Canton de Lussac

Lussac

1 400 hab. (Lussacais), 2 343 ha dont 1 279 de vignes (4e d’Aquitaine) et 250 de bois, chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Libourne à 14 km ENE de la ville, dans les collines entre Isle et Dordogne. Cette grosse commune viticole bénéficie d’une appellation communale et s’est orientée vers l’accueil touristique; nombreux sentiers de randonnée; institution pour enfants, collège public. Elle a du mal à maintenir sa population (2 300 hab. en 1920,1 600 hab. en 1968, 1 300 en 1999, sdc), en partie dispersée en petits hameaux dans les vignes, et aurait perdu 30 hab. entre 1999 et 2008. Le finage s'étend surtout vers le nord; Poitou et Malidure sont de gros hameaux au nord-ouest; menhir à Picampeau au sud-ouest, châteaux Bel-Air (30 ha de vignes), Bourdil (10 ha). La vallée du ruisseau du Basque, ou de Lavie en aval, s'encaisse dans le plateau, fixant la limite méridionale de la commune où se dessinent plusieurs buttes. La communauté de communes du Lussacais associe 8 communes et 6 100 hab.

Le canton, limitrophe du département de la Dordogne, a 8 100 hab. (7 800 en 1991) et 13 communes sur 14 480 ha (dont 2 175 de bois); il occupe les collines girondines entre l’Isle et la Dordogne et inclut, depuis le décret de 1936, les appellations viticoles communales de montagne-saint-émilion (1 500 ha), néac-saint-émilion (remplacée de fait par l’appellation lalande-de-pomerol), puisseguin-saint-émilion (700 ha), lussac-saint-émilion (1 400 ha), saint-georges-saint-émilion (à Montagne, moins de 200 ha). Montagne (1 800 Montagnais dont 180 à part, 2 866 ha dont 1 677 de vignes), 4 km au sud-ouest de Lussac et 5 km au NNE de Saint-Émilion, est la commune la plus peuplée du canton et la troisième commune viticole de toute l’Aquitaine, où se trouve le lycée agricole de Libourne; sa population, de 1 330 hab. en 1936, avait dépassé 2 000 hab. en 1982, mais s’est réduite depuis et a stagné de 1999 à 2008; elle a des restes du château de Malangin (14e et 15e s., 45 ha de vignes), un château Saint-Georges (18e s., 50 ha de vignes), trois églises (11e-12e s.) et l’écomusée du Libournais; négoce de vêtements Gematex (25 sal.).

Saint-Christophe-des-Bardes (520 hab., 769 ha dont 683 de vignes), au sud du canton et 3 km à l’est de Saint-Émilion, a également des vignes d’appellation saint-émilion, dont le château Fombrauge (52 ha), à l’homme d’affaires bordelais Bernard Magrez; châteaux Laroque (84 ha dont 58 de vignes), Cantin (38 ha dont 32 en vignes), Guillemot, Sarpe, Brun, la Cauze; église classée, en partie du 12e s. La commune est séparée du reste du canton par la vallée de la Barbanne, qui s'enfonce vers le nord-ouest et, après un rebroussement vers le sud, conflue avec l'Isle à Libourne.

Néac (410 hab., 688 ha), au sud-ouest de Lussac, est entre Montagne et Lalande-de-Pomerol et exploite 711 ha de vignes en participant à l’appellation lalande-de-pomerol. Le village est perché au sommet du versant droit de la Barbanne. Son finage se tient entre les vallées de la Barbanne et de Lavie et contient au nord du village le hameau de Chevrol, au nord-est celui de Bertineau; château Sieurac avec un grand parc, châteaux Moulin à Vent, Belles Graves (17 ha de vignes), Roussillon.

