Canton de Langon

Langon

7 900 hab. (Langonnais) dont 460 à part, 1 371 ha dont 308 de vignes et 220 de bois, sous-préfecture de Gironde sur la rive gauche de la Garonne à 39 km SE de Bordeaux. La ville est à un coude de la Garonne où débouchent le Grusson, dont le cours fixe la limite orientale du territoire, et le Brion, qui traverse le territoire au centre et longe le centre-ville par l'est. Une esquisse de boulevard fait le tour du centre-ville. Un pont routier et un pont ferroviaire accolés traversent la Garonne, l'autoroute des Deux Mers contourne l'agglomération au sud (un échangeur).

Plusieurs châteaux se dispersent dans le finage, dont Respide au sud-est. La gare est à l'ouest, avec une zone industrielle; une autre zone industrielle (des Dunes) est au sud-est du centre, près de l'hôpital. Le transport des pièces de l'Airbus 380 vers Toulouse a conduit à créer un appontement en amont au bord du parc des Vergers, et une voie à grand gabarit, qui contourne celui-ci puis emprunte la N 524 vers le sud. L'ouverture de l'autoroute Bordeaux-Pau fait de Langon un nouveau nœud autoroutier, la jonction avec l'A 62 se faisant à la limite d'Auros au sud-est.

Outre ses services et équipements de chef-lieu, qui l’emportent de loin, Langon a quelques ateliers dont des fabriques de générateurs Électrodiesel (groupe J.-P. Fauché, 30 sal.), de machines de papeterie Lucas (30 sal.), de bétons du groupe Bonna-Sabla (40 sal.), de vêtements Franc-Ligne (40 sal.), de boulangerie JSM (30 sal.); un laboratoire d'analyses (30 sal.); un hypermarché Leclerc (450 sal.) et des magasins Intermarché (40 sal.), Leader Price (30 sal.) et une centrale d’achats Système U (140 sal.), des négoces de métaux Arcelor-Mittal (70 sal.), de matériel de levage Gem (35 sal.), de matériel agrciole Saphore (30 sa.); peinture Darcos (50 sal.) et Cabannes (30 sal.), entrepôts frigorifiques Salven (50 sal.) et transports des Messageries du Bazadais (45 sal.); base des Autoroutes du Sud de la France (ASF, 40 sal.), travaux publics Sacert (40 sal.); ERDF (40 sal.), France-Télécom (50 sal.).

La ville a un hôpital public de 120 lits, une clinique (100 sal., 70 lits); deux collèges publics et un privé, un lycée général et un lycée professionnel publics; centre culturel des Carmes, parc des Vergers à l'est au confluent du Brion, à l'emplacement de l'ancien hippodrome; grand hippodrome de la Bidanne au sud-est de la ville. Le maire est depuis 1981 Charles Vérité, sociaiste, médecin. L’aire urbaine de Langon, qui inclut Toulenne à l’ouest, aurait 14 000 hab., l’unité urbaine 10 800 hab. (9 000 en 1999). La population de la commune a augmenté quelque peu entre l’avant-guerre (4 800 hab. sdc) et 1975 (5 800), moins ensuite, mais elle s'est accrue de plus de 1 200 hab. entre 1999 et 2008. La ville est le siège de la communauté de communes du pays de Langon, qui réunit 14 communes (19 000 hab.). L’arrondissement de Langon a 122 400 hab. contre seulement 79 400 hab. en 1999 (169 communes, 13 cantons, 230 600 ha) et occupe le quart sud-est du département, en grande partie boisé.

