Canton de l'Isle-sur-le-Doubs

Isle-sur-le-Doubs (L')

3 310 hab. (L’Islois), 1 067 ha dont 528 de bois, chef-lieu de canton du département du Doubs dans l’arrondissement de Montbéliard, 24 km OSO de celle-ci et 52 km ENE de Besançon. La ville occupe un lobe de méandre de rive gauche dans la plaine du Doubs, traversé par le canal du Rhône au Rhin, la voie ferrée (gare) et la N 83. L'usine de la Générale de Forgeage-Décolletage (GFD), issue des implantations du groupe Japy et spécialiste de la visserie (50 sal.), passée à l’Italien Fontana en 2001, a été fermée en 2009; magasin Super-U (80 sal.), travail intérimaire Adecco (55 sal.). La commune est dotée d’un collège public; sa population, très stable depuis 1960, a diminué de 60 hab. entre 1999 et 2008. Elle est le siège de la communauté de communes des Isles du Doubs (21 communes, 7 300 hab.).

Le canton a 11 600 hab. (10 600 en 1999), 24 communes et 17 281 ha dont 7 035 de bois; limitrophe de la Haute-Saône au nord, il est traversé par la vallée du Doubs et, au sud, par l’A 36; il déborde au-delà sur le plateau du Jura, jusqu’à l’ubac de la barre du Lomont. Rang (410 Rangeois, 1 032 ha dont 351 de bois), 3 km au SO du chef-lieu au bord du Doubs, accueille les autocars Mouchet (75 sal.) et la fabrique de sangles et élingues PMS (65 sal.); elle a perdu 40 hab. après 1999. Blussans (190 Blussannais, 804 ha dont 465 de bois), 3 km au SE de L'Isle, est aussi sur la rive gauche du Doubs; travaux publics Dodivers (25 sal.).

Saint-Maurice-Colombier (900 hab., 1 329 ha dont 514 de bois) est en amont, au confluent du Bief et du Doubs; l'autoroute A 36 dite Comtoise passe dans le sud de la commune et y a un péage. Le canal du Rhône au Rhin est creusé dans la plaine et longé par la voie ferrée, tandis que les traces d'une ancienne voie romaine se suivent sur la rive gauche du Doubs. La commune de Saint-Maurice s'est nommée Saint-Maurice-Échelotte en 1922, puis a fusionné avec Colombier-Châtelot à l'ouest, en 1972, en changeant à nouveau de nom. Elle a gagné 170 hab. de 1999 à 2008. Longevelle-sur-Doubs (650 Longevellois, 831 ha dont 366 de bois) est juste en face, sur la rive droite du Doubs, étiré le long de la principale route (D 663); la commune comprend à l'ouest le hameau des Boussières; la mention «sur Doubs» est de 1923.

Hyémondans (190 Hyémondans, 687 ha dont 298 de bois), 10 km au sud-est du chef-lieu, est la commune la plus méridionale du canton et son ban atteint au sud le flanc nord du Lomont; grotte de Chèvre-Roche près du hameau de la Cude au sud. Le village est est dans la vallée du Bief, ainsi que celui de Sourans (130 Souranais, 420 ha dont 211 de bois) en aval, 7 km au SE de L'Isle. Lanthenans (60 Lanthenans, 336 ha dont 195 de bois) est sur le plateau, juste au sud de Sourans et à l'ouest de Hyémondans; église d'un ancien prieuré du 17e s., gouffre du Pont d'Échelotte au sud-ouest

Soye (320 Soyots, 1 389 ha dont 484 de bois), 10 km à l’ouest de L’Isle, propose un château du 16e s. et le gouffre de Pourpevelle, apprécié des spéléologues, riche de 10 km de galeries avec cours d’eau; sa population s'est accrue de 70 hab. entre 1999 et 2008. Un peu plus au nord, à Bournois (180 Bournaiquiés, 1 048 ha dont 376 de bois), s’ouvre la grotte de la Baume.

Arcey (1 410 hab., 1 257 ha dont 535 de bois) et Montenois (1 590 Montenois, 803 ha dont 316 de bois), à la pointe NE du canton, ont grandi sous l’attraction du proche bassin de Montbéliard: Arcey n’avait que 420 hab. en 1954 et a gagné 220 hab. de 1999 à 2008; Montenois avait 390 hab. en 1954 et a passé le millier en 1990, puis a gagné 470 hab. (+42%) après 1999. Faimbe (110 Faimbiers, 197 ha), 6 km au nord du chef-lieu, accueille le traitement de déchets Coved (25 sal.).