Canton de Mainvilliers

Mainvilliers

10 600 hab. (Mainvillois) dont 250 à part, 1 030 ha, chef-lieu de canton d'Eure-et-Loir dans l'arrondissement de Chartres, en banlieue NO de la préfecture. La commune, fleurie (trois fleurs), accueille de nombreuses activités de banlieue, surtout des services et commerces, dont une clinique (160 sal., 125 lits), un institut médico-éducatif de 70 places avec centre d'aide par le travail et un collège public; entreprise de bâtiment Leroy-Durand (130 sal.), négoces de matériaux Cmc (Comptoir métallurgique chartrain, 25 sal.) et Point P (30 sal.), de fournitures industrielles Rto (Raccord et Tube de l'Ouest, 30 sal.), de quincaillerie Lanouille (20 sal.), de produits d'entretien Fichot (45 sal.), nettoyage GSF Neptune (95 sal.), génie climatique Hervé Thermique (65 sal.),installations électriques LTE (25 sal.), maçonnerie Bertolussi (20 sal.), traitement de déchets Orisane (30 sal.). Mainvilliers a aussi des magasins Intermarché (95 sal.) et Decathlon (50 sal.), surgelés Thiriet (25 sal.); restauration collective Dupont (35 sal.), vente à domicile Angene (40 sal.) et un dépôt de presse (25 sal.); transports Tradibeauce (40 sal.), Gratias-Propulse (40 sal.), Axel (25 sal.); transports par autocars (Transports d'Eure-et-Loir, 190 sal.).

Le grand ensemble de Tallemont, à l'ouest, est considéré comme zone urbaine sensible. Le champ de tir de Chavannes s'étend au nord de la commune. Celle-ci a cédé le territoire de Lucé en 1836; elle avait 1 100 hab. en 1872, 2 000 en 1931 et 2 600 en 1954; elle a crû vivement ensuite, jusqu'en 1982, puis a plafonné; mais elle a gagné 280 hab. de 1999 à 2007. La population de plus de 15 ans compte 25% de retraités et 19% d'ouvriers, le taux de chômage dépassant 13%. Les emplois locaux sont au nombre de 3 300, dont 800 sont tenus par des résidants, tandis que 3 500 habitants travaillent hors de la commune, dont près de 600 hors du département, c'est-à-dire essentiellement dans l'agglomération parisienne. Le revenu net imposable moyen est assez bas (19 500 euros par an et par ménage) mais toutefois supérieur à celui de Lucé. Le maire est Jean-Jacques Châtel, socialiste.

Le canton a 19 300 hab. (18 700 en 1999), 5 communes et 5 720 ha dont 1 075 de bois. Il inclut au NE la commune de Lèves, au NO la forêt de Bailleau-l'Évêque (1 200 Baillotais, 1 968 ha dont 400 de bois), commune à 10 km ONO de Chartres où est le château de Levesville (15e et 17e s.); travaux publics Villedieu (20 sal.); la commune avait 500 hab. en 1962 et a encore gagné 150 habitants de 1999 à 2007. À l'ouest, le finage de Saint-Aubin-des-Bois (980 Saint-Aubinois, 1 809 ha dont 400 de bois) partage la forêt avec Bailleau.


Lèves

4 500 hab. (Lévois), dont 170 à part, 751 ha, commune d'Eure-et-Loir dans le canton de Mainvilliers en banlieue nord de Chartres, surtout résidentielle. L'abbaye romane de Coulombs ou Josaphat (12e s.) est devenue un asile de 180 lits pour handicapés et 150 en maison de retraite médicalisée (Fondation d'Aligre); centre d'aide par le travail, travaux publics Colas (50 sal.), réseaux électriques Etde (30 sal.), nettoyage 2001 (25 sal.). La commune avait 1 200 hab. vers 1900, 1 600 en 1950 et a poursuivi sa croissance, du moins jusqu'en 1999; mais elle n'a plus gagné qu'une trentaine d'habitants de 1999 à 2005.