Canton de Marchaux

Marchaux

1 040 (Marchaliens), 1 006 ha dont 569 de bois, chef-lieu de canton du département du Doubs dans l’arrondissement de Besançon, 15 km au NE de la préfecture. Le village est situé dans un couloir entre deux barres de reliefs jurassiens par où passe l’autoroute A 36 (échangeur, péage et aires de service); mairie-lavoir; restauration d’autoroute Arche (40 sal.), négoce de matériel de bureau DBO (20 sal.). La population communale augmente depuis la guerre (260 hab. en 1954, 690 en 1982 et s'est accrue de 90 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton a 20 300 hab. (18 300 en 1999), 36 communes et 19 022 ha dont 8 595 de bois. Il est de forme un peu contournée, associant une partie septentrionale très étirée le long de la limite de la Haute-Saône et de la rive gauche de l’Ognon, et une partie méridionale plus étroite, traversant le Doubs et comportant des banlieues de Besançon: Thise (avec l’aérodrome de Besançon), Roche-lez-Beaupré, Novillars, Châtillon-le-Duc s’y ajoutent au nord de Besançon. Au sud du Doubs, la commune de Vaire-Arcier (520 Vairiers, 1 278 ha dont 839 de bois), un peu plus isolée, boisée et grimpant sur la côte de Montfaucon, rassemble plusieurs hameaux et résulte d'une fusion de 1974 où Arcier n'avait que 25 hab. Vaire-le-Grand y a un château du 18e s. avec jardin à la française de 1713, en terrasses, l’un des rares de la région.

Dans la partie septentrionale, au nord de la forêt de Chailluz, Devecey (1 430 Develçois, 378 ha), sur la route de Vesoul 13 km au nord de Besançon, accueille le siège et les services administratifs et de gestion du groupe de santé Korian, créé en 2001 et qui possède 173 maisons de retraite et 55 cliniques en France (22 000 places) et compte 13 700 sal. (9 300 en France); le groupe signale à Devecey une dizaine de services différents totalisant environ 450 sal. dont le siège (75 sal.), Meudon Tybilles (75 sal.), les Luberons (55 sal.), les Pins Bleus (50 sal.), Vill Alizé (45 sal.), la Reine Blanche (40 sal.), la Normandie (35 sal.), la Demeure de Saint-Clair (Korian, 30 sal.), Pierre Lhomme (25 sal.), les Issambres, etc. Devecey abrite aussi une métallerie (Brocard-Roux, 30 sal.), une cartonnerie (Bisontine, 45 sal.), les transports Mory (160 sal.), les travaux publics Bordini (35 sal.); supermarché U (55 sal.). Devecey n’avait que 220 hab. en 1954 et a doublé sa population entre 1975 et 1990, mais a ralentit sa croissance et a même perdu quelques habitants après 1999. Le village est le siège de la communauté de communes du Val de Dame Blanche, qui associe 12 communes (6 500 hab.).

Geneuille (1 310 Geneuillois, 645 ha dont 208 de bois) est au bord de l’Ognon 4 km à l’ouest de Devecey, et a exploité une saline et une papeterie; transports Debief (25 sal.) et Jurasciure (30 sal.). La commune a gagné 420 hab. de 1999 à 2008, soit +47%! Sa voisine Cussey-sur-l'Ognon (930 Cusseylois, 755 ha dont 272 de bois), au nord-ouest, a gagné 300 hab. (+48%!) dans le même temps. La partie orientale du canton est nettement plus rurale et peu atteinte par la périurbanisation bisontine. Chaudefontaine (220 Caldifontains, 633 ha dont 315 de bois), 3 km au NE de Marchaux, abrite une métallerie (Metalis, 130 sal.) et un négoce de matériel de travaux publics (Manuloc, 35 sal.). Thurey-le-Mont (110 Thureyens, 483 ha dont 211 de bois), au bord de l’Ognon à 7 km au nord de Chaudefontaine, accueille une boulangerie-viennoiserie Erhard de 230 sal.

