Canton de Neuvic

Neuvic

2 160 hab. (Neuvicois) dont 290 à part, 7 288 ha dont 3 815 de bois, chef-lieu de canton du département de la Corrèze dans l'arrondissement d'Ussel, 22 km au sud d'Ussel, sur le plateau dominant la Triouzoune, à 620 m. La commune est la plus étendue du département. La bourgade a été fort bien équipée grâce à l'entregent d'Henri Queuille, qui y est né en 1884 et en a été le maire de 1912 à 1965; un musée de la Résistance porte son nom. Neuvic a obtenu, entre autres, un lycée agricole avec formation d'apprentis, un lycée général et professionnel et un collège publics, une maison de l'Eau et de la pêche, un centre départemental permanent d'initiative pour l'environnement. L'édification en 1945 du barrage sur la Triouzoune (25 m de haut et 145 m de long), qui retient à l'est du bourg un lac de 410 ha (24 Mm3), lui a apporté un cadre nouveau et des équipements touristiques, dont un golf; Neuvic est de ce fait «station verte de vacances». Elle a six campings (610 places) dont un de luxe (100 places), deux hôtels dont celui du Château de Mialaret (25 sal.) et 350 résidences secondaires sur 1 300 logements.

Au nord du bourg, forêt domaniale de la Vergne; à l'ouest, château et beaux jardins de Mialaret (19e s.). Au sud, la commune s'étire jusqu'aux gorges de la Dordogne, par les hameaux-clairières du Vent-haut et du Vent-Bas; ce dernier domine les gorges et le confluent de la Triouzoune, que traverse le pont des Ajustants sur les eaux du lac de barrage de l'Aigle. La route d'Ussel et Neuvic à Mauriac franchit ce lac par le pont de Saint-Projet, à l'extrême sud de la commune et du canton. Tous les soins dont elle a bénéficié n'ont pas empêché la population de Neuvic de baisser fortement: de 3 400 hab. dans les années 1890 à 2 400 en 1954 et 1 850 (sdc) en 1975; stabilisée ensuite, elle a diminué de 170 hab. de 1999 à 2008. Neuvic est le siège de la communauté de communes des Gorges de Haute-Dordogne (11 communes, 4 000 hab.).

Le canton a 3 900 hab., 10 communes, 26 310 ha dont 13 545 de bois; il est limitrophe du département du Cantal dans les gorges de la Dordogne. La petite route des Ajustants longe un moment le lac puis monte en direction du village de Sérandon (360 hab., 3 448 ha dont 1 886 de bois), qui est sur le plateau à 8 km SE de Neuvic, à 600 m. Au sud du village, le belvédère de Gratte-Bruyère domine gorges et lac face au confluent très encaissé de la Dordogne et de la Sumène, qui vient du massif du Cantal; une centrale électrique a été construite un peu en amont sur la Dordogne. À la hauteur de Sérandon, le petit pont de Vernéjoux est le dernier avant Bort, et le seul entre Bort et le pont de Saint-Projet; il donne accès à Champagnac et Ydes et offre un raccourci vers Bort.

Liginiac (700 hab., 2 853 ha dont 1 135 de bois), 11 km au NE de Neuvic à 590 m, partage avec elle les rives et les eaux du lac de la Triouzoune, que domine le puy de Manzagol (691 m), d'où l'on a un large panorama (table d'orientation); base de loisirs à Maury au bord du lac. Liginiac a une petite industrie du bois (Destève, 40 sal.), un institut médico-éducatif et une maison de retraite, un camping (55 places) et 250 résidences secondaires sur 600 logements. C'est dans la commune, au sud-est du village, que se trouvent le château et le hameau de Marèges, au pied duquel a été construit le barrage de Marèges. Premier barrage à voûte mince construit dans le monde, sous la direction d'Henri Coyne, achevé en 1935, il a été édifié pour les besoins de la voie ferrée Paris-Toulouse, et de ce fait il a été transmis à la SNCF. De 90 m de haut, 247m de long, il retient 47 Mm3 et fournit 160 GWh/an, portés à 180 avec la nouvelle usine en aval. Un puissant poste d'interconnexion l'accompagne au Môle, près de Marèges.

À 6 km ENE de Liginiac, la petite commune de Roche-le-Peyroux (90 hab., 715 ha dont 257 de bois) occupe le promontoire entre Dordogne et Diège, face au site de Saint-Nazaire, à 620 m; au sud, la petite centrale électrique de Val Beneyte, au bord du lac de barrage de Marèges, est la plus ancienne du système corrézien et date de 1927. Elle est liée au barrage des Chaumettes, au nord de la commune sur la Diège, également de 1927; celui-ci est un barrage-poids de 30 m de haut et 90 de large, qui retient un lac étroit de 75 ha et 7,5 Mm3, étiré sur près de 7 km jusqu'à Meste. Tout à l'ouest, le canton s'arrête aux gorges de la Luzège, le long desquelles s'étire la commune de Lamazière-Basse (290 hab., 4 404 ha dont 2 760 de bois, à 550 m); menhir de Pierre Fade à l'ouest du village, qui est à 11 km à l'ouest de Neuvic. Palisse (240 hab., 3 289 ha dont 1 865 de bois), 9 km au NO de Neuvic, a une église inscrite (12e au 14e s.), un camping (50 places) et la moitié de ses logements sont des résidences secondaires (110 sur 220).