Cantons de Louviers

Louviers

18 700 hab. (Lovériens) dont 530 à part, 2 706 ha dont 1 331 de bois, chef-lieu de cantons du département de l’Eure dans l’arrondissement des Andelys, 22 km au nord de la préfecture et 31 km au sud de Rouen. Le centre-ville dessine un carré entouré de boulevards, sur la rive gauche de l'Eure; la ville, largement reconstruite après 1945, offre une grande église de style gothique flamboyant du 13e au 15e s., un musée municipal et un musée des décors de théâtres (fondation Wakhévitch); cloître des pénitents (17e s.), jardin public, un manoir avec activités culturelles, médiathèque. Louviers est équipée d'un centre hospitalier de 75 lits et une clinique (85 sal., 60 lits), deux lycées et trois collèges publics, un collège privé, une maison de retraite (Korian, 45 sal.).

La ville, qui fut longtemps sous la tutelle de l'archevêché de Rouen, fut un centre notable d'industrie textile dès le 13e s. et reçut de Colbert une manufacture, puis produisit des machines pour le textile au 19e s. Elle avait hébergé une grande usine Philips (disques microsillons puis vidéo et cartes électroniques), fermée en 2002 mais dont est issu le pressage de CD et DVD Cinram, naguère Polygram, passé en 2006 à une firme canadienne, et dont l'établissement est descendu de 370 à 135 sal.

Louviers dispose cependant d’un vaste ensemble industriel diversifié, partagé avec la commune voisine d’Incarville: fournitures médicales (Fresenius Kabi, groupe allemand, perfusions, 310 sal.); chocolaterie Barry-Callebaut (groupe Jacobs, 230 sal.); plastiques Recticel (groupe belge, 190 sal.) et Visiplast (25 sal.), mastics (Henkel, passé de 100 à 20 sal.); profilés d’aluminium Benteler (ex-Alunord, 180 sal., cédé par le norvégien Norsk Hydro au groupe allemand) et armatures métalliques Eurarma (75 sal.) et Fer 2000 (35 sal.), présentoirs (CCI-PLV, groupe Publidis, 55 sal.), moteurs électriques Benning (45 sal.), machines-outils Ceri (35 sal.); imprimerie d’étiquettes pour l’industrie (Interfas, 85 sal.), lunettes Hoya Lens (40 sal.); couverture Ranger (20 sal.).

Louviers a aussi deux supermarchés Carrefour (85 et 25 sal.), un Bricomarché (30 sal.), et une centrale régionale des supermarchés Ed (55 sal.); transports Trans Inter (30 sal.); traitement des eaux Veolia (65 sal.); informatique Masternaut (135 sal.), Extelia (90 sal.). La commune avait déjà plus de 10 000 hab. au 19e siècle et s’est tenue entre 10 000 et 11 000 jusqu’en 1954, puis sa population a augmenté, culminant en 1982; elle a perdu 700 hab. de 1982 à 1999, 160 de 1999 à 2008. Une zone urbaine sensible a été définie au sud-ouest (zac de la Justice). Louviers est un point fort de la secte des Témoins de Jéhovah (les Béthélites), mais a une tradition de municipalités de la gauche dite modérée.

Pierre Mendès-France (1904-1982) a été député de Louviers dès 1932, à 25 ans, et maire en 1935. Le maire actuel est Franck Martin, du Parti radical de gauche, conseiller régional et président de la communauté d’agglomération Seine-Eure, qui s’est fait remarquer par son usage soutenu des médias et dont la cohabitation avec le maire de Val-de-Reuil est chaotique. L’unité urbaine Insee est de 39 500 hab., l’aire urbaine de 42 700, tandis que la communauté d’agglomération, baptisée Seine-Eure et qui inclut aussi l’essentiel du canton du Val-de-Reuil, monte à 59 600 hab.

Les deux cantons de Louviers ont 31 800 hab. (30 700 en 1999), 19 communes, 15 395 ha dont 5 140 de bois; ils sont passés en 2006 de l'arrondissement d'Évreux à celui des Andelys. ils sont traversés du sud au nord par la vallée de l’Eure et mordent sur la rive droite de la Seine en incluant la commune d’Andé (1 080 Andéens 531 ha), 6 km ENE de Louviers, face à Saint-Pierre-du-Vauvray, dont la principale industrie (amortisseurs De Carbon) a disparu mais qui conserve un joli moulin à pans de bois, devenu centre culturel; fabrique de clôtures métalliques Bosmy (65 sal.); Andé n’avait que 330 hab. en 1962 et croît depuis; elle a gagné 75 hab. de 1999 à 2008.

Incarville (1 360 Incarvillais, 835 ha dont 551 de bois), juste en aval de Louviers, partage avec elle certaines activités industrielles; elle accueille plus particulièrement le Centre Leclerc (220 sal.), les transports urbains Veolia (40 sal.) et le transporteur André (35 sal.). Une fraction de la commune a contribué à la création de celle du Val-de-Reuil, mais la population a crû régulièrement (400 hab. en 1936, 540 en 1962, 1 100 en 1982) et culminé en 1990; elle a perdu une quarantaine d'habitants après 1999. Pinterville (830 Pintervillais, 593 ha dont 153 de bois), dans la vallée de l’Eure à l’entrée sud de Louviers, a un gros château de brique et pierre du 18e et du 19e s.; électromécanique (Sepi, 25 sal.); elle croît comme une petite banlieue résidentielle (310 hab. en 1954, 520 en 1982) et a gagné 150 habitants entre 1999 et 2008.

