Cantons de Dinan

Dinan

11 400 hab. (Dinannais) dont 950 à part, 398 ha, sous-préfecture des Côtes-d’Armor, 52 km au NO de Rennes. La vieille ville, entourée d’une enceinte de 2 700 m en forme de haricot, ou de rein, hérissée de 14 tours et percée de portes, domine la vallée de la Rance, sur la rive gauche. Classée «ville d’art et d’histoire», elle offre de belles maisons anciennes à pans de bois et encorbellements, des places, jardins (dont un jardin anglais côté est) et promenades, un beffroi (tour de l’Horloge). Au sud, le «château» est un ancien donjon qui abrite un musée d’histoire. Un musée de peinture occupe la maison d’artistes de la Grande Vigne; une fête biennale des remparts évoque les temps médiévaux; la ville est fleurie (trois fleurs). Un peu en aval a été ouvert un port de plaisance.

Dinan est surtout un centre tertiaire, solide dans les établissements de santé et de formation, mais fragile dans l’emploi industriel, mis à part le bâtiment. Le centre hospitalier, second du département avec 360 lits, occupe 1 020 personnes; trois cliniques totalisent 130 lits, la polyclinique du Pays de Rance occupant 120 salariés; institut médico-pédagogique Les Vallées (75 sal.), institut de formation d’infirmiers, aide sociale paramédicale. Dinan a plusieurs collèges et lycées publics et privés. Monoprix (30 sal.), comptabilité Areco (25 sal.), Crédit Mutuel (30 sal.), France-Télécom (30 sal.); négoce d'électro-ménager Le Calvez (40 sal.); transports par autobus de l'Armoricaine (40 sal.).

Le territoire communal étant étriqué, les quelques établissements industriels sont en banlieue, sauf Sameto (appareils de levage, passée de 90 à 40 sal.); réparation de matériels électriques JPF (75 sal.), revêtemnts Degano (30 sal.). Des espoirs sont fondés sur le développement d’un «pôle Cristal» axé sur les techniques du froid et de la climatisation, mais encore à ses débuts, tandis que l’École de santé des armées abandonne la ville. L’aérodrome local (à Trélivan) est supplanté par celui de Pleurtuit près de Dinard.

La commune avait atteint ses maxima de population entre 1954 et 1975 (13 500 hab. sdc), et décroît depuis; elle a perdu 400 hab. entre 1999 et 2008. L’arrondissement a 124 200 hab. (112 100 en 1999), 12 cantons, 100 communes et 175 494 ha. L’aire urbaine est donnée pour 35 800 hab., l'unité urbaine pour 23 200, tandis que la communauté de communes de Dinan (Codi), qui siège dans la ville, correspond aux deux cantons. Le pays de Dinan groupe 79 communes et 101 000 hab. (131 100 ha), en dix communautés de communes. Les deux cantons de Dinan ont 41 400 hab. (37 300 en 1999), 18 communes, 19 234 ha dont 1 881 de bois, le canton Est longeant la limite de l’Ille-et-Vilaine.

Lanvallay, Léhon, Quévert, Taden et Trélivan complètent l’agglomération, Pleudihen-sur-Rance est un peu plus éloignée au NE, Plouer-sur-Rance au nord (v. ces noms). Saint-Samson-sur-Rance (1 550 Samsonnais, 627 ha) est à 5 km au NNE de Dinan, à la bifurcation ferroviaire des voies vers Dinard et vers Dol et la Normandie; elle a gagné 350 hab. de 1999 à 2008. Saint-Hélen (1 230 Hélennais, 1 702 ha dont 557 de bois), à 8 km ENE de Dinan, en a gagné 160 dans le même temps. Son finage a une ouverture sur la rive droite de la Rance et englobe au sud-est la forêt domaniale de Coëtquen, ainsi que des ruines du vieux château féodal de Coëtquen (12e au 18e s.); Saint-Hélen a un lycée agricole privé (LEPPR).

À l’angle sud-ouest des cantons à 11 km de Dinan, Brusvily (1 030 Brusviliens, 1 183 ha) a gagné 220 hab. de 1999 à 2008, plus d'un quart; son finage est bordé par deux lacs de barrage tortueux établis sur le Guinefort, affluent de gauche de la Rance qui coule vers l’est. Le plus grand, tout près du bourg du Hinglé (880 Hingleziens, 337 ha), est celui du Pont Ruffier, en aval, construit en 1971 pour les besoins de Dinan, de 25 ha et qui retient 2 Mm3.