Au NO du canton, Les Artigues-de-Lussac (1 000 Artiguais, 1 016 ha) ont un finage limité au sud par la vallée de Lavie, à l'ouest par la N 89, le long de laquelle est l’aérodrome de Libourne, qui a une piste à revêtement souple de 1 100 m et contient un motodrome. On y cultive 465 ha de vignes. La commune n’a été créée qu’en 1869, à partir de Lussac et de Montagne, sous le nom des Artigues, ajoutant de Lussac en 1904; la population augmente depuis 1962 (560 hab.); hameaux de Grézard et des Grands Jays au nord-est, de Beurret au sud-ouest, ancienne abbaye (17e-18e s.) au hameau de Faise au sud-est.

Puisseguin (900 hab., 1 725 ha dont 1162 de vignes), 5 km au SE de Lussac, tasse ses maisons sur le rebord du plateau, avec un château des 14e et 17e s., une église romane fortifiée et tout près du château Beau-Séjour (15 ha de vignes). Le territoire communal, à cheval sur une ligne de partage des eaux, est très accidenté par les têtes de la Barbanne, le plateau découpé en coteaux au dessin très sineux et précédé de buttes-témoins. Au sud, le château des Laurets a un grand parc, 40 de vignes (baron B. de Rothschild); cave coopérative au hameau de Durand sur le plateau au nord du village; châteaux Roques (hostellerie) et Guibeau (17 ha de vignes) sur le rebord du plateau, château de Monbadon (14e s.) avec mairie annexe au nord-est, au bas du plateau.; maçonnerie Pasquon (30 sal.). La commune a perdu une cinquantaine d'habitants entre 1999 et 2008.

À l’est du canton a été délimitée l’appellation bordeaux-côtes-de-francs (400 ha en merlot, malbec et cabernets). Francs (210 Francs, 659 ha dont 206 de bois et 185 de vignes), 8 km à l’est de Lussac, est juché sur une butte isolée; son finage s'étire dans le sens sud-nord le long de la limite cantonale, atteignant au sud la vallée de la Gueyraude; cave coopérative au pied du village, église classée à clocher-mur. Tayac (160 hab., 722 ha dont 311 de bois mais à peine 100 de vignes) est juste au nord de Francs sur une autre butte, un peu plus basse, et son finage s'étend vers le nord-ouest jusqu'aux hameaux des Landes de Tayac et du Pourcaud; église inscrite du 12e s.

Saint-Cibard (210 hab., 354 ha dont 236 de vignes) est au sud-ouest de Francs, à 6 km ESE de Lussac sur un petit territoire accidenté par le rebord du plateau; château de Puyfromage (87 ha dont 45 en vignes. Petit-Palais-et-Cornemps (660 hab., 1 432 ha dont 405 de bois), au nord de Lussac, issue d’une fusion ancienne (1816), cultive 367 ha de vignes. Son territoire comprend plusieurs hameaux dispersés, Petit-Palais au centre, Cornemps sur une butte à l'est, Queyray et la Motte à la limite nord, la Margagne à l'ouest; deux églises du 12e s., traitement de déchets Surca (20 sal.). La commune a gagné 100 hab. de 1999 à 2008.

Le reste de la partie nord-orientale du canton est dans le Landais boisé, et moins viticole. Puynormand (310 hab., 764 ha dont 278 de bois et 104 de vignes) est à 12 km au NE de Lussac; le village a une église inscrite du 16e s. Saint-Sauveur-de-Puynormand (410 hab., 557 ha) 4 kmNO de Puynormand mais son habitat est très dispersé; 60 ha de vignes. Gours (420 Goursois, 789 ha), 3 km au NE de Puynormand, tient la pointe NE du canton aux abords de la vallée de la Dordogne, le village a une église du 12e s. Son finage, qui contient 80 ha de vignes, atteint les rives de celle-ci, où est une papeterie Corenso (90 sal.). L'A 89, la voie ferrée et l'ex-N 89 (D 1089) traversent l'extrémité nord de son territoire, où l'autoroute a une aire de service et où sont aussi de grands étangs de gravières; le hameau de Cousseau est dans la plaine.