Canton de la Motte-Chalancon

Motte-Chalancon (La)

400 hab. (Mottois), 2 283 ha dont 491 de bois, chef-lieu de canton du département de la Drôme dans l'arrondissement de Die. C'est un village en rond, établi aux abords de l'Oule à 547 m dans un bassin évidé dans un bombement anticlinal, au fond duquel apparaît le lias (aalénien). Il a des restes de fortifications et de nombreuses calades (ruelles) en pente; des commerces, mais pas d'enseignement secondaire. Un altiport de tourisme a été aménagé au NE du village, qui a un foyer pour handicapés. La population a fortement diminué de 1846 (1 240 hab.) à 1975 puis s'est stabilisée jusqu'en 1999; elle vient de reprendre 60 hab. (1999-2005).

Le canton a 930 hab., 13 communes, 25 281 ha dont 7 239 de bois; les communes sont dépeuplées et assez isolées. La partie sud-est est drainée par l'Oule vers l'Eygues, tandis que la moitié nord-ouest est dans le bassin de la Roanne qui coule vers le nord et rejoint la Drôme, au sein d'un grand val synclinal. Le contact des deux moitiés se fait par le puissant crêt arqué, au front tourné vers l'est, qui porte du sud au nord les noms successifs de montagne de l'Eyriau, de Praloubeau, de Boutarinard et, au-delà du canton, d'Ancelon. Chalancon (60 Chalanconnais, 3 600 ha dont 794 de bois), 5 km au NO du chef-lieu à 714 m, dominé par les ruines d'une tour médiévale, est juste à l'endroit où l'Aiguebelle, petit affluent de l'Oule, traverse en cluse ce crêt; la forêt domaniale d'Aiguebelle est au nord du village, qui avait près de 500 hab. voici deux siècles, 280 un siècle après, et dont la population n'a cessé de décroître.

Vers l'ouest, Gumiane (35 Gumianais, 892 ha dont 320 de bois) est aux sources de la Roanne; son habitat très dispersé est dominé au sud par le Merlu (1 606 m); des routes de montagne lui permettent de communiquer avec la vallée du Roubion à l'ouest par le col Lescou (829 m), à l'est avec La Motte-Chalancon par le col de Pré Guitard (915 m). La population est descendue à 28 hab. en 2005; elle fut au mieux de 196 hab. en 1856.

Dans la partie septentrionale, Saint-Nazaire-le-Désert, en dépit de son nom, est de loin la commune la plus peuplée parmi de très petits villages (190 Saint-Nazairais, 4 662 ha dont 384 de bois), au bord de la Roanne à 25 km au NO du chef-lieu à 591 m, et offre quelques services, plus un château renaissance. La commune avait plus de 1 000 hab. au début du 19e siècle, autant que La Motte-Chalancon, et encore plus de 400 vers 1930. Elle a encore perdu 40 hab. de 1999 à 2006, plus de 20%. Auparavant, elle avait absorbé au sud sa voisine Petit-Paris, réduite à une trentaine d'habitants même avec le hameau de Merlet. Le relief monte à 1 482 m à l'ouest, sur le crêt de la montagne de Couspeau. Vers l'est, Volvent (27 Volventiers, 1 673 ha dont 419 de bois), 9 km en amont de Chalancon, se tient à 850 m sur l'interfluve entre les bassins de l'Eygues et de la Roanne; on y voit la résurgence des Trous Arnaud; le relief monte à 1 613 m à la Servelle. Volvent eut 400 hab. dans les années 1830.