L’autre, de 16 ha, a pris le nom de Bobital (1 020 Bobitalais, 499 ha), commune riveraine à 7 km SO de Dinan, et touche aussi à Trélivan; la nouvelle usine de charcuterie du groupe Kermené (130 sal.), ouverte en 2009, est à cheval sur les deux communes. Aucaleuc (900 Aucaleuens, 638 ha), 6 km à l’ouest de Dinan, Oskaleg en breton, abrite un centre d’apprentissage de la Chambre de commerce, avec internat. Toutes ces communes ont gagné des habitants entre 1999 et 2008: 170 à Hinglé, 110 à Bobital, 200 à Aucaleuc.


Lanvallay

3 700 hab. (Cotissois), 1 461 ha, commune des Côtes-d’Armor dans le canton de Dinan-Est, en banlieue est de la ville au bord de la Rance (rive droite); le bourg est tout près de Dinan au bout du pont sur la Rance et la commune est surtout résidentielle; ingénierie Cobi (45 sal.), magasins Super-U (70 sal.) et Intermarché (30 sal.), surgemés Argel (35 sal.). Elle s’est agrandie en 1972 en absorbant les communes de Saint-Solen à l’est et de Tressaint au sud, passant ainsi de 1 600 à 2 900 hab., puis 3 300 (sdc) en 1982, avant de décroître un peu; elle a regagné 500 hab. de 1999 à 2008. Le curieux gentilice viendrait de la digitale, cotia ou cotissa en gallo, plante qui abonde en ce lieu et que les Dinanais ont choisi comme sobriquet pour désigner les habitants de Lanvallay.


Léhon

3 100 hab. (Léhonnais), 473 ha, commune des Côtes-d'Armor dans le canton de Dinan-Est, en banlieue sud de la ville sur la rive gauche de la Rance. Elle abrite un grand centre hospitalier spécialisé catholique (600 emplois), qui a des succursales dans le département, et une maison d'accueil pour handicapés (Aftam les Chants d'Éole, 80 sal.). La commune a des restes d'un château du 13e s. en cours de restauration, abbaye du 9e s. dont il reste des parties datant du 12e au 19e s. (cloître du 15e s.) et où a été créé un musée lapidaire; centre commercial Leclerc (240 sal.), magasin MrBricolage (45 sal.), secrétariat A2Micile (35 sal.). Léhon, qui figure comme «petite cité de caractère», avait 1 500 hab. au début du 20e siècle, 1 600 en 1954; sa croissance s'est faite ensuite, du moins jusqu'en 1990, car elle a un peu perdu entre 1990 et 1999, et encore une centaine d'habitants entre 1999 et 2008.


Pleudihen-sur-Rance

2 860 hab. (Pleudihennais), 2 455 ha dont 243 de bois, commune des Côtes-d’Armor dans le canton de Dinan-Est, à 12 km NE, de l’autre côté de la Rance. La commune va de la Rance à la limite du département d’Ille-et-Vilaine, où elle atteint la route de Rennes à Saint-Malo. Elle est réputée pour ses pommes à cidre, dispose d’une cidrerie et d’une coopérative (Les Celliers associés, 60 sal.), d’un verger-conservatoire et d’un musée du cidre; fabriques de galettes et crêpes (Bertel, 75 sal.), recyclage de plastiques Epalia (60 sal.); négoce d’aliments du bétail (Calcialiment, 40 sal.), négoce interentreprises d'habillement (C Log, 150 sal.) et transports Ménage (140 sal.) et Pellier (90 sal.); constructions de la Côte d'Émeraude (120 sal.), couverture Guinde (35 sal.); un camping (40 places), un petit hôtel, 200 résidences secondaires.

Au bord du large plan d’eau de la Rance, le petit port de Mordreuc et la Ville Ger ont des plages et des dunes, des moulins à marée et des villas; un peu plus loin le hameau des Bas Champs abrite des pêcheurs. Le nom de la commune viendrait de saint Guihen, moine de Dol; la population communale était de 3 800 hab. en 1876, et a baissé ensuite jusqu’en 1968 (2 300 hab.); mais la reprise est très modérée. En 1877, Pleudihen avait perdu le territoire de sa petite voisine La Vicomté-sur-Rance (960 Vicomtois, 457 ha), au sud-ouest, où la voie ferrée de Dol franchit la Rance; la commune a gagné 150 hab. de 1999 à 2008; elle a équipé sur la Rance le port de plaisance de l'Yvet (280 places à ponton).


Plouër-sur-Rance

3 450 hab. (Plouërais) dont 120 à part, 1 989 ha dont 283 de bois, commune des Côtes-d'Armor dans le canton de Dinan-Ouest, à 12 km au nord de Dinan. Ancien chef-lieu d'un comté, elle conserve un château des 17e-18e s. et elle a un collège public et un privé, un supermarché U (55 sal.). À l'endroit où la vallée de la Rance se rétrécit, séparant un large bassin intérieur au sud du bassin principal au nord, le port Saint-Hubert a été aménagé en 1928, en même temps que le pont de même nom au-dessus de la Rance, reconstruit en 1959; nouveau port de plaisance de la Minotais, 240 places à ponton (plus 150 à bouée); deux moulins à marée.

