.); installations électriques UTC (65 sal.) et Foluelso (35 sal.), fourniture de chaleur Cofely (GDF-Suez, 120 sal.); peinture Nicoleau (30 sal.).


Roullet-Saint-Estèphe

3 800 hab. (Roullet-Stéphanois), 4 150 ha dont 756 de bois, commune du département de la Charente dans le canton de La Couronne; Roullet est à 5 km SO du chef-lieu sur la N 10, et à 12 km d’Angoulême; Saint-Estèphe est 2 km à l’ouest. La commune résulte d’une fusion de 1972; Saint-Estèphe avait alors 440 hab., Roullet plus de 1 500; la population augmente depuis et s'est accrue de 200 hab. entre 1999 et 2008. Ainsi étendue, la commune occupe tout le sud-ouest du canton et cultive 221 ha de vignes; un établissement de rééducation.

Elle a reçu une nouvelle usine de la papeterie de La Couronne, se substituant à celle de l’Abbaye (Cepap, 350 sal.) et qui appartient à la firme espagnole Tompla; emballages plastiques Picard (45 sal.); base logistique Intermarché (280 sal.), transports STIC (70 sal.), Vignaud (45 sal.) et Tam-Tam (45 sal.), travaux publics Colas (75 sal.), négoces de matériaux LT Aqua+ (35 sal.) et VM (30 sal.), de surgelés Thiriet (25 sal.). Au nord, le finage atteint la rive gauche de la Charente; au sud se découvre le dolmen de la Boucharderie. La commune n’adhère pas à la communauté d’agglomération d’Angoulême, mais à la communauté de communes Charente-Boëme-Charroud.


Saint-Michel

3 220 hab. (Saint-Michaéliens), 246 ha, commune du département de la Charente dans le canton de La Couronne, en banlieue SO d’Angoulême entre le Charraux et les Eaux Claires. À la limite d’Angoulême, où elle est souvent comptée, est installée la fabrique de gélatines alimentaires et industrielles Rousselot (150 sal.), créée en 1891 et traitant à l’origine des peaux d’animaux; elle appartient au groupe néerlandais Sobel après avoir été à Elf, Atochem puis Sanofi. La commune a un centre hospitalier, un institut de convalescence pour enfants et un collège public; Caisse régionale de Crédit Mutuel (100 sal.). Saint-Michel avait seulement 500 hab. vers 1850 et n’a cessé de coître jusqu’en 1982 (3 200 hab. sdc); après une baisse, elle a repris 200 habitants entre 1999 et 2008.