Canton de Porto-Vecchio

Porto-Vecchio (Porti Vechju) parfois (Purtivichjacciu)

Highslide JS

10 600 hab. (Porto-Vecchiais) dont 260 à part, 16 865 ha dont 12 070 de bois, chef-lieu de canton de la Corse-du-Sud dans l'arrondissement de Sartène, 64 km à l'est de celle-ci. Cette très grande commune, héritière d'une vaste piève, a bénéficié d'une assez forte croissance depuis les années 1950, en raison de la qualité de ses sites, une fois éliminés les moustiques. On y a trouvé des restes de port romain, d'où sans doute son nom de «Vieux Port», mais la contrée avait ensuite été presque entièrement abandonnée. Une première relance sous le Second Empire avait accompagné des travaux de drainage, mais sans grand essor encore.

Promue par le tourisme, Porto-Vecchio est maintenant devenue la troisième ville corse par sa population et elle bénéficie de la proximité de l'aéroport de Figari (24 km). Bien pourvue en commerces et services, elle dispose d'un centre culturel; lycée public et deux collèges publics (1 100 élèves); établissement hospitalier privé (107 lits), institut médico-éducatif, centre d'aide par le travail; petite industrie du liège, taillerie de corail pour touristes, hippodrome et golf; villages de vacances. La ville a reçu en 1983 la Cinémathèque régionale, qui organise un festival annuel Cinémafiches. On estime sa population estivale à 50 000 personnes, dont de nombreux Italiens.

L'agglomération de Porto-Vecchio est établie sur une butte qui domine de 70 m un golfe profond; la partie la plus ancienne est enclose dans une citadelle d'origine gênoise, qui a conservé une vieille porte côté est. Au pied ont été aménagés le port de plaisance (450 anneaux), le port de commerce et la gare maritime, Porto-Vecchio bénéficiant de relations régulières avec Ajaccio et avec l'Italie. Juste au SE, des salines, les seules de Corse, continuent à être exploitées (900 t/an).

La côte nord du golfe est accompagnée de plusieurs urbanisations balnéaires, comme Poretta, la marina di Fiori, et d'autres qui dépendent de la commune de Lecci. Côté est, le rivage, plus escarpé, est moins habité; la pointe de Chiappa, à l'entrée du golfe, se consacre au naturisme (la Chiappa et le Furu). À partir de là, la côte prend une direction NE-SO jusqu'à la limite de la commune de Bonifacio.

En avant se trouvent les quatre îles Cerbicale, protégées par une réserve naturelle surveillée de 36 ha, intégrée à la grande réserve des Bouches de Bonifacio: du nord au sud Forana, Maestro Maria la plus petite, Piana la plus grande, qui monte à 36 m, Pietrocaggiosa un peu plus distante.

En face, la plage de Palombaggia est très appréciée; un peu plus au sud, le golfe de Santa Giulia, bordé par un petit étang de même nom derrière un lido, attire également les estivants et les constructeurs, et a fixé un village du Club Méditerranée. Encore plus loin, le golfe de Porto Novo, dominé par la Testa di a Carpiccia, est plus tranquille. Le Conservatoire du littoral protège une réserve naturelle à Tamaricciu (10 ha) près de la plage de Palombaggia et possède l'île Forana aux Cerbicale.

Au NO, la commune s'avance sur les reliefs, qui sont inclus dans le Parc régional; le village de l'Ospedale y commande un vaste espace de repos et de promenades; il doit son nom et son origine à un fort ancien hôpital de l'époque romaine, et a conservé cette fonction, un établissement de santé y employant plus de 150 personnes. Tout près se trouve un agréable lac de barrage en altitude (3 Mm3), au sein même de la forêt de l'Ospedale. Ces reliefs culminent à 1 314 m à la Vache morte (punta di a Vacca Morta).

