Canton de Sauveterre-de-Guyenne

Sauveterre-de-Guyenne

1 800 hab. (Sauveterriens), 3 175 ha dont 1 795 de vignes (2e d’Aquitaine) et 501 de bois, chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Langon à 24 km NE de la ville (14 km au nord de La Réole), bastide forte fondée en 1281, dont il reste deux portes et le quadrillage de rues SO-NE et NO-SE entouré par un boulevard. Elle a un collège public, une maison de retraite (30 sal.); plastiques pour menuiserie Roc Pvc (50 sal.), embouteillage LGS (30 sal.); supermarché U (40 sal.), négoce de vins (la Guyennoise, 20 sal.); cave coopérative et coopérative fruitière en bordure sud-est du village; ancien moulin au nord-ouest, au hameau des Gays.

Plusieurs anciennes églises romanes se voient à Saint-Romain, Saint-Léger, le Puch. La commune a en effet intégré avec succès en 1965 ses trois voisines Le Puch au nord-ouest, Saint-Léger-de-Vignague à l’est et Saint-Romain-de-Vignague au sud, ce qui en fait la commune la plus étendue de l’Entre-Deux-Mers, et celle qui en a le plus grand vignoble; sa population était alors passée de 660 à 1 680 hab. et elle a légèrement augmenté ensuite, mais est restée stable après 1999. Une communauté de communes du pays de Sauveterre-de-Guyenne groupe 16 communes (4 800 hab.) et siège à Sauveterre.

Le canton a 6 400 hab. et 17 communes sur 18 860 ha (dont 2 710 de bois), au centre de l’Entre-Deux-Mers viticole, avec un nombre d'habitants en très légère augmentation (6 100 hab. en 1999). Il est traversé du NE au SO par la Vignague, affluent du Dropt qui passe au chef-lieu. Dans la partie septentrionale, 8 km au nord du chef-lieu, domine Blasimon (880 Blasimonais, 2 976 ha dont 791 de vignes), qui associe une ancienne abbaye (12e au 16e s.), le moulin de la Barthe (14e-15e s.) sur la Gamage, un musée municipal et un domaine départemental de sports et loisirs, une cave coopérative Le plan quadrillé du village rappelle qu'il fut créé comme bastide, mais tardivement, autour de 1320,par paréage entre l'abbé et le sénéchal du roi d'Angleterre. La Gamage a sa source au sud-ouest du village et coule vers le nord-est; elle offre un étang au pied d'un coteau percé d'une grotte. Ce coteau est un élément d'une percée triangulaire de la Gamage dans le plateau au nord du village. C'est la seule commune du canton dont la population ait sensiblement augmenté de 1999 à 2008 (+160 hab.).

Trois autres communes viticoles se partagent le nord du canton. Mérignas (280 Mérignassais, 956 ha dont 449 de vignes) est au nord de Blasimon; le plateau porte au nord le château du Cluzeau et le gros hameau de Benquey. La Gamache coule dans une vallée encaissée entre Mérignas et son voisin de l'est Ruch (540 Ruchelais, 1 449 ha dont 591 de vignes), dont le plateau n'est pas moins découpé: le château de Coutillac, à l'ouest, se perche au-dessus de la Gamache. Une grosse cave coopérative est au nord du village au château de Vaure (16e-17e s.); le finage est limité au nord par la vallée encaissée de l'Escouach. Mauriac (260 hab., 1 002 ha), au sud de Ruch, a 442 ha de vignes et un lac collinaire dans un vallon qui descend vers la Gamage; belle église romane classée, du 12e au 17e s., à trois absides. Au sud, le territoire est limité par le cours de la Vignague.

Trois communes sont à la bordure orientale du canton. Cleyrac (150 hab., 607 ha) est à 5 km au NE du chef-lieu, sur le versant droit de la Vignague, et enregistre 300 ha de vignes; moulin du 14e s. (la Salle), château de Basgéran (16e et 17e s.). L'ancien finage de Saint-Léger-de-Vignague, maintenant incorporé à celui de Sauveterre, sépare de son territoire celui de Saint-Martin-du-Puy (210 hab., 910 ha dont 230 de bois), 6 km ESE du chef-lieu et tout près de Castelmoron-d’Albret, limité à l'est par la vallée encaissée du Ségur. La commune cultive 520 ha de vignes. Saint-Martin-de-Lerm (140 hab., 702 ha dont 198 de bois et 130 de vignes) est sur le même plateau, à 8 km SE du chef-lieu, et tient l'angle sud-est du canton, où confluent le Ségur et le Dropt. Le hameau de Gabouriaud et le château Larose dominent de peu la plaine de confluence; château de Villepreux au nord-ouest.

Trois communes sont au sud du chef-lieu. Saint-Hilaire-du-Bois (90 hab., 450 ha) est à 4 km au sud de Sauveterre et déclare 201 ha de vignes; son village, dont l'église du 12e s. est inscrite, est sur un promontoire du versant gauche de la Vignague. Un peu à l’ouest, Saint-Sulpice-de-Pommiers (230 hab., 982 ha) cultive 451 ha de vignes; le village est sur le plateau, que limite à l'est la vallée de la Vignague; le versant gauche de celle-ci cache une grotte à Chanteranne. Saint-Félix-de-Fontcaude (290 hab., 1 033 ha dont 403 de vignes) est une commune d'habitat très dispersé au sud es précédentes, dont le finage s'étend des deux côtés de la Vignague. La mairie est à l'est, avec les hameaux de Fontcaude et Pied-de-Bouc; Saint-Félix est à l'ouest, avec une église, près de la D 131 qui traverse en droite ligne la commune. Le château de Pommiers (13e-14e s.), sur le versant droit de la vallée face à la mairie, a été bien rénové.

La partie sud-ouest du canton est partagée en trois communes. Mourens (400 hab., 1 063 ha), la plus éloignée à 12 km du chef-lieu, est sur une butte dont la crête concentre les habitations le long des routes, et cultive 741 de vignes; église inscrite du 12e s., fortifiée au 16e s.; le relief descend doucement vers le sud jusqu'au ruisseau de Birot, petit affluent du Galouchey. Gornac (380 hab., 835 ha) est sur une autre butte au dessin contourné au nord-ouest de Mourens, qui porte aussi le gros hameau distinct de Gonin; les châteaux Poulit et Martinon sont à leur pied, ainsi que le musée-moulin du Haut-Benauge. La commune cultive 481 de vignes et a une petite fabrique de matériel de cave (Lamouroux, 25 sal.). Castelviel (190 hab., 802 ha) en avoue 341 ha; son village a aussi sa butte, plus petites que les précédentes mais portant une église classée des 12e et 15e s.; une autre butte juste au nord porte une station de radio-balise. Le hameau d'Estebelingue fixe la pointe septentrionale de la commune, au bord du ruisseau de l'Engranne, qui naît dans une large vallée séparant Gornac et Castelviel.

Juste au nord est Coirac (210 hab., 576 ha dont 200 de bois et 100 de vignes), dont le finage est des deux côtés de l'Engranne; elle a une église inscrite du 12e s. Saint-Brice (320 hab., 576 ha dont 276 de vignes), 6 km à l’ouest du chef-lieu, a un centre d’aide par le travail (conserves alimentaires) et une maison de retraite. Son territoire est séparé de celui de Daubèze (160 hab., 563 ha), un peu au nord, par une petite vallée où s'encaisse progressivement le Gourmeron. Daubèze cultive 287 ha de vignes et a aussi une église inscrite du 12e s.