Canton de Plancoët

Plancoët

3 160 hab. (Plancoëtins), 1 149 ha, chef-lieu de canton des Côtes-d’Armor dans l’arrondissement de Dinan, 17 km au NO de Dinan, sur l’Arguenon; mais l’ancien port a été abandonné. Une source d’eau minérale du groupe Nestlé Waters (30 sal.) est exploitée sous le nom de Plancoët, depuis 1928, et s’accompagne d’un petit musée. La commune a plusieurs ateliers: laiterie de la Côte d’Émeraude (50 sal., groupe Even); emballages en bois (Samson, 45 sal.), maroquinerie Renouard (35 sal.); supermarché U (160 sal.), magasin Point P (40 sal.). Plancoët est doté d'une maison de convalescence Velleda (groupe Clinea, 75 sal.), un collège public, un centre d’aide par le travail; jardins du manoir de Vaumadeuc (15e s.). La population communale a augmenté depuis 1950 où elle était de 1 900 hab., et a gagné plus de 500 hab. entre 1999 et 2008. Plancoët est le siège de la communauté de communes de Plancoët-val d’Arguenon, qui groupe 11 communes (13 700 hab., 17 700 ha).

Le canton a 12 700 hab. (11 200 en 1999), 9 communes, 16 099 ha dont 978 de bois et s’étend de part et d’autre de la vallée de l’Arguenon, n’atteignant le rivage maritime qu’aux environs du Guildo. Corseul en tient l’angle SE, Pluduno est juste à l'ouest de Plancoët. À 9 km ESE du chef-lieu, Languenan (1 060 Languenanais, 1 595 ha), qui est à la source du Frémur, a un atelier de menuiserie Flin (120 sal.), spécialiste d’escaliers en bois; sa population a augmenté de 240 hab. (+30%) entre 1999 et 2008.

Juste au nord de Plancoët, Créhen (1 730 Créhennais, 1 821 ha) a gagné 200 hab. dans le même temps et se signale par un ensemble agro-alimentaire: laiterie de l’Arguenon (230 sal.), centrale laitière de Penthièvre (20 sal., lait concentré et en poudre), coopérative d’insémination artificielle (70 sal.). Créhen a un collège privé et une allée couverte. En face, de l’autre côté de l’Arguenon, Saint-Lormel (900 hab., 977 ha) cache le château de Largentaye (19e s.); la commune a gagné une centaine d'habitants après 1999.

Au sud-ouest, la petite Landébia (470 hab., 355 ha), 9 km à l’ouest de Plancoët, a des fabriques d’emballages en bois (Rault, 50 sal., Houée, 70 sal.) près de la gare. Un peu plus au sud à Pléven (630 Plévennais, 973 ha), adossée à la forêt de la Hunaudaye, hôtel avec expositions et concerts au manoir de Vau Madeuc (16e s.); dans la commune se trouve le barrage hydraulique Arguenon-Penthièvre, dit de la Ville Hatte, haut de 15 m et long de 100 m, construit entre 1970 et 1973 à l’initiative du Département; le lac de 200 ha s’étire sur 15 km et offre un agréable plan d’eau sinueux.

Au sud de Plancoët à 5 km, Bourseul (1 060 Bourseulais, 2 223 ha) a un vieux moulin sur l’Arguenon, qui se visite, une fabrique de meubles (Ménard, 90 sal.) et plusieurs manoirs, dont la Boitardais (17e s.) que fréquenta Châteaubriand, et Beaubois (19e s.), loin au sud, qui a un beau parc de 200 ha et qui appartient à une association d’aveugles, et un centre naturiste. La commune s’enfonce en coin sur 7 km entre les cantons de Jugon et de Plélan; sa population s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2008.


Corseul

2 060 hab. (Coriosolites ou Curiosolites), 4 174 ha, commune des Côtes-d’Armor dans le canton de Plancoët, 7 km au SE du chef-lieu sur la route de Dinan. C’est une ancienne capitale celte, chef-lieu des Coriosolites, l’un des cinq peuples celtes de Bretagne avant la romanisation; elle devint une ville gallo-romaine sous le nom de Fanum Martis, dont les restes occupent plus de 100 ha. Il en vient un «temple de Mars» en forme de tour octogonale, à 2 km au SE du bourg; musée d’archéologie et jardin des antiques. La commune abrite un centre d’aide par le travail (30 sal., jardinage), des carrières (Brandefert, 20 sal.); maçonnerie M. Lame (40 sal.), travaux publics et réseaux Satec (30 sal.). Elle s’est dépeuplée du début du 19e siècle (4 000 hab. en 1820) aux années 1950, puis le nombre d’habitants s’est à peu près stabilisé.


Pluduno

2 000 (Pludunéens), 2 932 ha, commune des Côtes-d'Armor dans le canton de Plancoët, 3 km à l’ouest du chef-lieu. Elle est traversée par le Guébriand, affluent de l’Arguenon venant de la forêt de la Hunaudaye, que rehausse un petit lac de barrage; agence de la Saur (eaux et assainissement, 110 sal.), distribution vétérinaire Centravet (60 sal.); châteaux de la Ville Guérin (15e s.) et de Guébriand (même époque) près de l’étang, château de Monchoix (18e s.) à l’est du bourg. La population augmente et a gagné 300 hab. entre 1999 et 2008.