Plus à l’est, le canton n’a que de très petites communes. Rigney (440 Rigneys, 958 ha dont 439 de bois), 7 km au NNE de Chaudefontaine sur le Doubs, a gagné 40 hab. après 1999 et s'orne au bord de l'Ognon du grand château de la Roche (16e-17e s.), en cours de rénovation; elle est le siège de la communauté de communes de la Bussière, qui réunit 12 communes et 1 400 hab. Le canton est ainsi tripartite, partagé entre les communautés de la Bussière au nord-est et du Val de Dame Blanche au nord-ouest, tandis que le chef-lieu Marchaux et les grandes communes du sud adhèrent à la communauté d’agglomération du Grand Besançon.


Châtillon-le-Duc

2 020 hab. (Châtillonnais), 626 ha dont 240 de bois, commune du département du Doubs dans le canton de Marchaux, 10 km au nord de Besançon. Elle a un gros château et fait figure de banlieue résidentielle et industrielle, avec un collège public. Si quelques ateliers d’horlogerie et mécanique de précision ont disparu récemment, restent SMB (Bérard, 80 sal.), les bureaux du groupe horloger Lamy (40 sal.), le laminage à froid Tillet (25 sal.) et le refendage de métaux Arservices (25 sal.), la bijouterie Frank et Person (30 sal.); flocage textile Incotex (17 sal.), menuiserie Adeco (35 sal.), objets publicitaires Dimo (35 sal.), mortiers et bétons BCB (20 sal.); négoce de bureautique Avenir (20 sal.), magasin de vêtements Magvet (20 sal.); traitements des eaux Saur (70 sal.). La commune n’avait pas 300 hab. en 1962 et a crû rapidement depuis; elle a encore gagné 140 hab. entre 1999 et 2008.


Novillars

1 650 hab. (Novillarois), 202 ha, commune du Doubs dans le canton de Marchaux, 11 km au NE de Besançon, sur la rive droite du Doubs et la voie ferrée vers Belfort. Elle abrite un grand centre hospitalier spécialisé; papeterie du groupe Otor (70 sal., carton ondulé). La population communale, fortement dépendante du centre hospitalier, est passée brusquement de 500 hab. en 1968 à 1 800 en 1975 puis a perdu 400 hab.; elle a regagné 120 hab. de 1999 à 2008.


Roche-lez-Beaupré

2 100 hab. (Rochois), 563 ha dont 249 de bois, commune du département du Doubs dans le canton de Marchaux, 9 km NE de Besançon sur la rive droite du Doubs et la voie ferrée vers Belfort; négoce de produits chmiques du spécialiste allemand de potasses K+S (ex-BASF) pour horticulture et jardins (140 sal.), négoce et conditionnement de produits chimiques (Ardea, 50 sal.); traitements de surfaces Creadec (70 sal.), articles en fils métalliques (châines et ressorts) Reboud-Roche (45 sal.), imprimerie Estimprim (25 sal.); magasin Super U (50 sal.); nettoyage Enett (250 sal.). Le nom de la commune était simplement Roche avant 1934.


Thise

3 290 hab. (Thisiens), 893 ha dont 392 de bois, commune du département du Doubs dans le canton de Marchaux, 6 km au NE de Besançon au bord de la forêt de Chailluz; elle accueille l’aérodrome de Besançon depuis 1933 (code LFSA), avec deux pistes gazonnées de 970 m et vol à voile; aéroclub; plusieurs entreprises de métallurgie et mécanique, dont AMTE (Augé Microtechniques, 200 sal.); mécanique Delta Microtechniques (25 sal.), bijouterie EBS (25 sal.), pièces plastiques Amtis (25 sal.); installations électriques Coteb (45 sal.), transports par cars Gentiane (régie départementale, 50 sal.); négoces de plomberie VF Confort (65 sal.), de surgelés Toupargel (35 sal.), nettoyage Renaissance Décor (40 sal.). La commune n’avait que 350 hab. en 1926, 670 en 1962; elle a passé le millier en 1968, les 2 000 dès 1979 et poursuit sa progression de commune suburbaine: elle a gagné 210 hab. de 1999 à 2008.