Canton de Bessèges

Bessèges

3 200 hab. (Bességeois), 1 032 ha dont 281 de bois, chef-lieu de canton du département du Gard dans l'arrondissement d'Alès, 31 km au nord d'Alès au pied des Cévennes dans la vallée de la Cèze. Fille du charbon et de l'acier, la commune a été créée en 1858 à partir de plusieurs quartiers de communes voisines. L'essor de Bessèges commence avec la mine, ouverte en 1809 et agrandie après l'installation d'une usine sidérurgique en 1833; la voie ferrée y parvient en 1857. Le site se développe en dépit d'un grave accident qui fait 105 morts en octobre 1865, et Bessèges atteint 11 000 hab. à la fin du 19e s., devenant la troisième ville du Gard. Une verrerie, une fonderie de fonte et de bronze, une usine de constructions mécaniques complètent le bassin industriel. En 1890 la sidérurgie est intégrée par la compagnie d'Alais, et prospère comme spécialiste de rails puis de tubes pendant la Première Guerre mondiale.

Le déclin vient aussitôt après, marqué par les fermetures de la verrerie en 1920 et de la fonderie en 1922. L'aciérie entre dans le groupe Lorraine-Escaut en 1953, passe à Usinor puis Vallourec, et ferme en 1987. Les charbonnages sont abandonnés en 1964. La population, en baisse depuis les années 1920 mais encore à 5 300 hab. en 1975, diminue toujours malgré l'absorption de la petite commune de Foussignargues en 1972. L'embranchement ferroviaire vers Alès est toutefois maintenu. Bessèges a un établissement de santé (50 sal.), un collège public, un supermarché Carrefour (35 sal.); palettes de bois Blanc (25 sal.).

Le canton, limitrophe du département de l'Ardèche, a 5 750 hab. (5 500 en 1975), 5 communes, 4 952 ha dont 2 396 de bois et garrigues; il est traversé par la Cèze et déborde à l'est sur les premiers reliefs calcaires. Peyremale (290 Peyremalencs, 862 ha dont 516 de bois), en amont de Bessèges à 4 km, se tient sur un promontoire dominant le confluent de la Cèze et du Luech; église romane du 12e s. Gagnières (1 100 Gagniérois, 1 122 ha dont 600 de bois), 8 km au NE de Bessèges, est le siège de la communauté de communes Cévennes actives, qui inclut Bessèges (6 communes, 6 600 hab.); elle a eu 7 puits de charbon jusqu'en 1928, dont il ne reste plus trace. Bessèges a été créée en partie sur le territoire de Gagnières, qui a également perdu en 1926 le finage de Foussignargues, laquelle a rejoint Bessèges 46 ans plus tard. La population était de 3 300 hab. en 1901, 1 500 en 1931 et a diminué jusqu'en 1990; mais elle a regagné 170 hab. de 1999 à 2009.

Robiac-Rochessadoule (860 hab., 1 031 ha dont 501 de bois), voisine de Bessèges au sud-est sur le versant d'ombrée de la Cèze, a une gare et des grottes. Son territoire n'a porté que le nom de Robiac jusqu'en 1983; Rochessadoule est un hameau dans un vallon affluent de droite de la Cèze. Le finage avait été amputé pour la création de la commune de Bessèges, puis en 1882 de Molières-sur-Cèze dans le canton voisin; la commune a eu 4 700 hab. en 1881 et en conservait 3 400 en 1906; la population a chuté durant la crise industrielle, continué de baisser jusqu'en 1999 et repris 50 hab. depuis.