Canton de Sancoins

Sancoins

3 200 hab. (Sancoinais), 5 352 ha dont 374 de bois, chef-lieu de canton du Cher dans l'arrondissement de Saint-Amand-Montrond, 49 km au SE de Bourges dans le val de Germigny. La bourgade est bordée par l'Aubois et l'ancien canal du Berry; le grand étang de Javoulet (100 ha) s'étale à l'ouest, au bord duquel subsistent des ruines du donjon de Jouy (14e s.) - la commune de Jouy a été absorbée en 1840. Sancoins se manifesta d'abord sous le nom de Tinconium.

Au contact entre Massif Central et Bassin Parisien et lieu de passage, elle devint vite et pour longtemps une ville de foires. Son parc des Grivelles serait actuellement le premier marché de bestiaux de France: il assure 10% des exportations françaises de «vif» et peut traiter la vente de 17 000 têtes en 7 heures de vacation (300 000 à 350 000 animaux par an). Sancoins a une tour du 16e s., un collège public, une maison de retraite; quelques ateliers ajoutent à l'activité: usine de ferrures et serrures Ronis (180 sal.), matériel de travaux publics (AMC, 30 sal.), bétons Bonna-Sabla (30 sal.); magasins Intermarché (35 sal.) et Atac (25 sal.). Sa population a culminé à 4 900 hab. en 1891 et en 1906 et a décliné ensuite jusqu'en 1968, puis s'est à peu près stabilisée; mais elle a encore perdu près de 400 hab. de 1999 à 2007.

Le canton a 5 600 hab. (5 700 en 1999), 11 communes et 26 956 ha dont 4 260 de bois; limitrophe du département de l'Allier et de la Nièvre, il est bordé à l'est par le cours de l'Allier. En aval de Sancoins, Grossouvre (280 hab., 1 575 ha dont 527 de bois), dont la commune n'a été créée qu'en 1863, avec 600 hab., est connue par son château des 13e et 15e s., et d'anciennes forges, dont il reste un ensemble de logements ouvriers de 1834 et une halle au charbon; tuilerie du groupe Imerys (30 sal.).

À 8 km ONO de Sancoins près de la route de Bourges, Sagonne (230 hab., 1 885 ha dont 243 de bois) a une allure de petit village médiéval; son château à donjon (12e-14e s.), rénové par Mansart, propose des collections d'armes anciennes et de tapisseries et un beau parc à la française. La commune, qui a eu 800 hab. en 1866 et s'est dépeuplée jusqu'en 1982, accueille le siège de la communauté de communes des Trois Provinces, qui unit 9 communes et 5 200 hab., dont Sancoins.

Neuilly-en-Dun (300 Novillaquois, 2 946 ha), 12 km au SO de Sancoins, a une église en partie du 12e s. et deux châteaux, Laumoy (19e s.) et Liénesse, ce dernier du 16e s. et au bord de l'ex-canal du Berry; la commune a eu 900 hab. en 1876 et a décliné jusqu'en 1999; maçonnerie Boubat (40 sal.). Au sud de la commune de Saint-Aignan-des-Noyers (100 hab., 1 095 ha), dont le village est à 12 km au SO de Sancoins sur la route de Saint-Amand-Montrond, se voient des vestiges de l'ancien village médiéval dit de la Vieille Ville de Venoux.

À l'est, le canton est limité par le cours de l'Allier, qui longe les deux communes de Mornay-sur-Allier (470 hab., 2 162 ha dont 457 de bois) au sud, Neuvy-le-Barrois (160 hab., 4 198 ha dont 2 110 de bois) au nord, séparées de Sancoins par des hauteurs boisées prolongeant la forêt d'Apremont. Le château de Neuvy, du 19e s., est rehaussé par l'étang Bernot. Mornay a eu plus de 1 000 hab. en 1881, Neuvy plus de 800 au début du 19e s.