Canton de Boussac

Boussac

1 440 hab. (Boussaquins), 148 ha, chef-lieu de canton du département de la Creuse dans l’arrondissement de Guéret, 40 km au NE de la préfecture et 36 km à l’ouest de Montluçon. Le bourg domine la vallée encaissée de la Petite Creuse au confluent du Béroux. Il fut un moment sous-préfecture et conserve un certain rayonnement, notamment par ses foires aux porcs et aux veaux; il a un pont ancien, et un gros château du 1ee s., assez abîmé mais restauré à partir de 1965; musée rural Berry-Marche. Le socialiste Pierre Leroux y avait lancé en 1844 une imprimerie coopérative.

Boussac a un collège public et deux usines notables: Dagard pour les chambres froides et enceintes stériles (430 sal.), France-Fermetures pour la menuiserie de bâtiment (groupe SFPI, 140 sal.), après rachat des constructions métalliques Gibard (ACMG) qui conservent 35 sal.; supermarchés Carrefour (45 sal.) et Atac (45). La population communale avait augmenté entre les années 1930 (1 250 hab.) et 1975 où elle a atteint son maximum absolu (1 930 hab. sdc); mais elle baisse depuis et a diminué de 220 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 5 300 5 500 hab., 13 communes, 29 137 ha dont 3 466 de bois; la communauté de communes du pays de Boussac lui correspond et siège au chef-lieu; il est limitrophe à la fois des départements de l’Indre, du Cher et de l’Allier. Boussac-Bourg (810 Boussaquins, 3 869 ha dont 336 de bois), juste au NE du chef-lieu, partage avec lui certaines activités car le finage de Boussac est très étroit; imprimerie Huguet, église classée du 12e s.; deux campings (250 places) dont un de luxe (150 places), petit lac de barrage sur le Béroux, au nord de Boussac. Lavaufranche (250 Lavaufranchais, 1 634 ha), 5 km au SE de Boussac, conserve les restes d’une commanderie d’hospitaliers, dont un donjon, et eut une bifurcation ferroviaire.

Au sud de Boussac le relief s’élève dans le massif granitique des Pierres Jaumâtres, un site réputé de chaos de rochers en boules au sommet du mont Barlot, à 595 m, avec un chalet d'accueil. Il est dans la commune de Toulx-Sainte-Croix (300 Toulois, 3 505 ha dont 663 de bois), dont le village est un peu plus au sud, à 8 km de Boussac, perché au sommet d’une butte montant à 655 m; il y aurait été précédé par le site gallo-romain de Tullum; église romane un peu massive, avec restes de fouilles, tour médiévale, large panorama. La commune s'est agrandie de celle de Pradeau au nord en 1829, ce qui lui apporta les Pierres Jaumâtres et le hameau de Pradeau au pied de ce relief.

Soumans (600 Soumanais, 3 668 ha dont 1 385 de bois), 10 km au SE de Boussac à 420 m, est à la tête d’une commune assez étendue qui tient les sources de la Petite Creuse; elle a gagné 40 hab. depuis 1999, mais en avait plus de 1 500 en 1891; elle avait absorbé en 1829 Belle-Fay (ou Bellefaye), dont le hameau et le château subsistent tout à l'est; une mine d’étain a été exploitée au nord du finage près du hameau de Montebras et de la voie ferrée, qui franchit en viaduc la Petite Creuse. Le canton, qui fut jadis céréalier, s’est de plus en plus converti à l’herbe et offre un paysage de bouchures à charolais; il est plus ouvert sur le Bourbonnais et le Berry que sur le Limousin même.