Canton de Saint-Georges-du-Vièvre

Saint-Georges-du-Vièvre

710 hab. (Géorgiens), 1 019 ha, chef-lieu de canton du département de l’Eure dans l’arrondissement de Bernay, 19 km au nord de Bernay sur le plateau du Lieuvin; beau château de Launay (18e s.). La population communale a fort peu varié en deux siècles (+50 hab. de 1999 à 2008). Le village est le siège de la communauté de communes Vièvre-Lieuvin, qui réunit 13 communes et 4 400 hab.

Le canton a 4 600 hab. (4 000 en 1999), 14 communes, 10 375 ha dont 897 de bois. Lieurey (1 380 hab., 1 821 ha), 7 km à l’ouest du chef-lieu et en situation de carrefour, a l’intéressant château des Champs, du début du 16e s. en brique et pierre, un marché au cadran et une originale foire annuelle aux harengs. «Cette foire tire son origine de la guerre de cent ans et du siège d’Orléans. Un convoi de chariots transportant des harengs partit du port de Pont-Audemer dut s’arrêter à Lieurey car il fut surpris par une tempête de neige. Pour éviter que les harengs ne soient perdus, ils furent vendus lors d’une foire.» (http://www.saintgeorgesduvievre.org/fr/villages2.htm). La population s'est accrue de 170 hab. entre 1999 et 2008. Le nom des habitants n'est pas fixé; les formes un peu savantes Leucorégaliens (ou Leucoroyaltais) ont été récemment proposés.

À Noards (65 hab., 421 ha), 2 km au sud de Lieurey, travaille la petite fromagerie réputée du Plessis (25 sal.). Saint-Étienne-l’Allier (480 Stéphanois, 1 132 ha), 4 km au NO du chef-lieu, a un monument au maquis Surcouf, qui fut le plus actif de la Résistance en Haute-Normandie; manoir du Vièvre (début du 16e s.) à pans de bois, avec un colombier hexagonal. Elle a gagné 90 hab. de 1999 à 2008. Saint-Christophe-sur-Condé (390 Saint-Christophiens, 900 ha), 6 km au nord du chef-lieu, s'est accrue de 80 hab. dans le même temps; elle offre un musée des anciens outils.

La chapelle de Saint-Martin-Saint-Firmin (240 hab., 637 ha), 6 km NNO du chef-lieu, dans la vallée de la Véronne, est objet de pèlerinage; l'association des deux anciennes paroisses est antérieure à la Révolution. Il en est de même pour le nom de Saint-Benoît-des-Ombres (120 hab., 363 ha), dans un vallon à 3 km SE du chef-lieu, qui a aussi son pèlerinage.