Canton de Soyaux

Soyaux

10 900 hab. (Sojaldiciens) dont 650 à part, 1 276 ha dont 414 de bois, chef-lieu de canton du département de la Charente dans l’arrondissement d’Angoulême, en banlieue sud-est de la préfecture, sur le plateau dominant au sud la vallée de l’Anguienne, que traverse un grand viaduc routier; l’axe de la banlieue est donné par la route de Périgueux. Par sa population, c’est la troisième ville de Charente, et la première de la périphérie d’Angoulême; elle est récompensée pour son fleurissement (3 fleurs). L’abandon d’un camp d’entraînement par l’armée a permis d’édifier l’un des grands ensembles d’habitation de l’agglomération; la commune avait 2 000 hab. en 1931; elle est passée à 3 000 en 1962, puis a bondi à 6 600 en 1962, 12 700 en 1975 (sdc), son maximum, avant de perdre 2 500 hab. Elle a 120 hab. de plus qu'en 1999.

Soyaux a des collèges et un lycée publics, une clinique (310 sal., groupe Vedici); institut médico-éducatif, établissement de convalescence (35 sal.), maison de retraite (SCPR, 40 sal.); espace culturel Matisse. Le maire est François Nebout, divers droite, médecin. Soyaux est surtout résidentielle mais a reçu un centre commercial avec hypermarché Carrefour (250 sal.) et des magasins spécialisés comme Leroy-Merlin (85 sal.), Conforama (40 sal.) et Jardiland (25 sal.), un négoce de fournitures pour chasse et loisirs (Unifrance, 25 sal.); comptabilité GEC (50 sal.), deux zones d’activités, cartonnerie Packart (Packetis, 85 sal.), emballages plastiques Clair Embal (45 sal.); réseaux électriques Ineo (35 sal.), maçonnerie Concept Bat (20 sal.). Le grand ensemble d’HLM du Champ de Manœuvres, à l’est de la ville, est reconnue zone urbaine sensible et groupe 4 600 hab.

Le canton a 15 100 hab. (14 500 en 1999), 5 communes, 9 640 ha dont 3 918 de bois. Il s’étend sur le plateau boisé de l’Horte, où s’encaisse la vallée de l’Échelle, qui est la partie amont de la Touvre. Dirac (1 510 Diracois, 2 929 ha dont 1 619 de bois), 9 km au SE d’Angoulême, a une église du 12e s. à clocher carré, dont la façade a cinq arcades et le portail quatre voussures, et dont les chapiteaux sont très ornés; plus deux tours de l’ancien château, et des grottes dans la vallée de l’Anguienne. Sur le plateau au SE, un dépôt de l’armée se dissimule dans la forêt de Dirac au bord de la route de Périgueux. La commune n’avait que 580 hab. en 1968, et s'est encore accrue de 130 hab. de 1999 à 2008.

Garat (1 850 Garatois, 1 944 ha dont 538 de bois), 7 km ESE de Soyaux, occupe le plateau entre Échelle et Anguienne; château de la Tranchade et petit lac sur l’Anguienne, tuilerie de Niollet, ingénierie Nexeya (140 sal.), machines de papeterie Mécanélec (30 sal.), travaux publics Garraud (50 sal.). Garat avait 630 hab. en 1962 et a crû juqu’en 1990, puis à nouveau de 1999 à 2008 (+320 hab.). Bouëx (930 Bouëxois, 1 564 ha dont 549 de bois), 12 km ESE de Soyaux sur le plateau entre Échelle et Bandiat, est le siège de la communauté de communes de la vallée de l’Échelle, qui groupe 7 communes (7 500 hab.). Sa population progresse aussi depuis les 440 hab. de 1968, et a augmenté de 100 hab. depuis 1991, mais Bouëx a eu plus de 900 hab. en 1851.