Canton de Bègles

Bègles

25 200 hab. (Béglais), 996 ha, commune de la Gironde limitrophe de Bordeaux côté sud, chef-lieu de canton et banlieue populaire sur la rive gauche de la Garonne au sud de la gare de Bordeaux; deux collèges, un lycée professionnel, musée d’art brut (dit Site de la création franche); maison de retraite du Béquet (40 sal.). La population, déjà de 6 000 hab. en 1876, avait atteint 12 000 hab. en 1900, 23 000 en 1954 et a culminé à 27 300 en 1968 (sdc); elle s'est réduite ensuite, mais aurait repris 2 500 hab. entre 1999 et 2008. La municipaliité a été dirigée par le Parti communiste de 1945 à 1959 et de 1971 à 1989; depuis cette date, Bègles a pour maire Noël Mamère, élu Vert dirigeant une liste d'union de la gauche, ancien journaliste, également député.

La ville a quelques petites fabriques dont une de luminaires (Corep, 150 sal.), une papeterie (SAPB, 100 sal.), une chocolaterie (groupe Cémoi, 100 sal.), une conserverie de poisson (Sar Océan, 40 sal.), la Charcuterie Bordelaise (40 sal.), et divers ateliers. Mais elle a beaucoup plus d’emplois tertiaires. Dans le commerce se signalent les entrepôts (440 sal.) et l'hypermarché (390 sal. 11 000 m2) du groupe Carrefour; Leroy-Merlin (90 sal.), les quincailleries Proliaris Cacc (80 sal.), Pagès (50 sal.) et Grenié (50 sal.), BMC-DDP (vêtements, 60 sal.), la bureautique Xerox (75 sal.), les magasins Simply (50 sal.), Leclerc (50 sal.), Conforama (40 sal.); négoce de poissons Gironde de Marées (40 sal.) et Scamer (40 sal.).

Dans les services apparaissent l'ingénierie énergétique Valorem (50 sal.), la gestion d'immeubles Saemcob (50 sal.), les assurances Generali (40 sal.), le coneil de gestion Société Fiduciaire (130 sal.), l'aide à domicile Adhap (50 sal.). Les transports sont représentés par Izaret (60 sal.), Sernam (50 sal.), TFE-Stef (frigorifiques, 80 sal.), Frigo-Transports (80 sal.), Brinks (130 sal.). S'y ajoutent une maçonnerie Marti (60 sal.), les installations thermiques Forclim (Someclim, 80 sal.), les installations électriques Sauge (40 sal.) et Sere (40 sal.), la plomberie SOPCZ (société ouvrière, 40 sal.); nettoyages Onyx (170 sal.) et Amalthee (40 sal.); incinérateur d'ordures Astria (100 sal.).

Au nord, la ville est limitée par les boulevards bordelais. Au sud, elle est prolongée par l’ancien faubourg du Pont-de-la-Maye à la sortie vers Toulouse, et la gare de triage d’Hourcade, partagée avec Villenave-d’Ornon. Tandis que la voie ferrée de Bordeaux à Toouse traverse la commune en son milieu, l'ancienne route entre les deux métropoles régionale lui sert de limite occidentale. Deux lacs de gravières bordent l'espace habité au sud-est. Au-delà, dans la plaine humide où débouchent sur la Garonne les estays de Franc et de Tartifume, la grande zone industrielle et commerciale de Tartifume-rive d’Arcins voisine avec le pont d’Arcins pour la rocade bordelaise (A 630), ouvert en 1993 et long de 642 m, rebaptisé François-Mitterrand en 1998. La ligne C du tramway de Bordeaux a son terminus à l'angle nord-est de la commune (Terres Neuves).

Canton et commune coïncident. Le valeureux club sportif (Club Athlétique Béglais), fondé en 1907, a un long palmarès parmi les grands du rugby, vainqueur de la Coupe en 1949, champion de France en 1969 et 1991, encore en «Top 16» en 2001, mais a décliné, a connu des déboires financiers et des interventions plus spectaculaires que les résultats, où sont apparus les noms de Bernard Magrez, de Gérard Depardieu et de l'Algérien Khalifa Airways, avant de s'enfoncer dans la hiérarchie sous le nom Bègles-Bordeaux puis Bordeaux-Bègles… et d'être liquidé en 2004. Pourtant il a réapparu en 2006, a progressé et se retrouve à nouveau au premier rang, monté en Top 14 en 2011 sous le nom d'Union Bordeaux-Bègles.