Le canton de Langon a 18 700 hab. (15 200 en 1999), 13 communes, 13 080 ha dont 5 000 de bois; outre Toulenne, il inclut notamment Sauternes, 9 km à l’ouest; il a une part de vignobles de prix et une part de forêt, et il est traversé par l'A 62 ou autoroute des Deux Mers. Il s’étire vers l’est, le long de la Garonne, jusqu’à Castets-en-Dorthe (1 300 Casteriots, 869 ha, 8 km de Langon), point d’arrivée du canal latéral à la Garonne, qui y a deux écluses, et dont le finage est bordé à l'ouest par le Beuve jusqu'à son confluent avec la Garonne; château du Hamel (14e et 17e s.); 32 ha de vignes, stores et voiles Cochin (20 sal.); la population s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2008. Bieujac (490 hab., 697 ha dont 200 de bois) est juste au sud de Castets et sa population a gagné 60 hab. dans le même temps; 36 ha de vignes; l'autoroute longe la limite méridionale de son territoire. Saint-Loubert (180 hab., 211 ha) est une petite commune sans village juste à l'ouest de Castets, dont le petit territoire n'atteint pas la Garonne.

Saint-Pardon-de-Conques (520 Perdonnais, 668 ha dont 222 de bois) est une commune d’habitat totalement dispersé à 5 km à l’est de Langon, mais dont le finage a une part de la rive garonnaise près du château des Jaubertes (16e s.) et du pigeonnier du Salin (17e s.); 57 ha de vignes. Le terrain de golf des Graves et du Sauternais est au sud-ouest de la commune, bordé par un étang et le hameau de Caron. La population a augmenté de 100 hab. de 199 à 2007. Saint-Pierre-de-Mons (1 100 Pierre-Montois, 927 ha), en banlieue est de Langon, cultive 211 ha de vignes sur sa terrasse et a aussi une part de la plaine alluviale des rives de la Garonne; son finage, limité à l'ouest par le cours du Grusson, avance en pointe vers le sud jusqu'au-delà de l'autoroute. Sa population est en croissance; elle a gagné 250 hab. de 1999 à 2007, soit 30%.

Au sud, Mazères (680 hab. 1 314 ha dont 511 de bois et 262 de vignes), à 7 km, a un finage un peu accidenté par l'encaissement du Brion et de son affluent de droite le Pesquey, qui fixent les limites occidentale et méridionale de la Commune; au-dessus du confluent se dresse le château de Roquetaillade (14e s., restauré au 19e s.), aux puissantes tours, accompagné par le musée de la métairie du château et un parc paysager; la population a gagné 70 hab. de 1999 à 2007. Sa voisine Roaillan (1 200 hab., 1 148 ha dont 642 de bois) est de l'autre côté du Brion, à 7 km SSO de Langon; église inscrite. Son finage a 76 de vignes mais est déjà dans la forêt landaise à l'ouest. Le village est traversé par la D 222, aménagée en itinéraire à grand gabarit de secours. La population communale s'est accrue de 300 hab. entre 1999 et 2008, soit de 35%.

Fargues (1 700 Farguais, 1 541 ha dont 803 de bois), 4 km au SO de Langon, fait le lien entre la ville, Sauternes sa voisine à l'ouest, et la forêt landaise au sud. C'est une commune résidentielle en croissance, qui a vu se multiplier les pavillons au nord-est: elle avait 580 hab. en 1954, et a encore gagné 400 hab. de 1999 à 2008; ruines d’un château du 14e et du 17e s., châteaux viticoles (246 ha de vignes), plusieurs d’appellation sauternes dont Rieussec (92 ha, 20 sal., aux Barons de Rothschild-Lafite depuis 1984).

Léogeats (700 Léogeatais, 1 961 ha dont 1 700 de bois), 16 km au SO de Langon tient l'angle sud-ouest du canton. Le village est perché sur un coteau qui domine la large vallée du Ciron, et son église (12e et 16e s.) est inscrite. Son finage, engagé dans la forêt landaise et qui n'a que 14 ha de vignes, comporte quelques gros hameaux comme la Bernède au sud-est, ou Laulan à l'ouest, outre-Ciron, dans une avancée du territoire communal dans la forêt. Le prestigieux terroir de Sauternes est juste au nord de Léogeats. La commune a gagné 140 hab. de 1999 à 2008.

