Canton de l'Isle-Jourdain

Isle-Jourdain (L')

7 500 hab. (Lislois), 7 048 ha dont 316 de bois, chef-lieu de canton du département du Gers dans l’arrondissement d’Auch, 43 km à l’est de la préfecture et 33 km à l’ouest de Toulouse, dans la vallée de la Save. La ville est entraînée dans l’expansion de l’agglomération toulousaine et regarde bien plus vers l’est que vers l’ouest. Elle est devenue une cité résidentielle satellite de Toulouse, et en a même reçu des ateliers comme Equip’Aéro (30 sal.) la mécanique de précision Eskulana (40 sal.) et EA (25 sal.) et les équipements de navigation EA Services (160 sal.), la métallerie SEUT (25 sal.) ou la fabrique d’abris de piscine Abrisud (220 sal.); traitement de produits de mer Crusta C (25 sal.); ingénieries Parera (75 sal.) et Gers Initiatives (Interagir, 50 sal.), contrôles Ecocert (185 sal.) et Ecocert Greenlife (40 sal.); constructions Nin (25 sal.), conditionnement à façon Horus (20 sal.), négoce de matériels aéronautiques A2C (Air Cost Control, 45 sal.); supermarché Carrefour (50 sal.), La Poste (60 sal.); autocars Dethomas (25 sal.) et Voyages Duclos (65 sal.).

Elle n’en conserve pas moins d’anciens attraits: collégiale du 14e s. refaite au 18e, une belle place avec hôtel de ville des 18e-19e s., halle en brique de 1820; musée européen d’art campanaire; collège et lycée public, collège privé; deux lacs (26 ha) avec base de loisirs, qui l’inscrivent parmi les «stations vertes de vacances». C’est la ville gersoise qui connaît la plus forte croissance récente: après les 4 900 hab. des environs de 1850 la population était descendue à 3 500 hab. dans les années 1930, puis elle est passée à 4 000 en 1968, 5 000 en 1990 (sdc). Elle a encore gagné 1 800 hab. de 1999 à 2009, soit plus de 32%. L’Isle-Jourdain est le siège de la communauté de communes de la Save lisloise, qui associe 8 communes (7 600 hab., 15 988 ha).

Le canton a 13 500 hab. (10 000 en 1999), 14 communes, 22 103 ha dont 1 696 de bois; il est traversé du SO au NE par la vallée de la Save et dominé à l’est par les lambeaux des hautes terrasses de Bouconne, qui annoncent le domaine garonnais tout en marquant une limite. Monferran-Savès (740 Monferranais, 2 468 ha), 9 km OSO du chef-lieu dans les collines, accueille deux instituts médico-éducatifs, l’Essor et les Thuyas. Au sud-est, le village d'Endoufielle (580 Endoufiellois, 1 710 hab.) est campé sur l’éperon de confluence de la Save et de la Boulouze à 8 km SSO du chef-lieu; la commune a 120 hab. de plus qu'en 1999.

Pujaudran (1 330 Pujaudranais, 1 741 ha dont 575 de bois), 7 km ESE du chef-lieu, sur le balcon boisé de Bouconne, a gagné 420 hab. de 1999 à 2009 (+46%); elle est le siège de la petite communauté de communes des Coteaux de Gascogne (1 900 hab.), un nom pourtant bien large et ambitieux, qu’elle a formée avec ses seules voisines Lias (520 Liassois, 1 067 ha dont 238 de bois) au sud et Ségoufielle (980 Ségoufiellois, 524 ha) au NO, où s’est ouvert un magasin Leader Price (25 sal.). On est là, à la pointe orientale du Gers, dans un espace très marqué par la périurbanisation toulousaine, à guère plus de 20 km de la métropole régionale; la partie orientale de la commune de Pujaudran mord même sur la moyenne terrasse de la Garonne. Lias a gagné 200 hab. depuis 1999 (+63%), Ségoufielle 320 (+48%).