Au sud du canton, dans la vallée de l’Iton, Hondouville (770 Hondouvillais, 688 ha dont 316 de bois), 13 km SSO de Louviers, se signale par une grosse papeterie du groupe états-unien Georgia Pacific (ouate et produits d’hygiène, 700 sal., reprise au groupe Kaysersberg); fabrique de peintures Safe (55 sal.), menuiserie Sauvage (35 sal.). Sa petite voisine La Vacherie (560 hab., 763 ha dont 288 de bois), de l’autre côté de l’Iton, a une autre fabrique de peintures (Onip, 35 sal.). Hondouville a gagné une quarantaine d'habitants de 1999 à 2008, La Vacherie 70.

Acquigny (1 670 Acquigniciens, 1 783 ha dont 958 de bois), au confluent de l’Eure et de l’Iton, 6 km au sud de Louviers, a un très beau château renaissance de 1557 dans un grand parc classique avec orangerie et une église dotée d’une riche décoration intérieure du 18e s.; une usine de conditionnement de parfums et cosmétiques (CCI, 120 sal.) et de nombreuses petites entreprises travaillent sur la zone d’activités du Patis, parmi lesquelles les détecteurs électriques UTC Chubb (45 sal.); traitement de déchets Paprec (25 sal.). Acquigny a intégré la petite commune des Planches (50 hab.) en 1971, au sud, et sa population augmente depuis les années 1930, où elle n’était que de 750 hab. Elle s'est accrue de 180 hab. entre 1999 et 2008.

Heudebouville (800 Heudebouvillais, 928 ha dont 198 de bois), 6 km ESE de Louviers sur le plateau qui domine la Seine, croît aussi mais avec modération (+80 hab. depuis 1999). Elle a reçu une grande zone d’activités associée à l’échangeur de l’A 13 et de la N 15 qui s’ouvre vers Louviers: centre d'essais de produits ITS (Intertek Testing Services, 160 sal., au groupe Intermarché), logistique de l’usine Frasenius de Louviers (50 sal.), pièces pour automobiles Renault Tech (70 sal.), adhésifs Lohmann (50 sal.), filtres à air AAF (35 sal.), ainsi que des fabriques de pâtisseries Touflet Gourmet (70 sal.) et boulangerie Gosselin (30 sal.) et de plats cuisinés (Cuisine Solutions, 60 sal.); traitement des ordures Ipodec (40 sal.), nettoyage LC Dec (25 sal.). Le village d’Heudebouville domine un versant escarpé de rive concave de la Seine, dont la voie ferrée Paris-Rouen longe le pied; la commune englobe l’île de Lormais.

Vironvay (320 Vironvayens, 390 ha) lui fait suite à 2 km au NO, également sur le plateau, et partage les effets de l’échangeur: transports Duval (120 sal.), cars Auzoux Voyages (40 sal.), aire de service de l’autoroute de Normandie avec restauration Arche (50 sal.); la commune a gagné 40 hab. après 1999. Un peu en aval, Saint-Pierre-du-Vauvray (1 360 hab., 522 ha), 5 km ENE de Louviers, se tient en bord de Seine, dispose d’une gare, d’un pont sur la Seine et de plusieurs îles dont celle du Moulin; la fabrique Labelle, reprise comme négoce par un groupe portugais en 2003 sous le nom de Tachon, passée ensuite à Aerosoles pour sa filiale Pallio, a fini par disparaître en 2009. Saint-Étienne-du-Vauvray (710 hab., 884 ha), dont les maisons prolongent celles de Saint-Pierre vers le nord, a un joli manoir à pans de bois (Haute-Crémonville, 17e s.); ciments Holcim (20 sal.). Ces deux communes ont contribué à la création de Val-de-Reuil et croissent également.

Le plateau à l’ouest de Louviers, qui fait partie du pays de Neubourg, est resté d’apparence plus campagnarde. La Haye-Malherbe (1 500 hab., 993 ha dont 433 de bois) y trône comme village-centre à 9 km à l’ouest de Louviers, à l’orée des forêts d’Elbeuf et de Louviers; le finage touche au nord à celui de Saint-Pierre-lès-Elbeuf; métallerie Dujardin-Icofrance (30 sal.). La population communale croît depuis le minimum des années 1930 (800 hab.) mais elle avait déjà atteint 1 400 hab. avant 1870; elle n’a gagné qu’une cinquantaine d’habitants entre 1999 et 2004. Le Mesnil-Jourdain (250 hab., 1 011 ha dont 474 de bois), sur le plateau à 7 km SO de Louviers, s’orne du château d’Hellenvilliers, des 16e, 17e et 19e s., avec un grand parc boisé du 18e s.