Canton de Montlieu-la-Garde

Montlieu-la-Garde

1 360 hab. (Montlieunais), 3 160 ha dont 1 485 de bois, chef-lieu de canton de la Charente-Maritime dans l’arrondissement de Jonzac, 32 km au SSE de Jonzac. Le village est sur une haute croupe qui domine les sources de la Seugne au NO et, à l’est, de loin (3 km), la vallée encaissée du Lary, qui file vers le sud où il rejoint l’Isle à Guîtres (Gironde). La N 10 rase le village, qui est situé à la limite de la grande bande forestière entre Aquitaine et Poitou-Charentes. Montlieu a quelques commerces, un hôpital et un collège publics, un centre d’aide par le travail, une petite fabrique de palettes de bois (Palettes Distribution, 35 sal.). La commune a allongé son nom en 1965 en fusionnant avec La Garde, qui est à son pied, juste au SO au carrefour des routes et qui avait alors 610 hab.; elle a gagné 60 hab. depuis 1999.

Le canton a 6 500 hab. (6 200 en 1999), 13 communes, 21 888 ha dont 9 534 de bois; traversé par la N 10, il est à la fois limitrophe du département de la Charente au nord et de la Gironde au sud. Aux abords de la première, Chevanceaux (1 110 1 200 Chevancelais dont 90 à part, 2 177 ha dont 333 de bois), 8 km NNE de Montlieu sur la N 10 et la voie ferrée, est un autre village-centre équipé, un peu plus industriel: panneaux de bois Cabannes (Europlac, 45 sal.), radeaux de sauvetage Zodiac (90 sal.); une grosse maison familiale rurale. La commune a 110 hab. de moins qu'en 1999, en raison de la révision de la population comptée à part, qui était de 240 hab. en 1999. À Orignolles (630 Orignollais, 1 366 ha), 3 km à l’est du chef-lieu à la source du Lary, transports Rapiteau (100 sal.) et Rousselot (30 sal.), carrières Sotec (45 sal.), couverture Olivier (30 sal.).

Au sud-ouest, le canton est dominé par les communes de Bussac-Forêt (960 Bussacais, 3 478 ha dont 2 005 de bois), à 10 km de Montlieu, et Bédenac (610 Bédenacais, 4 023 ha dont 2 700 de bois), 10 km SSO. Bussac, qui a gagné 70 hab. après 1999, est desservie par la voie ferrée Bordeaux-Saintes; elle abrite une cimenterie du groupe Calcia (120 sal.) et les transports Tragor (85 sal.); mais une scierie de 80 emplois a fermé en 2005. La commune de Bédenac, qui a 100 hab. de plus qu'en 1999, contient en forêt, d’ailleurs plus proche de Bussac que du village de Bédenac, un vaste terrain militaire, qui avait reçu un aérodrome de l’Otan; un centre régional pénitentiaire y a été aménagé au cours des années 1970, réservé à des détenus âgés et tranquilles (140 places).