Bommes (540 Bommais dont 65 à part, 580 ha), au nord de Sauternes, est bordée à l'ouest par le Ciron; son habitat, assez dispersé, a deux noyaux, au bord du Ciron et au sud-est (Haut-Bommes). Elle a un lycée professionnel agricole au château de la Tour Blanche (40 ha de vignes) et cultive au total 413 ha de vignes, concourant aussi à l’appellation sauternes; plusieurs gros châteaux, comme Reyne-Vigneau (1865, 80 ha), Clos Haut-Peyraguey (17 ha), Lafaury-Peyraguey (41 ha, au groupe Suez depuis 1984), Sigalas-Rabaud (14 ha) et Rabaud-Promis (18e s. par Victor Louis, 30 ha), Mauras (Société Viticole de France, 24 ha).


Sauternes

720 hab. (Sauternais), 1 132 ha dont 366 de bois et 431 de vignes, petite commune de grande célébrité, située en Gironde, dans le canton de Langon à 12 km OSO du chef-lieu. Elle est longée à l’ouest par le Ciron mais à l’écart de la vallée de la Garonne; église inscrite du 12e s. Elle s’honore de plusieurs châteaux viticoles, dont le plus prestigieux, côté nord, le château Yquem, de forme carrée, peu imposant mais néanmoins muni de six tours, est à la tête d’une centaine d’hectares (60 sal.) et a un classement d'exception; il a été acheté par le groupe LVMH en 1996 et il est dirigé par Pierre Lurton depuis 2004.

Sauternes a eu plus de 1 000 hab. au milieu du 19e s. La population de la commune était quasi stable depuis les années 1930, mais a augmenté d'une centaine d'habitants de 1999 à 2008. Le finage comprend au sud les châteaux Filhot (350 ha dont 64 en vignes, famille de Vaucelles), Pineau (domaine réuni au précédent), Commarque (25 ha dont moitié en graves) et le hameau de Nautet; au centre, les châteaux Guiraud (128 ha de vignes), Lamothe (deux domaines viticoles distincts, Lamothe-Guignard 32 ha dont 18 classés, Lamothe-Despujols 8 ha), d'Arche (40 ha) et le hameau de Caplane; au nord-est, près d'Yquem, les châteaux Lafon (11 ha) et Raymond Lafon (16 ha).

Le Sauternais associe 5 petites communes: Barsac, Bommes, Fargues, Preignac et Sauternes. L’appellation sauternes repose sur le cépage sémillon, et la vendange tardive et sélective par tries au fur et à mesure de l’apparition de la pourriture noble sous l’action du champignon botrytis cinerea; il en résulte un vin blanc liquoreux, généralement considéré comme le plus prestigieux et le plus cher du monde. Le vignoble a été encouragé par la demande hollandaise au 18e s., mais le côté liquoreux qui fait tout son prestige ne remonte qu’au 19e s. L’AOC date de 1936 et porte sur 1 500 ha (30 000 hl/an).


Toulenne

2 600 hab. (Toulennais), 658 ha, commune de la Gironde sur la rive gauche de la Garonne, dans le canton de Langon, juste à l'ouest de celle-ci et soudée à la ville, dont elle héberge d’assez nombreuses entreprises, surtout de négoce et distribution; chaudronnerie Citergaz (20 sal.); transports Hersand (80 sal.à, travaux publics Eiffage (50 sal.). Sa population augmente régulièrement depuis les 800 hab. de 1962; elle s'est accrue de 570 hab. entre 1999 et 2008. Au nord, le finage s'étire le long de la Garonne en englobant la plus grande partie de l'île de Gruère, occupée par le domaine arboricole des Jarres. Toulenne cultive au nord-ouest 49 ha de vignes, dont 6 ha d'aoc graves blancs au château de Rougemont. L'A 62 frôle son territoire au sud-ouest.