Le finage est traversé par la route à quatre voies vers Dol (N 176-E 401) et a un échangeur près du bourg. La commune avait englobé celle de Langrolay au nord entre 1973 et 1983 mais la fusion a finalement échoué. Hors de cet épisode, la population communale a légèrement augmenté depuis les 2 300 hab. de 1954, mais elle avait atteint 3 800 hab. au 19e siècle et encore 3 500 vers 1900.


Quévert

3 630 hab. (Quévertois), 1 248 ha, commune des Côtes-d’Armor dans le canton de Dinan-Ouest, en banlieue NO de Dinan dont elle a reçu une partie des activités, notamment une usine Sagem (télécommunications, 330 sal.); mécanique Armo Méca (70 sal.), taille de pierres Sodigranits (40 sal.), fabrique de matériel agricole Pasdelou Galva (25 sal.); maçonnerie Borsa (60 sal.), travaux publics Lessard (25 sal.). Dans les commerces se signalent un supermarché Carrefour (90 sal.) et des négoces de bureautique CDO (35 sal.), distribution pharmaceutique Cerp (30 sal.), boissons Cozigou (35 sal.); traitement des eaux Sedud (25 sal.), nettoyage Sol Vit Net (120 sal.), intérim Breizh (75 sal.), services à la personne Émeraude (30 sal.); publicité Adrexo (40 sal.).

La commune abrite une roseraie et un «courtil des senteurs» (5 000 plantes à parfum); gros centre équestre avec hippodrome, centre de loisirs, centre d’aide par le travail et centre d’accueil des Papillons (25 employés). La croissance démographique est sensible depuis les 1 100 hab. de 1954 (après un maximum à 1 400 en 1906), les 2 500 hab. ayant été atteints dès 1975; la population s'est accrue de près de 400 hab. entre 1999 et 2008.


Taden

2 500 hab. (Tadennais) dont 140 à part, 2 013 ha, commune des Côtes-d’Armor dans le canton de Dinan-Ouest, sur la rive gauche de la Rance à 3 km NE de Dinan. C’est une banlieue en croissance qui a attiré un établissement régional d’enseignement adapté et plusieurs fabriques comme Cordon (électronique, 200 sal.), Norman (emballages légers en bois, 60 sal.), la crêperie-biscuiterie Loc Maria (85 sal.) ainsi que des bureaux de la banque BNP (180 sal.), d'informatique Apologic (110 sal.) et Challenge (25 sal.), de comptabilité AGC (25 sal.) et Strego (25 sal.), et un service de garde d'enfants (A l'Abord d'Âges, 30 sal.). La commune accueille également un Intermarché (45 sal.) et un Bricomarché (25 sal.), le négoce de produits vétérinaires Centravet (35 sal.); dans le bâtiment, constructions Sarc (30 sal.), plâtrerie Dagorn (30 sal.), installations électriques STE (30 sal.), Elec Ouest (25 sal.) et Atout Confort (25 sal.); incinération d'ordures Idex (25 sal.).

Taden avait 1 000 hab. dans les années 1950 et croît depuis; elle a encore gagné 600 hab. de 1999 à 2008 (+32%). Le territoire communal s’étend assez loin vers le nord-ouest, dépassant la vallée du Frémur et englobant le champ de manœuvre de la Roberdie et plusieurs châteaux comme celui de la Conninais (15e et 19e s.) et les ruines du château de la Garaye (16e s.); un camping de luxe (225 places), 2 hôtels (50 chambres); échangeur de la voie européenne N 176-E 401 de Dol à Saint-Brieuc et de la route de Dinard.


Trélivan

2 460 hab. (Trélivannais), 1 110 ha, commune des Côtes-d’Armor dans le canton de Dinan-Ouest, 7 km OSO de la ville; aérodrome de Dinan (code LFEB) avec aéroclub, école de pilotage et une piste bitumée de 835 m, équipements de navigation et maintenance aéronautique OCAM (20 sal.); château de Vaucouleurs (16e-17e s.). La population communale a crû rapidement de 1950 (620 hab.) à 1990 (2 300) puis a un peu baissé, puis repris 220 hab. de 1999 à 2008. Une usine de charcuterie Kermené (magasins E. Leclerc, 130 sal.) s'est installée en 2007 sur un site partagé avec la commune voisine Bobital.