Entre les hauteurs de l'Ospedale et la côte, s'étend une plaine drainée par le Stabacciu, qui aboutit au fond du golfe de Porto près des salines. Largement peuplée de chênes-liège et d'eucalyptus, elle est traversée par la route de Bastia à Bonifacio (N 198) et celle de Porto-Vecchio à Figari (D 859). Tout au nord de la commune près de la grand'route, se trouve le gisement préhistorique de Torre, celui-là même qui a donné son nom à la civilisation torréenne. En direction de Figari, le hameau de Ceccia a aussi des restes préhistoriques, et non loin se trouve un autre site torréen, le «castellu» de Tappa.

Le canton de Porto-Vecchio a 12 900 hab., 4 communes, 34 787 ha. Il est coupé en deux par la commune de Zonza, qui a annexé un vaste secteur de littoral autour du golfe de Pinarellu. De la sorte, le canton compte deux communes au nord, Sari-Solenzara et Conca, séparées de celles du sud, Porto-Vecchio et Lecci. La contrée bénéficie de l'AOC vins-de-corse-porto-vecchio. Le port de Porto-Vecchio voit passer 80 000 passagers par an, presque tous échangés avec Marseille, seulement 2 000 avec Palau en Sardaigne du NE. Une voie ferrée avait relié la ville à Bastia en 1935; elle a été détruite en 1943.


Conca

790 hab., 7 796 ha, commune de Corse-du-Sud dans le canton de Porto-Vecchio, 19 km au nord de la ville. Par exception, le village campe dans un petit bassin, et non sur un piton. La commune s'étend vers le NO, jusqu'à la pointe Velaco (Velacu) à 1 483 m, proche des aiguilles de Bavella. Elle contient une partie de la forêt de l'Ospedale et elle est parcourue par le GR 20, dont Conca est le terminus méridional. Elle dispose à l'est d'un littoral rocheux, où se sont établies la marine de Tarcu et surtout, tout au NE, celle de Favone dont la plage accueille un village de vacances (résidence de loisirs, classes de mer); le musée A Faldetta se consacre aux costumes traditionnels corses.


Lecci

710 hab., 2 741 ha, commune de Corse-du-Sud dans le canton de Porto-Vecchio, 10 km au nord de la ville. Le finage dessine un arc depuis la forêt de l'Ospedale jusqu'à la côte septentrionale du golfe de Porto-Vecchio. La presqu'île de Cala Rossa, très habitée, est bordée au nord par la belle baie en demi-cercle de San Ciprianu, avec une petite île et une grande plage, au bord de laquelle se développe l'urbanisation littorale de San Ciprianu. Au sud, elle donne sur le golfe de Porto-Vecchio, où s'avance la pointe San Benedetto, qui abrite la baie de Stagnolu au SO de la commune. Celle-ci, dont le nom vient du chêne-vert, n'avait guère que 150 hab. vers 1800, mais officiellement 948 en 1975. La population a augmenté de 304 hab. entre 1999 et 2005, soit de 43%!


Sari-Solenzara (Sari di Sulinzara)

1 100 hab., 7 385 ha, commune de Corse-du-Sud dans le canton de Porto-Vecchio à la limite de la Haute-Corse, 41 km au nord de la ville pour la marine de Solenzara, plus 8 km pour le village perché de Sari. Le territoire est très accidenté; il monte à 1 085 m à l'ouest dans la forêt domaniale de Sambucu. Le littoral rocheux laisse de petites places au port de Solenzara, bien équipé pour la plaisance (450 anneaux) et accompagné d'un parc d'attractions «Adventura», tout au NE de la commune à l'embouchure du petit fleuve de même nom; d'autres sites abrités s'offrent dans les anses de Manichinu, Cala d'Oro, Cannella (Canella) et surtout Favone (a Favone), la plus attrayante des cinq avec deux villages de vacances. Cette côte est parfois nommée «côte des Nacres» et la communauté de communes de la Côte des Nacres rassemble 3 communes (2 500 hab.) autour de Sari-Solenzara. L'aérodrome dit de Solenzara est dans la commune de Ventiseri.