Canton de la Souterraine

Souterraine (La)

5 700 hab. (Sostraniens) dont 240 à part, 3 707 ha dont 401 de bois, chef-lieu de canton du département de la Creuse dans l'arrondissement de Guéret, 34 km à l'ouest de la préfecture. La ville, située sur la ligne de partage des eaux entre Vienne et Creuse, aux sources de la Sédelle qui coule vers le NNE et rejoint la Creuse à Crozant, est dans le faisceau de circulation de Limoges à Paris. Elle y a été précédée, 3 km à l'est, par la gallo-romaine Bretum, qui a livré quelques témoignages et son nom au hameau de Bridiers, chef-lieu de vicomté au 13e s., dont l'ancien château a laissé un donjon du 13e s., peut-être un peu trop lisse après sa restauration. Le nom actuel vient d'un sanctuaire souterrain, devenu la crypte de l'église. La Souterraine, «cité médiévale de caractère», a conservé deux portes de ville, celle du Puycharraud et la massive tour-porte Saint-Jean (12e s.), une église des 11e-12e s., de vieilles maisons et une lanterne des morts.

La ville a une tradition de foires et de marchés, assurant les échanges entre Basse-Marche à l'ouest et Haute-Marche à l'est; mais elle a réussi à s'industrialiser à partir de 1959 grâce à une politique coordonnée et à sa position sur la voie ferrée Paris-Toulouse et non loin de la N 20, à présent doublée par l'A 20 dont l'échangeur est à 9 km à l'OSO de la ville, au croisement de la N 145 à quatre voies. La principale usine est celle d'Altia, ex-Wagon Automotive, ex-Socomec, qui fabrique des pièces métalliques pour automobiles (310 sal.,); la Somac (45 sal.) fait de l’outillage de presses et de la mécanique; menuiserie métallique Naudon-Mathé (30 sal.).

L’entreprise de transports de la maison Picoty (AEM, Auto-Express Moderne, 65 sal.) a ajouté à la distribution de produits pétroliers initiale (Picoty, 85 sal.) le stockage, les transports frigorifiques et la distribution d’électroménager; l’ensemble, dont le centre logistique, emploie 150 personnes. Dans le secteur tertiaire figurent notamment les transports de voyageurs Thuret (40 sal.) et Gefleur (35 sal.), un hypermarché Leclerc (100 sal.), un supermarché Carrefour (65 sal.), un Bricomarché (20 sal.); négoce de matériel agricole Laville (30 sal.).

La Souterraine a un hôpital-maison de retraite, un collège et un lycée publics; l’Office international de l’eau travaille en liaison avec l’IUT du Limousin et une Maison de l’emploi et de la formation est associée à l’université de Limoges; institut médico-éducatif la Roseraie, maison des jeunes et de la culture et école nationale de musique. La population communale était de 2 700 hab. au début du 19e s., 4 600 à la fin; elle est descendue à 4 100 en 1936 et a augmenté ensuite jusqu’en 1982 (5 700 sdc); elle s'est augmentée de 110 hab. entre 1999 et 2008. La ville est le siège de la communauté de communes du pays Sostranien, qui correspond au canton.

Le canton a 11 000 hab. (10 600 en 1999), 10 communes, 27 329 ha dont 3 050 de bois; il est limitrophe de l’Indre et de la Haute-Vienne. Son relief s’incline doucement vers le nord et supporte un bocage assez bien conservé, dans une contrée qui fournit jadis de nombreux maçons itinérants. Saint-Maurice-la-Souterraine (1 230 Saint-Mauriciens, 3 972 ha dont 500 de bois), 5 km au SO du chef-lieu, est une commune étendue, proche de l’échangeur autoroutier, mais qui a eu plus de 2 000 hab. en 1911 et s'est dépeuplée jusqu'en 1999; mais elle aurait repris 160 hab. en 2008; la société Emix (30 sal.) fabrique des lingots de silicium pour panneaux photovoltaïques, TIGR des réservoirs (25 sal.); travaux publics Caillaud (40 sal.).

Saint-Priest-la-Feuille (710 Baracats, 2 744 ha dont 408 de bois), 6 km au SE de La Souterraine, à 456 m, aux sources de la Semme qui descend vers le SO en direction de la Gartempe, a un dolmen (la Pierre folle) et un étang; la Gartempe traverse le sud de la commune; celle-ci a gagné 70 hab. après 1999; mais elle en avait plus de 1 500 vers 1860. À Noth (520 Nothois, 2 289 ha dont 360 de bois), 8 km à l’est du chef-lieu, qui a gagné 50 hab. après 1999, le complexe de loisirs de la Cazine, avec club hippique, profite d’un étang de barrage de 50 ha; les deux châteaux de la Fot (ou Foth), l’un renaissance, l’autre du 19e s. mais de style Louis XIII, soutiennent un gros domaine; un centre de rééducation à la Fot; récupération de déchets La Boîte à Papiers (25 sal.) aux Grandes Fougères.

À Saint-Agnant-de-Versillat (1 170 Versillacois, 5 046 ha dont 517 de bois), 5 km au NNE du chef-lieu, subsiste une lanterne des morts; église romano-gothique à clocher fortifié; menuiserie Adam (fenêtres, 95 sal.), ressorts Dury (20 sal.); la commune avait plus de 2 000 hab. en 1906; elle en a regagné 50 de 1999 à 2008. Saint-Germain-Beaupré (400 Saint-Germanois, 1 706 ha), 5 km plus au NNE, a un beau château des 16e et 17e s. à grosses tours rondes, sur une base de forteresse ancienne, qui fait penser à certains châteaux de la Loire; bois et étangs aux environs, une gare à Forgevielle.

Azérables (910 Drabléziens, 3 944 ha dont 287 de bois), 14 km au nord de La Souterraine, a une église fortifiée et entretient l’étang de la Chaume, flanqué d’un observatoire des oiseaux; la population de la commune dépassait largement les 2 000 hab. autour de 1900 et la commune a encore perdu 60 hab. de 1999 à 2008; maison de retraite, couverture et charpentes Martinet (35 sal.).